Archives par mot-clé : savoir

8 étapes pour savoir si votre iPhone est infecté par Pegasus

Récemment l’organisation Amnesty International publie un outil qui permet de savoir si son iPhone est belle et bien compromis par le logiciel d’espionnage fourni par la société israélienne est NSO Group.

On rappelle que sur la liste des personnes potentiellement ciblées par Pegasus, il y a plus de 50 000 numéros de téléphone. Les chercheurs de la branche de cybersécurité d’Amnesty International, Amnesty International Security Lab, s’est appuyée sur cet ensemble d’informations pour développer l’outil. Si vous êtes curieux de savoir si vous en faites partie, alors vous devrez suivre la procédure qu’ils ont recommandé.

Cet article va aussi vous intéresser :Le système d’exploitation des mobile Android piraté par « l’agent Smith »

L’outil informatique est appelé « Mobile Verification Toolkit » en abrégé MVT. Il peut être utilisé pour scanner aussi bien que les smartphone iOS que Android. Mais nous allons nous intéresser aux iPhone dans cet article.

Avant de commencer il faut utiliser un ordinateur tournant sous Windows 10. La procédure est assez technique mets en suivant les instructions étape par étape, cela sera beaucoup plus simple

– Étape 1 :

La première étape va consister à créer un environnement d’analyse. Pour ce faire vous allez exécuter l’outil de Amnesty International dans Docker Desktop (qui est une application libre qui permet de lancer des programmes informatiques dans des conteneurs logiciels. Pour télécharger et installer Docker Desktop, Allez sur le site docker.com, choisissez la version qui convient à votre terminal et laissez-vous guider par les instructions. Ensuite, lancez Docker Desktop.

– Étape 2 :

Toujours dans la dynamique de créer l’environnement d’analyse vous devez installez « Git for Windows », logiciel de gestion de versions de code informatique.

– Étape 3 :

Vous devez Ouvrir l’interface « Git CMD » et exécutez les lignes de commande que voici :

 git clone https://github.com/mvt-project/mvt.git

 cd mvt docker build -t mvt .

Vous verrez alors que le container de MVT a été créé. Vous pourrez alors le voir dorénavant sur Docker Desktop.

– Étape 4 :

Allez-y dans le Windows Store et installez la distribution Ubuntu. Ensuite, dans Docker Desktop, rendez vous dans le menu « Settings → Resources → WSL Integration » et cochez la case Ubuntu.

– Étape 5 :

À niveau vous devez crier un dossier « mvt-scan » sur un volume qui dispose d’un espace de stockage assez important. Il est recommandé par exemple d’utiliser une clé USB et une capacité d’environ 128 gigaoctet, qui est monté sur le lecteur E. Ensuite vous ouvrez une fenêtre de commande PowerShell et exécutez les commandes qui suivent :

cd [chemin de votre dossier mvt-scan]

mkdir iocs

mkdir results

cd iocs

wget https://raw.githubusercontent.com/AmnestyTech/investigations/master/2021-07-18_nso/pegasus.stix2 -O pegasus.stix2

À cette étape vous créez les dossiers « results », « iocs » et vous venez de télécharger les indices de compromission qui ont été révélés par les chercheurs de Amnesty International Security Lab

Vous venez de créer les dossiers « iocs » et « results », et de télécharger les indices de compromission relevés par les chercheurs d’AISL.

– Étape 6 :

À ce niveau vous commencez l’analyse de votre iPhone véritablement. Pour ce faire vous allez effectuer une sauvegarde non chiffrée de votre appareil en utilisant le logiciel iTunes. Vous copiez cette sauvegarde dans votre dossier « mvt-scan ». Vous trouverez la sauvegarde dans C:\Utilisateurs\[votre nom d’utilisateur]Apple\MobileSync\Backup. Le nom sera caractérisé par un ensemble à des chiffres de lettres. Le temps que cette opération prend beaucoup de temps.

– Étape 7 :

Ouvrir une fenêtre PowerShell où vous saisirez la commande suivante : wsl -d Ubuntu

Super éventualité votre dossier « mvt-scan » est sur un support de stockage externe, vous devrez le monter dans Ubuntu d’abord pour que son contenu apparait dans le système de fichiers.

sudo mkdir /mnt/e

sudo mount -t drvfs e: /mnt/e

Ensuite vous pouvez lancer l’analyse mvt de l’environnement docker. Pour ce faire vous devez saisir la commande note suivante :

docker run -v [chemin du répertoire mvt-scan]:/home/cases/mvt-scan -it mvt

mvt-ios check-backup –iocs ./mvt-scan/iocs/pegasus.stix2 –output ./mvt-scan/results/ ./mvt-scan/[nom du répertoire de sauvegarde iOS]

Si le répertoire « mvt-scan » est sur le disque local, il suffit d’indiquer le chemin Windows, mais en remplaçant les antislashs par des slashs. Par exemple : « ~Desktop/mvt-scan ». S’il se trouve sur un disque externe, vous utiliserez l’accès créé plus haut, en occurrence « /mnt/e/mvt-scan ».

– Étape 8 :

Vous trouverez le résultat de l’analyse stocké dans le dossier « results » sous forme de fichiers JSON. C’est parmi ces fichiers, vous en trouver un qui porte le mot « detected », cela signifie que vous avez été infecté par le logiciel Pegasus. À cette étape ont vous recommande alors de contacter Amnesty International.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Savoir si son smartphone a été piraté

Aujourd’hui tout le monde est pratiquement exposé à un possible piratage de son téléphone portable en particulier s’il est intelligent.

C’est dans ce contexte qu’il a été développé une technique permettant de savoir si l’on a bel et bien été piraté ou s’il y a des logiciels malveillants installer sur notre smartphone.

Cet article va aussi vous intéresser : Le piratage de nos smartphones devient de plus en plus inquiétant

La technique a l’air d’être toute simple. Il est démontré et expliqué par un expert en sécurité informatique. Pour ce dernier ce dernier, cela est très basique. Il suffit tout simplement d’installer logiciel antivirus sur son smartphone, et contrôler la consommation du trafic Internet à travers les statistiques. Pour cela, l’on n’a pas besoin d’être expert en cybersécurité ou en informatique quelconque.

C’est d’ailleurs ce que nous explique, le spécialiste du laboratoire d’analyses pratiques de la société russe « Jet Infosystems ». Il s’appelle Dmitri Kouramine. Ce dernier conseille de surveiller constamment le trafic internet de son téléphone. Le fait de consommer plus que d’habitude de manière soudaine et un signe qu’il faut prendre au sérieux. Cela peut cacher derrière un piratage informatique.

Comme nous le savons dans la pratique générale, les smartphones sont beaucoup utilisés par les individus, beaucoup plus que les ordinateurs ou autres outils informatiques. C’est d’ailleurs ces outils qui sont ciblés le plus par les cybercriminels. Avec les données qu’ils pourront recueillir, ils s’en serviront pour d’autres fins, tout aussi malveillant. « Dans tous les cas, ils commenceront à interagir constamment avec un serveur Internet quelconque. » explique Dmitri Kouramine. « L’utilisateur peut détecter une telle activité de manière indépendante grâce à la surveillance des ressources du système d’exploitation Android », explique ce dernier. « Pour se protéger contre les cybercriminels, il est recommandé d’utiliser un logiciel antivirus pour smartphones et de surveiller les statistiques de consommation du trafic Internet de diverses applications ».

C’est d’ailleurs dans un tel contexte que la société de Redmond Microsoft, alerte les utilisateurs d’Android contre un programme de rançonnage assez sophistiqué qui les menace.

Le chercheur explique un contexte assez simple. Prenons le cadre d’une application tel que « calculatrice », qui dans les normes n’est pas censée accéder à Internet.  Si elle commence alors à utiliser vos données internet, il fait clair que cela doit vous interpeller. « C’est un signal à 100% sûr que quelque chose ne va pas », note ce dernier. Dans de telles situations, les spécialistes conseillent de réinstaller à nouveau le système Android et de ne pas se contenter d’une simple restauration paramètres d’usine de votre smartphone.

Notons à titre de rappel que les cybercriminels arrivent facilement à infiltrer les smartphones des utilisateurs lorsque ces derniers veulent forcément utiliser des applications non officielles. Des applications qui ne sont pas le plus souvent sur le PlayStore de Google. En d’autres termes, ce sont les utilisateurs eux-mêmes qui souvent sont la principale cause de leur piratage informatique. Cependant il faut soulever un bémol, tous les logiciels qui sont disponibles sur le PlayStore ne sont pas forcément des logiciels fiables. En effet, suite à une analyse menée par des spécialistes de la sécurité informatique de la société de l’Institut IMDEA et NortonLifeLock sur près de 8 millions d’applications disponibles dur le PlayStore, il a été découvert que près de 10 % à 24 % d’entre elles étaient indésirables ou dangereuses pour la sécurité des smartphones.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Cybersécurité et entreprises Françaises, quelle approche technique en période de troubles ?

Aujourd’hui, plusieurs entreprises sont obligées d’adopter le modèle de travail à distance.

Le confinement l’oblige et cela malheureusement n’est pas de tout repos. En effet, le télétravail profite à une autre catégorie de travailleurs. Les pirates informatiques. Quand bien même que cela est illégal, la cybercriminalité continue de se développer au grand dam des entreprises et des particuliers. Ce qui augmente la pression sur les spécialistes de la sécurité informatique.

Cet article va aussi vous intéresser : Comment travailler à distance en toute sécurité et protéger son entreprise ?

Mais avant tout ceci pour un petit point. Si nous remontons en 2018, une étude menée par l’INSEE a démontré que 16  % des entreprises françaises, qui comprenait un personnel de plus de 10 personnes, ont déjà été confrontées à un problème de sécurité informatique. Ces problèmes pouvaient se constituer en une disponibilité des services informatiques, des destructions ou altérations de données numériques, fuites de données ou divulgation d’informations confidentielles. De façon précise, on parle de 13  % de petites et moyennes entreprises (de 10 à 19 personnes) et des 30  % les grandes entreprises (de plus 250 personnes).

La même étude a prouvé que les incidents de sécurité informatique  ont frappé 9  % des structures œuvrant dans secteur de l’hébergement et de la restauration. Au niveau des activités de nature scientifique, technique ou spécialisée, il a été détecté 21  % des Structures.

Par ailleurs, seul 40  % des entreprises françaises sont assurées contre les cyberattaques. Cela comprend 60  % des grandes entreprises ayant plus de 250 employés et seulement 30  % des petites et moyennes entreprises. Par ailleurs, l’expérience a démontré que les entreprises ayant été touchées par tes attaques informatiques sont plus susceptibles s’assurer contre ces incidents. De la sorte, plus elles sont exposéees, plus elles s’assurent. Mais il a été prouvé que aujourd’hui, le nombre d’entreprises qui décident de se prendre en charge au niveau des assurances sont de plus en plus élevés. A ce propos, Philippe Crevel, journaliste ecrit : « Dans l’ensemble, plus les sociétés sont exposées à ces incidents, plus elles sont dotées d’assurances contre ces risques. Les sociétés de l’information et de la communication sont fortement assurées et sont, en proportion, moins atteintes par des incidents. Elles sont davantage conscientes des risques et elles les prennent mieux en charge. À l’inverse, les sociétés de la construction sont les moins assurées contre ces risques bien qu’elles soient très exposées aux incidents. ».

De 2018 à 2019, le nombre de sociétés, ayant été touchée par des attaques informatiques, causant ainsi à leur torts une disponibilité des services informatiques ou encore des pertes importantes de données numériques ou tout autres pannes informatiques a augmenté significativement de 12  % à 30  %. Fort heureusement, on peut Clairement observer une amélioration au niveau des sociétés moyennes quant à leurs actions pour accroître leur sécurité informatique en interne. « En 2019, 87 % de sociétés de 10 personnes ou plus réalisent des activités en lien avec la sécurité de leur système d’information : tests de sécurité, formations à la sécurité des technologies de l’information et de la communication (TIC), résolution des incidents, etc. » commentait Philippe Crevel. le bémol se situe au niveau des 2  % de ces petites entreprises, qui jusqu’à présent n’ont encore établi aucun véritable au protocole de sécurisation. L’on a observé pareil comportement chez 1 %  des grandes entreprises.

En outre, il faut noter 67 % des entreprises font appel à des spécialistes extérieurs dans le cadre de la sécurité informatique. 20 % préfèrent faire appel à des aides extérieures en plus de leurs employés.

Par ailleurs, la majorité des petites et moyennes entreprises (86 %) adoptent de façon régulière des pratiques qui favorisent une bonne sécurité. On parle notamment des mise à jour constantes des systèmes d’exploitation et logiciels, la sécurisation des accès par mots de passe fort. 70 % d’entre eux eux penchent du côté de l’authentification à multiple facteurs, l’externalisation de la sauvegarde des données sans oublier « le contrôle d’accès au réseau informatique ». Au niveau des grandes entreprises avec environ 250 employés, l’usage Constant d’un réseau virtuel privé (VPN) dans les échanges et les accès à distance a été observé chez plus de 80  % d’entre elles, alors que ce genre de pratique n’est visible que chez 45  % des petites et moyennes entreprises.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage