Archives par mot-clé : application de messagerie

WhatsApp et la confidentialité de nos données

Même si Facebook a mauvaise réputation, il n’en demeure pas moins que WhatsApp, la célèbre application de messagerie qui fait partie du groupe a toujours voulu avoir une image de protecteur de données personnelles et de respect de la vie privée.

Pourtant dans la pratique, il a plusieurs fois été démontré que l’application permettait à d’autres logiciels tiers, d’avoir accès aux données de ses utilisateurs. De la sorte, donnant ainsi à ces dernières, la possibilité de suivre les activités en ligne de l’utilisateur de l’application de Messagerie. En d’autres termes, les gens savent avec qui vous converser. Ils savent à l’heure à laquelle vous dormez et ils savent pendant combien de temps vous êtes connecté, et cela à l’insu de l’utilisateur. « Ces applications intrusives montrent que même les services qui protègent fortement la vie privée des utilisateurs d’une certaine manière — comme WhatsApp qui s’est engagé à crypter les messages — peuvent encore exposer des données qui peuvent être utilisées pour tracer leurs utilisateurs. La vulnérabilité de WhatsApp provient de la fonction qui indique publiquement si un utilisateur est « en ligne » (c’est-à-dire s’il est en train d’utiliser l’application) à un moment donné. Isolée, il s’agit d’une information relativement inoffensive. » explique Business Insider.

Cet article va aussi vous intéresser : WhatsApp : l’arnaque dont il faut être au courant

Dans la mesure où cette application dans la possibilité de collecter pendant une longue période des données personnelles, à l’aide de l’ensemble d’outils qui est à leur disposition, ils ont la possibilité de pouvoir définir les profils très bien détaillé des personnes « surveillées »

Mais il faut préciser un point qui va peut-être dans le sens positif des choses, ces applications ne vont pas exposer les données collectées pour l’utilisateur. Il faut juste s’en servir pour définir les profils pouvant être présentés à des futurs annonceurs. Elles ne relèvent pas bien sur le contenu des échanges entre utilisateurs. « Mais elles se présentent aux clients potentiels comme des outils pour savoir quand d’autres personnes sont en train de dormir, quand elles utilisent WhatsApp et même avec qui elles parlent sur l’application — ce qu’elles arrivent à savoir en comparant les journaux d’activité de plusieurs personnes et en voyant lesquels correspondent. » précise Business Insider.

On les compare presque à des applications de traçage qui servent à la surveillance peu conventionnelle, des Stalkerwares.

« Il est facile d’imaginer ce qu’un agresseur pourrait faire avec ces informations ou, autre exemple, un employeur qui l’utiliserait pour savoir si ses employés parlent sur WhatsApp pendant leur journée de travail, ou un membre des forces de l’ordre qui verrait si les gens parlent sur WhatsApp pendant une manifestation ». A expliqué Cooper Quintin, chercheur principal en sécurité à l’Electronic Frontier Foundation (EFF) quand il a été interrogé sur les logiciels de surveillance de WhatsApp. « Je ne vois aucune bonne utilisation légitime à ces applications. » ajoute-il.

Pris en tenaille par la ferveur populaire qui qui en veut à Facebook pour ses nouvelles conditions d’utilisation, le service de messagerie a voulu éclaircir certains détails lors d’un communiqué fait par son porte-parole: « WhatsApp fournit des outils de contrôle de confidentialité aux utilisateurs pour protéger leur photo de profil, leur statut « à propos » et l’option « vu à » pour les messages reçus. Nous maintenons des systèmes automatisés de lutte contre les abus qui identifient et empêchent les abus d’applications qui tentent de détecter les informations des utilisateurs de WhatsApp, et nous travaillons constamment pour améliorer nos systèmes au fil du temps. Nous demandons également aux magasins d’applications de supprimer les applications qui abusent de notre marque et violent nos conditions d’utilisation. ».

Pourtant, il a été découvert récemment, une application qui permet aux iPhones de pouvoir avoir accès au contenu des échanges sur WhatsApp. Ce genre d’application pour lui faire de plus en plus sur les stores Officiels d’application. On parle notamment de l’AppStore ou le PlayStore. Ce qui est bien évidemment susceptible d’inquiéter et de pousser à s’interroger sur les analyses que Google ou Apple effectuent au niveau de leurs stores. Pour le moment, aucune des deux entreprises ne s’est prononcée sur cette situation. Mais on peut retenir que leur politique et normalement contraire à la prolifération de ce genre de logiciels espions. Ne promettent-il pas de protéger contre tout ceci.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Google met l’accent sur la protection des échanges sur son application de messagerie

Récemment la société de Mountain View lors d’une annonce officielle, ce 19 novembre, déclarait que Google Messages allait adopter bientôt le chiffrement de bout en bout.

Une bonne nouvelle pour les utilisateurs de l’application en ce sens que ce mode de sécurisation est devenu littéralement standard dans les domaines des applications de messagerie. Le géant américain promet un basculement progressif vers ce chiffrement qui prendra la forme d’une couche supplémentaire de protection. L’objectif bien sûr et de fournir aux utilisateurs un plus haut degré de confidentialité dans leurs échanges. Les conversations seront dorénavant inaccessibles à toute personne extérieur aux échanges.

Cet article va aussi vous intéresser : Alerte ! Un nouveau virus ça se fait passer pour des messageries populaires d’Android

Le chiffrement de bout en bout a connu un énorme succès depuis les révélations en 2013 du lanceur d’alerte Edward Snowden. Face aux manœuvres des organismes étatiques, agissent particulièrement en collectant les informations des différents utilisateurs de services numériques, pour mieux les espionner, la question de la confidentialité, de la vie privée est devenue quelque chose d’impérative. Chiffrer la conversation des utilisateurs à devenu un standard pour les éditeurs de messageries instantanées, devenant même un argument commercial.

L’alignement de Google dans cette dynamique pour son application de messagerie et une bonne chose pour ces millions d’utilisateurs qui sont souvent obligés de l’utiliser comme application préinstallée dans le smartphone tournant sous Android. De la sorte Google Messages rentrer dans la ligne de ces célèbres logiciels de messagerie déjà dans le bain, notamment WhatsApp, Signal, iMessage, Viber, Wire. Sans oublier celles qui le propose comme alternative c’est-à-dire Skype, Messenger ou Telegram.

« Le chiffrement de bout en bout garantit que personne, y compris Google et les tiers, ne peut lire le contenu de vos messages lorsqu’ils circulent entre votre téléphone et celui de votre correspondant », écrit le géant de Mountain View.

Cependant, il faudra être patient car, ce basculement ne se fera pas en deux temps trois mouvements. Car Google estime que le chiffrement de bout en bout pour être inséré à son application de messagerie d’ici 2021. Et selon un schéma bien défini. En effet il y aura d’abord l’application sur des logiciels bêta. Ensuite une fois déployé sur l’application de manière générale, le chiffrement ne pourra concerne que les conversations à 2 pendant un certain temps. Et vers le mois de novembre 2021, il sera possible d’envisager les échanges de groupe.

« Vos conversations éligibles seront automatiquement mises à niveau pour être chiffrées de bout en bout. Le chiffrement de bout en bout n’est disponible que lorsque vous et votre interlocuteur avez installé Messages et activé les fonctions de chat », expliquent le géant américain. L’idée est de savoir si les utilisateurs pourront enfin voir Google messages comme une application d’échanges classiques comme les autres. Car à vrai dire, la société au 4 couleurs vient un peu en retard sur ce domaine.

Par ailleurs il est important de souligner est important. Google décide d’opter pour le protocole Signal. Un protocole déjà utilisé sur plusieurs applications célèbres tel que WhatsApp, Skype, Facebook Messenger, ou encore Signal. Dans les différents documents fournis par le géant de Mountain View sur son orientation pour son protocole de chiffrement, il est clair que ce choix a été motivé par la bonne réputation autour de ce protocole sans oublier qu’il est déjà utilisé par plusieurs autres. Une histoire de pouvoir facilement répondre aux besoins du moment et à la tendance. Par ailleurs on ne va pas nier de fait que ce protocole de chiffrement à une très bonne réputation à cause des louanges qu’Édouard Snowden et plusieurs organisations de défense des droits et des libertés ont formulé à l’égard de l’application mère. Certains experts en sécurité informatique Christopher Soghoian, le premier responsable du fameux projet « liberté d’expression, respect de la vie privée et technologie » initié par Union américaine pour les libertés civiles faisait aussi l’éloge de ce protocole de chiffrement.

Avec cette annonce, Google essaie de rassurer les utilisateurs et confirme encore sa volonté de toujours un vrai pour plus de sécurité de ces derniers. L’adoption de chiffrement de bout en bout dans son application de messagerie et un point important dans sa politique. Il faudra attendre 2021 pour profiter de cette nouvelle fonctionnalité qui promet peut-être de donner un coup de pouce à la messagerie Google messages.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage