Améliorer la sécurité informatique des petites entreprises

Selon une récente étude, près de la moitié des petites et moyennes entreprises Françaises ont été victimes d’attaques informatiques.

Le constat n’est pas bien moins étrange en ce sens que ces entreprises sont moins protégées que les plus grandes. De la sorte les pirates informatiques s’en donnent à cœur joie.

Cet article va aussi vous intéresser :

Récemment, la société MasterCard, spécialiste dans la fourniture de solutions de paiement sécuritaire, par ailleurs l’un des leaders du secteur affirme être en train de développer un ensemble de solutions pour aider les entreprises à taille moindre à se protéger efficacement contre d’éventuelles cyberattaques.

Comme on le sait de manière pratique, la capacité d’une entreprise à se protéger de la cybercriminalité dépend de sa taille. En effet, les ressources qu’elles compte allouer à cet aspect de sa vie courante varient selon ses ressources propres. Et généralement dans la petite entreprise, les employés ne sont pas suffisamment formés comme c’est le cas dans les plus grandes. « Pour compromettre la sécurité de l’ensemble des infrastructures informatiques d’une entreprise, il suffit d’un employé pas suffisamment vigilant qui ouvre une pièce jointe ou clique sur un lien présent dans un e-mail envoyé par un hacker. » explique le Vice-Président Cyber & Intelligence Solutions chez Mastercard, M Aymeric Harmand.

Avec la pandémie qui secoue le monde entier et les mesures qui s’en ont suivies, tel que le confinement, la situation ne s’est pas véritablement améliorée. En effet, avec le basculement précipité et massif vers le travail à distance, le collaborateur lambda a du mal à séparer les pratiques courantes des pratiques professionnelles. Aussi l’utilisation des réseaux wifi publics et les ordinateurs personnels constitue grandement une menace pour les systèmes informatiques des petites entreprises.

De plus, les petites entreprises pêchent le plus souvent au niveau des mises à jour des logiciels utilisés. Lorsqu’une faille de sécurité est corrigée par les éditeurs de ses outils, il est rare que les entreprises à taille moindre se préoccupent de ce correctif. De la sorte, les cybercriminels profitent également des failles de sécurité ouverte.

Les cyberattaques les plus utilisées par les criminels sont les ransomwares. Des programmes malveillants qui leur permettent de chiffrer l’accès aux données d’une entreprise. En échange de la clé de déchiffrement, les cybercriminels exigeront de l’entreprise le paiement d’une rançon. Aujourd’hui, il n’est pas rare que les pirates informatiques font chanter les entreprises avec les données qu’ils arrivent à recueillir suite à ce genre de genre de cyberattaques attaque. Une situation qui fait perdre beaucoup d’argent aux entreprises en particulier les plus petites.

En dehors du rançongiciel qui est un classique en matière de cyberattaque contre les entreprises, il arrive souvent que cette dernière sont ciblées par des attaques ayant pour but simplement de voler des données sensibles voir confidentielles. Tel que le design de produit des contrats commerciaux les informations sur des clients… « Cela nuit terriblement à l’image de l’entreprise, car clients et partenaires seront réticents à l’avenir de partager certaines données sensibles. » explique Aymeric Harmand.

Malheureusement, les petites entreprises investissent moins dans le secteur de la sécurité informatique. Alors que plusieurs études ont démontré que suite à une attaque informatique, plus d’un tiers des petites entreprises ne se relève plus. L’enjeu est donc de taille. Surtout lorsque l’entreprise est contrainte de payer 4 % de son chiffre d’affaires dans la mesure où elle met en danger des données appartenant à d’autres personnes, conformément au Règlement Général de la Protection des Données et qui ont des données. Tout ceci en courage nettement le développement des assurances contre la menace informatique.

Pour se protéger, il faudra alors se poser la bonne question et appréhender les choses autrement. Par exemple, 94 % des programmes malveillants qui touchent les entreprises passe par le canal de emails. Ce qui veut dire qu’il faudra former ses collaborateurs à reconnaître et se débarrasser de tous les e-mails qui présente un caractère douteux. Eviter d’ouvrir des mails ou des pièces jointes de correspondance inconnue ou lorsque cela n’est aucunement nécessaire. Ne pas répondre à ses mails privés sur un terminal professionnel.

Par ailleurs, 60 % des cyberattaques utilisant des failles de sécurité logicielle pouvait être évitée avec du simple au mise à jour. Ce qui démontre la nécessité de mettre constamment à jour dès l’instant que cela est possible, l’ensemble de son système informatique et logiciels.

De son côté, la société MasterCard propose comme solution RiskRecon.  « La solution RiskRecon ne nécessite pas d’implémentation particulière », souligne Aymeric Armand. « Elle permet à l’entreprise de vérifier régulièrement où elle se situe en matière de cyber sécurité, les risques auxquels elle s’expose et comment les résoudre. ». Notons par ailleurs que le service n’est pas limité qu’aux petites et moyennes entreprises. Cependant, pour leur venir en aide pendant cette période assez délicate, MasterCard leur offre la solution gratuitement jusqu’à la fin de l’année.

« Le niveau de risque s’accroît à mesure que le niveau de professionnalisation des hackers augmente. Pour permettre aux petites entreprises de se prémunir de ces risques, nous devons investir dans les technologies les plus récentes. RiskRecon en fait partie. » note Aymeric Armand en guise de conclusion.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage