Apple : 50 millions de dollars contre la divulgation de plan des futurs Mac M1, le dilemme de la société à la pomme

Le célèbre groupe de pirate informatique derrière le fameux rançongiciel REvil, ont lancé une menace à l’encontre de la société américaine Apple.

Ces derniers exigent le paiement d’une rançon en échange des informations sur les futurs Mac qui seront produits par la firme de Cupertino.  Ces pirates informatiques auraient pu accéder à ces informations suite au piratage informatique d’un des plus gros sous-traitant de Apple : Quanta. Il semblerait même qu’ils aient déjà tenté d’extorquer le sous-traitant sans succès. Pour montrer leur détermination, ils ont déjà commencé à publier certains plans du fameux MacBook date du mois de mars 2021 histoire de faire pression sur le géant à la pomme.

Cet article va aussi vous intéresser : Apple : La puce de sécurité du géant compromise

Si ce genre de situation est assez rare, cela mérite de faire la Une de toutes les presses. Apple est belle et bien victime des pirates informatiques Russes derrière REvil. Ce groupe de cybercriminels sont généralement spécialisés dans le déploiement de rançongiciels. L’une de leurs actions qui les a rendus célèbre n’est rien d’autre que la fameuse double extorsion. En effet, en plus d’installer un rançongiciel sur le système visé pour exiger le paiement d’une rançon, ces derniers publient quelques informations confidentielles sur un forum en présent dans le dark web. L’objectif étant de prouver qu’ils sont bel et bien en possession d’informations compromettantes. Pour forcer encore le paiement d’une autre rançon mais cette fois-ci pour ne pas divulguer les informations.

Il faut noter que ces cybercriminels sont organisés comme une entreprise. Il fonctionne comme une société industrielle avec plusieurs couches et une hiérarchisation complexes. C’est d’ailleurs ce groupe de pirates informatiques qui ont créé le fameux concept de Ransomware-as-a-Service (RaaS) « un modèle dans lequel le groupe de pirates se concentre sur le développement des ransomware et sur la maintenance de leur interface de paiement pour mieux commercialiser l’accès à ses solutions. Dans ce modèle, sorte d’affiliation entre des pirates-clients et des pirates-commerçants, les clients peuvent toucher jusqu’à 70% du butin – le reste revient à REvil qui peut financer l’inquiétant développement de ses activités. », explique un spécialiste de la cybersécurité.

Si la pratique a dans certains cas fonctionnés et rapporter beaucoup d’argent à ces cybercriminels, il arrive certaines situations où le chantage en ne marche pas. Touché par le rançongiciel de REvil, le sous-traitant de Apple, Quanta, une Taiwanaise qui sous-traite aussi ses services à Google et HP, a catégoriquement refusé de payer la rançon exigée. Elle déclare dans un communiqué : « L’équipe de sécurité informatique de Quanta Computer a travaillé avec des experts informatiques externes en réponse à des cybers attaques sur un petit nombre de nos serveurs. Nous l’avons signalé aux autorités compétentes avec lesquelles nous sommes en parfaite communication […] Aucun impact matériel sur les opérations de Quanta n’est à signaler ».

Alors face au refus de Apple et de son sous traitant, les pirates informatiques décident alors de changer de stratégie. En publiant bien sûr, quelques informations relatives au MacBook qui devra sortir bientôt. Ces informations datent du 9 mars 2021. Elle provient le nom du designer de Apple connu sous le nom de John Andreadis.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage