Netflix se serait rendu coupable piratage informatique ?

Divers canaux de communication qualifiés d’«officiels » en été, il semblerait piratés par la plateforme de multimédia Netflix pour la promotion de sa série phare intitulé « Casa de papel ».

Apparemment cette vague de piratage n’est pas passé inaperçue, vu que s’était leur intention. Bien sur, cela a impliqué divers acteurs et divers structures. Des surfaces publicitaires de la gare, aux plateformes de presse locale, tous aurait été touché par cette compagne de marketing insolite de Netflix.

Cet article va aussi vous intéresser : Comment les pirates informatiques s’y prennent pour hacker les comptes Netflix ?

La série Casa de papel est une série à succès on le sait. Depuis sa saison 2 exactement, cette série a eu moult et moult de fans qui ont apprécié et aimé le contenu proposé par la firme américaine. Alors cette dernière a voulu mettre le paquet pour la sortie de la saison 3.

Alors pour cette promotion, plusieurs quotidiens locaux ont été inondé par des images et vidéos à caractère irrégulier dans l’objectif de créer un mystère autour de la prochaine série à venir. Les pages de publicité de quotidiens ont été aussi piratés pour essayer d’imiter un peu l’intrigue du film. Les chaînes de télé ont aussi eu leur dose. Du côté des enseignes des publicités, plusieurs d’entre elles ont été piraté comme celui qui affiche la pub d’un vendeur de pizza domino durant laquelle il a eu des interférences suite à quoi les images du « professeur » personnage iconique de la série et de son fameux message de l’appel à l’aide.

Mais après plusieurs enquêtes, il paraîtrait que ce piratage n’était pas réellement quelque chose d’illégale. En effet selon tf1, toute cette vague d’opérations et de pseudos piratage des enseignes de publicité une opération d’envergure qui résultait d’une coopération active entre Netflix et divers régies publicitaires dont celle de TF1. C’est là qu’on nous informe que lorsque le hacking relève d’une persistance publicitaire, c’est qu’il puisse sa source d’une coopération entre les différents acteurs qui sont impliqués. On appellerait ça « persistance rétinienne ».

Et on voit dans la pratique que des gares tels que la gare de Paris et la gare de Lyon ont été aussi piraté dans cette histoire. Chose qui serait assez difficile en pratique. Surtout que les agences chargées de la pub dans ces gares (Remind-PHD et Ubi Bene) n’ont pas utilisée les hauts-parleurs dédiés aux écrans publicitaires, mais se sont servies plutôt de ceux servant pour les activités de la gare directement. Ce qui a encore plus mis en valeur l’idée du piratage. Là encore des messages du professeur ont été diffusés à l’écoute et au vu de tous ceux qui étaient présents dans ces gares.

Plusieurs écrans dans cette histoire ont été mis à contribution pour faire la promotion de cette série. On imagine alors le coût financier d’une telle campagne publicitaire car il semble évident que les négociations n’ont pas été des plus laborieuse.

Mais dans l’ensemble le partenariat qui a débouché à cette vague de promotion de type piratage informatique, va profiter à tout le monde. en effet les marques qui se sont laissés pirater pour la publicité de la série qui est déjà célèbre, vont aussi profitez d’un coup de pub en tenant compte de la popularité que ça engendrera. C’est ce qu’on appelle un partenariat intermarqué. Dans cette affaire tout le monde y gagne et tout le monde a sûrement gagné car la série a été encore une fois un succès.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



.