Bras de fer entre les décideurs Business et IT

Les décideurs business et les décideurs en matière de cybersécurité ont du mal à s’entendre.

Du moins c’est ce qui révèle une étude réalisée par la structure IDC, pour le compte de Devoteam, une firme spécialisée dans le conseil et l’assistance en matière de technologie innovante et de management. En effet, cette incompréhension où cette mésentente serait due à une question d’appréhension. Les décideurs business ont commencé à appréhender la question de sécurité informatique une contrainte budgétaire.

Cet article va aussi vous intéresser : Le renforcement de la sécurité passe par la réduction de la complicité les systèmes

Avant tout, il faut noter que cette étude a été réalisée juste avant l’explosion de la pandémie du COVID- 19. Le champ d’enquête s’est étendue de l’Europe au moyen Orient. La thématique de cette étude : « Un plan pour la transformation de la sécurité ». Elle a permis de confirmer ce que plusieurs spécialistes savaient déjà. Qu’il existait un fossé réel entre les discours portant sur l’importance voire, la nécessité de créer un environnement sain et sécuritaire en entreprise sur le plan numérique et les moyens et dispositions mise en œuvre pour réaliser discours. Il est clair que pour les dirigeants d’entreprise, du moins une très grande partie, la cybersécurité n’est pas quelque chose de prioritaire.

Il n’est pas rare effectivement de constater des organisations vanter les mérites d’une bonne sécurité informatique, les mêmes l’utiliser comme un argument de communication et marketing. Cependant, seulement une minorité met tout en œuvre pour être dans les normes de la sécurité qui sont démontrées par celles qui ne le feront jamais. Généralement dans les entreprises, qu’elles soient grandes et moyennes, lors de la définition des nouveaux projets, « la sécurité reste une pensée après coup pour plus d’un tiers des organisations.

Certes, les professionnels interrogés sont quasi unanimes sur les principaux objectifs de la transformation digitale, à savoir qu’elle permet de tirer parti des opportunités offertes par les nouvelles technologies en termes d’innovation, de réinvention et d’optimisation des processus, et d’amélioration des expériences clients et utilisateurs. » explique Philippe Richard Journaliste et reporter IT.

Par rapport aux décideurs, l’importance de la sécurité informatique varie. Par exemple, la majorité des décideurs business interrogés lors de l’enquête, le plus important et l’intégration des métiers lors de la transformation digitale. Pour ceci, le problème majeur de la sécurité informatique en entreprise est dû à des contraintes budgétaires (52,98 %). De plus, le manque de compétences en matière de cybersécurité augmente les difficultés. Et pour finir, il existe un réel problème quand il faut cumuler les objectifs de sécurité en priorité liées aux affaires. Par ailleurs, du côté des décideurs en matière de sécurité, 61,97 mettent en avant l’intégration des systèmes. Environ 65 % d’entre eux privilégie à la sécurité de l’information. Car pour eux, le hic majeur réside en la fragmentation et au défaut d’intégration les mesures de protection dans un premier temps, et dans un second, le manque de compétences. Ce n’est qu’en troisième position qu’intervient la question des contraintes budgétaires.

D’où cette opposition, quand il faut décider ce qu’il faut adopter pour le développement de l’entreprise, ce qui se transforme en obstacle au final. Philippe Richard commentait le résultat de l’étude en notant que : « La mise en conformité réglementaire et le réalignement de l’activité sur les canaux digitaux font partie des priorités placées en 2ème ou 3ème position par l’ensemble des décideurs.

En réalité, cette étude pointe du doigt la complexité pour les organisations à trouver où placer le curseur. Les contraintes budgétaires sont des obstacles permanents à l’amélioration de la sécurité dans les organisations. ». Une complexité qui n’est pas prête d’être résolue aussitôt.

Cependant suite à une analyse profonde, les contraintes budgétaires sont considérées comme étant le principal obstacle dans la définition des politiques sécuritaires en entreprise selon la majorité des décideurs de tout bord, soit 50,93. Ces difficultés financières prennent le devant sur le manque de compétences et la fragmentation. D’ailleurs, seuls 26 % des organisations accordent une place de choix à la sécurité informatique dès la phase de planification de toute nouvelle initiative dans l’entreprise. Pourtant, nous avons 92,2 % des organisations qui signifient se baser sur l’analyse de risques pour décider de leurs futurs investissement.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage