Banque et télétravail, une combinaison qui passe très difficilement selon les responsables des institutions financières

Selon plusieurs responsables qui ont été interrogés sur la question, la pandémie du coronavirus rend encore plus difficile l’ensemble de leur travail, comme c’est pareil sûrement n’importe ou d’ailleurs. « Le télétravail est difficile pour les banques (…) La santé est évidemment notre priorité, mais avoir 100% des employés en télétravail est très difficile », déclare le porte-parole de la Banque Internationale à Luxembourg.

Cet article va aussi vous intéresser : Quand les banques sont sauvées par un pirate informatique de bonne foi

La maladie qui a infecté presque le monde entier n’a pas simplement des conséquences sur le plan sanitaire. Sur le plan professionnel et technique, les différents acteurs sont aussi au bord de la crise. Une grande partie des entreprises est obligée de reconvertir son mode habituel de travail en télétravail. Et pour tout dire, ce système de travail à distance n’est pas quelque chose de très aisé pour une certaine coordination et efficacité tant exigées à certains niveaux. Et parmi les plus touchés, il y a les banques. Le principal problème a annoncé dans ce secteur et la question de sécurité. Les données des clients ainsi que des institutions sont par le biais de travail à distance plus exposées qu’avant. Si le porte-parole de la banque internationale de Luxembourg déclare de manière ferme : « Nous devons aussi garantir la sécurité bancaire et la protection des données », il faut quand même noter que la tâche ne sera pas aussi facile. Et cela se voit à travers les différentes appelles à méfiance de la commission de surveillance du secteur financier, qui depuis le début de cette affaire, ne cesse d’avertir les institutions financières accroître leur niveau de sécurité. « Dans la mesure où des personnes malintentionnées cherchent à profiter du contexte actuel, où les acteurs de la finance sont focalisés avant tout sur la protection de leurs collaborateurs ».

Les banques de leur côté s’organisent comme elles peuvent, même si la tâche sont plus difficile que prévue : « Les salariés qui ont des enfants ont déjà pu prendre des congés familiaux. Ceux qui pâtissent d’une baisse de leur activité et qui le souhaitent peuvent prendre des congés payés ou sans solde. Notre but est que le maximum de salariés puissent travailler de leur domicile » explique le porte-parole de la banque internationale du Luxembourg. Dorénavant c’est plus de 300 employés qui travaillent à domicile de manière plus intensif. Ce qui est pareil du côté de BGL BNP Paribas qui a aussi signifié utilisé pour une partie de son effectif le travail à distance. Cependant une partie de leurs employés continueront de travailler au bureau mais repartir sur plusieurs sites de sortes à éviter une forte agglutination : « Ils ne peuvent ensuite pas venir sur un autre site, explique la BIL. Nous avons notamment ouvert comme les autres banques notre centre de secours, à savoir des locaux que nous n’utilisons pas en temps normal ».  Cependant, la banque met en évidence le fait que les employés ont été sensibilisés à mettre en œuvre le plus simplement possible les gestes d’hygiène nécessaires pour éviter la propagation du virus. Les réfectoires ont été fermés et dans certaines conditions les méthodes de vidéoconférence et des services de messagerie instantanée sont privilégiés pour éviter au maximum les contacts directs. Si la banque reste ouverte pour recevoir sa clientèle dans certaines conditions qu’ils exigent, elle continue de la sensibiliser pour que cette dernière se sert au maximum des solutions digitales avec soin et de se rendre sur leur site que dans un cas d’extrême urgence.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage