Archives pour la catégorie Cyber-sécurité

Notre équipe est dotée d’expert en cyber-sécurité qui vous donnera les meilleures conseils et explications détaillés sur la protection des données.

5 gestes à adopter pour lutter efficacement contre les stratégies de cyber-criminalité

Depuis toujours la cybercriminalité a été quelque chose de complexe.

Les techniques de piratage évoluent, et les cybercriminels ont toujours en cours d’avance.  Avec cette pandémie mondiale qui a augmenté l’utilisation des services numériques, les gens sont de plus en plus exposés aux pirates informatiques. L’usage intensif des réseaux sociaux pour faire passer le temps, le télétravail pour les professionnels, sont de nature, à créer plus de vulnérabilité qu’avant. C’est pour cette raison qu’avoir une bonne hygiène numérique est essentiel pour ne pas être victime d’une potentiel attaque informatique.

Et qu’est-ce qui nous rend vulnérable ?

C’est l’usage massif des outils personnels à des fins professionnelles, qui sont généralement moins protégés que des outils professionnels. Et en ces temps de coronavirus, le travail à distance s’est accru. Malheureusement, les outils personnels se muent peu à peu en des outils professionnels. Le cauchemar des responsables de sécurité informatique. « La sécurité informatique est fragilisée. C’est comme si on vous avait sorti du château fort avec toutes ses protections et que l’on vous mettait dans une tente à l’extérieur », explique, de façon imagée, le CEO d’Orange Cyberdéfense, Michel Van Den Berghe.

Alors voici 5 attitudes essentielles adopter pour une bonne hygiène numérique.

Conseil 1 – Faire attention au correspondances reçues par voie numérique.

Les courriers électroniques sont généralement la porte d’entrée des pirates informatiques dans la majorité des cas de piratage d’entreprises ou d’institutions Publiques. En effet le pirate informatique mise sur la négligence des employés pour faire passer via des emails, des programmes malveillants ou encore des liens corrompus. C’est ce qui fait l’essence même des attaques par phishing. Alors votre première attitude face à un courriel reçu de correspondant inconnu, c’est de vous en débarrasser sans chercher à lire le contenu. Quand vous recevez une correspondance électronique de la part d’un correspondant connu déjà, assurez-vous de l’identité de ce correspondant par des procédures de vérification efficace. N’acceptez aucun échange tant que vous n’êtes pas sûr à 100 % de l’identité de la personne qui vous a contacté. S’il vous est demandé à tout hasard dans un de vos courriers de télécharger un document numérique ou encore une application hors d’une plate-forme officielle, n’hésitez pas à refuser c’est bel et bien un piège.

Conseil 2 – Mettre à jour l’ensemble de ces équipements que ce soit au niveau du système d’exploitation ou au niveau des logiciels de protection ou autres programmes informatiques.

La mise à jour est essentielle. Elle permet de combler les failles de sécurité dont pourrait se servir un pirate informatique pour endommager votre système.

Conseil 3 – Se servir d’un VPN.

Le VPN est un outil efficace pour laisser moins de trace derrière soit lorsque accède à distance à nos fichiers. Par ailleurs, il nous expose moins et assure une certaine confidentialité.

Conseil 4 – Se méfier des outils gratuits.

Les outils gratuits sont souvent, des programmes d’espionnage efficace. Si vous estimez que vous devez utiliser et échanger des données sensibles lors de votre travail, éviter les outils gratuits. Surtout en cette période de confinement.

Conseil 5 – Réagir immédiatement en cas de problème.

En effet dès l’instant que vous observez un dysfonctionnement quelconque, ou quelque chose d’irrégulier, n’hésitez pas à contacter immédiatement votre responsable de la sécurité. En effet, réagir immédiatement à un disfonctionnement permet facilement de résoudre le problème avant qu’il ne s’aggrave.

Conseil 6 – Se méfier les fakes news.

Ces derniers temps les fausses informations sont légions. En effet, il est très facile aujourd’hui de l’individu à travers une information qui pourrait l’intéresser. Si vous recevez une information vous promettant un service gratuit ou une réduction exceptionnel prenez la peine de vérifier l’information prêt des instances officielles.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



FSecure vous conseille de rester en sécurité en appliquant ses conseils de sécurité pendant ces périodes de troubles

Selon FSecure, en suivant ses 5 conseils, il est possible de vous tenir loin des attaques informatiques jusqu’à la fin de la crise occasionnée par la pandémie du virus.

En effet comme on le voit, les cyberattaques ont connu un certain Boom depuis le début de l’année. La crise sanitaire qui traverse le monde entier à favoriser l’explosion du trafic d’Internet, permettant ainsi aux pirates informatiques d’avoir plus de possibilités qu’avant. Cependant les organisations de santé sont les plus touchées en ce temps de crise. Elles sont vulnérables et débordées, ce qui se comprend. C’est d’ailleurs pour cette raison, que Mikko Hyponnen, le responsable de la recherche chez la société de cybersécurité F-Secure, a exhorté les cybercriminels à se tenir « à l’écart des organisations médicales. Il signifie sur Twitter que « Si vous visez des systèmes informatiques d’hôpitaux durant la pandémie, nous utiliserons toutes nos ressources pour vous pister ».

Le coronavirus bouc émissaire assez génial pour les pirates informatiques. Donc, ils feront tout pour tirer le maximum de profit de la situation.

Alors à l’instars de la crise sanitaire qui exige un ensemble de pratiques pour se protéger du virus du COVID-19, il y a aussi des bonnes pratiques à adopter pour éviter cette fois-ci les virus informatiques. FSecure, entreprise spécialiste de la sécurité informatique nous livre 5 bons comportements à adopter pour une meilleure cybersécurité :

Les conseils de FSecure :

1 – Se tenir loin des pièces jointes contenues dans des correspondances de destinataires que vous ne connaissez pas.

Cette tactique est très courante, les e-mails sont les moyens très courant pour cacher des programmes malveillants ou autres liens corrompus. Et cela très régulièrement. Les internautes sont amenés le plus souvent par l’inquiétude ou la curiosité, surtout lorsqu’ils voient « informations importantes » ou peut-être « instructions sur la manière de se protéger ». Et la curiosité fait le reste. Le problème, une fois ces pièces ouvertes, les utilisateurs s’exposent automatiquement à des programmes malveillants qui peuvent s’installer automatiquement sur les terminaux. « Ces e-mails frauduleux cherchent à vous faire croire qu’ils sont issus d’une source fiable, comme le gouvernement. Ils se sont d’abord répandus en Chine. Les États-Unis et le Japon ont ensuite été touchés. D’autres pays devraient suivre. » explique Guillaume Gamelin, le Vice Président régional de F-Secure

2 – Se limiter à des sites Web protégés et fiables, lorsqu’on veut accéder à Internet. C’est un conseil de base. Cela permet de se protéger contre les méthodes d’hameçonnage.

3 – Dans le cadre des tâches professionnelles, vous devez éviter le plus possible d’utiliser des appareils à usage personnel. Car dans la majeure partie de l’usage de nos appareils personnels, nous n’avons pas généralement cette tendance à faire attention à notre cybersécurité. Le système d’exploitation ou même les logiciels de sécurité ne correspondent pas aux exigences du secteur professionnel, qui lui est marqué par un certain cadre confidentiel. Aussi, en utilisant ses terminaux personnels, on risque d’exposer les données professionnelles à de potentielles attaques informatiques voire à des détournements d’informations confidentielles.

4 – Toujours se servir de réseau virtuel privé ou encore VPN à distance à des fichiers importants pour votre travail. Même en dehors du travail, il est toujours recommandé utiliser le chiffrement qu’offre un VPN pour protéger ses données personnelles mais aussi pour sécuriser ses accès à Internet. L’idée est de laisser le minimum d’informations derrière soi lorsqu’on accède au Web.

5 – Utiliser un antivirus, ou tout autres solutions de protection. Sans oublier les mises à jour complètes de vos terminaux et vos applications.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Protéger le télétravail : Quelles règles de sécurité à appliquer pour sécuriser son entreprise ?

Le télétravail n’aurait pas été une pratique courante que ces derniers temps.

Le confinement du fait du COVID-19 a multiplié le nombre des ces entreprises qui ont adopté ce moyen de travail à distance. Cependant le travail à distance expose les entreprises. Car les pirates informatiques peuvent profiter de cette augmentation inouïe du trafic de internet pour leurs activités illégales habituelles.

Cet article va aussi vous intéresser : La mise en garde des télétravailleurs en ce moment de crise

Alors les entreprises cherchent un moyen pour améliorer au mieux leur Cybersécurité. Et cela est une nécessité car, plusieurs sont ces sociétés qui ne sont pas suffisamment bien équipés pour basculer vers un système de travail à distance à fort tendance. Selon Alexandre Lazarègue, un avocat spécialisé en droit du numérique : « La France n’a fait qu’amorcer sa transformation digitale et n’est pas préparée au télétravail massif des salariés ». Phénomène qui a été confirmé par David Grout CTO EMEA de FireEyes, dans un constat récent : « De nombreuses entreprises voient le nombre d’attaques par phishing utilisant le COVID19 comme argument, augmenter et la sensibilisation des utilisateurs est clef »

Le système de phishing, encore appelé l’hameçonnage, est très répandue. En ce temps de panique, il est facile de tromper la vigilance de l’internaute ou même d’un professionnel avec un mail comportant une pièce jointe corrompue. Il suffira pour l’hacker d’utiliser simplement les mots-clés magique COVID-19 ou encore coronavirus. À travers ce genre d’approche sournois qui est de devenue de plus en plus facile, les Différents d’utilisateurs, en particulier les entreprises sont exposées à plusieurs problèmes tels que les logiciels de rançonnage.

Pour se protéger donc, l’avocat spécialisé en droit du numérique, Alexandre Lazarègue, va conseiller des bonnes pratiques à mettre en une application pour aider les entreprises vulnérables. Ses conseils que partageons avec vous :

1– Ne pas négliger les mises à jour systèmes et logicielles : « Procéder aux mises à jour des logiciels et des systèmes d’exploitation dès lors qu’elles sont proposées. Celles-ci n’apportent pas seulement de nouvelles fonctionnalités, elles corrigent les vulnérabilités. »

2- Faire la sauvegarde régulière de ses données : « Sauvegarder régulièrement ses données sur des supports non connectés aux machines (disque dur externe, clé USB). »

3- Fixer des mots de passe pour tout accès à votre système ou terminaux : « Les mots de passe doivent être robustes et différenciés selon les usages. Il faut aussi restreindre les accès, gérer les droits, cloisonner les usages. »

4- Utiliser un réseau VPN pour vos connexions à distance : « La connexion du salarié au système d’information de son entreprise doit être sécurisée. Il est préconisé d’utiliser un logiciel VPN qui crée un tunnel de connexion Internet qui rend ce qui transite à l’intérieur incompréhensible pour des personnes extérieures et rend anonyme. Il ne faut pas se connecter aux réseaux wifi publics. »

5- Définir un protocole de gestion et de vérification des emails entrants : « Il faut être vigilant dans le traitement de ses courriels (souvent utilisés par les pirates pour infecter une machine). Il ne faut jamais ouvrir des mails dont la provenance ou la forme est suspecte (expéditeur inconnu, style très impersonnel, texte visiblement traduit en français de manière automatique…). Lorsqu’un fournisseur, par exemple soumet un nouveau numéro IBAN pour un virement, il convient de déclencher un protocole rigoureux de vérification au-delà d’un simple échange de mail. »

6- Éviter l’usage des outils informatiques personnels dans le cadre professionnel : « Utilisez les moyens professionnels sécurisés fournis par son entreprise (téléphone, ordinateur, VPN, etc.). Ne pas les contourner, par l’usage de moyens personnels (ex. : messagerie personnelle). »

7- Définir une charte informatique : « L’employeur peut élaborer une charte informatique par lequel le télétravailleur s’engage à utiliser les bonnes pratiques pour préserver la sécurité informatique de l’entreprise.

C’est un document de portée juridique qui permet de fonder les sanctions disciplinaires mais aussi civile ou pénale et qui peut être annexé au règlement intérieur. »

8- Les informations essentielles doivent être conservées aussi sur du papier : « Editer sur papier un annuaire de contacts validés. »

9- Souscrire à une assurance contre les cyber-attaques : « S’assurer du risque cyber est aussi une possibilité même si les assureurs exigent un socle minimal de sécurité pour assumer les risques. »

10- Se protéger du vol : « Câble de sécurité, marquage visible du matériel, verrouillage automatique, chiffrement. »

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Coronavirus et cybersécurité : 6 conseils pour rendre plus sûr le télétravail

Depuis un certain moment, la tendance est au confinement.

Ce qui sous-entend que plus personne ne peut aller convenablement au bureau comme avant. C’est qui va donner l’accès au Télétravail, la méthode idoine dans ce genre de circonstances. Cependant, qui dit télétravail dit aussi vulnérabilité. En effet, les entreprises auront bien sûr du mal à suivre les pratiques nécessaires pour préserver un bon cadre de sécurité informatique. Surtout quand on sait que les employés pourront utiliser dans certaines conditions voire tout le temps, des outils informatiques personnels. On se dit alors que l’exposition aux attaques informatiques risque de grandir durant cette période de confinement.

Cet article va aussi vous intéresser : Malware et coronavirus, une combinaison qui devient de plus en plus dangereux pour les utilisateurs

Avocat spécialisé en droit du numérique, Alexandre Lazarègue met en avant cet aspect du télétravail : « Le travail à distance aggrave donc les risques de cyberattaques pour les entreprises ». Dans ce contexte, il conseille plusieurs pratiques, pour se protéger : « De la même manière qu’il faut se laver les mains pour se prémunir du coronavirus, il existe de bonnes pratiques pour prémunir les entreprises des virus informatique. ». Voici alors 6 pratiques nécessaires pour un télétravail en toute sécurité :

1- S’assurer de la mise à jour des appareils utilisés dans le cadre du travail à distance.

Comme vous le savez tous, les mises à jour permettent d’accroître la sécurité des appareils que nous utilisons. Il est donc essentiel de s’assurer qu’au niveau des logiciels comme au niveau du système d’exploitation, vous avez totalement assuré vos arrières.

2- Faire régulièrement la sauvegarde de ces données.

À ce niveau aussi c’est un conseil classique. Pour éviter de potentielles pertes de données en cas d’attaques informatiques, il faudrait avoir le réflexe d’emmagasiner le maximum d’informations sur des supports non connectés tels que des disques durs externes et des clés USB.

3- Avoir toujours les accès protégés par des mots de passe.

Le premier bouclier face à un pirate informatique ou tout autre personne intrusive est vos mots de passe. Comme vous le savez l’idée est d’avoir des mots de passe assez fort mais aussi confidentiels. Les mots de passe qui vont déterminer l’accès à certaines plateformes en tenant compte des habilitations de chaque employé.

4- Sécuriser son réseau Internet.

Est courant dans ce cas de figure de se servir de VPN. Ce qui permet bien sûr de non seulement accroître la sécurité des échanges via Internet, mais de réduire au maximum les traces numériques derrière soi. Surtout dans le cadre d’un travail ou les données sont censées rester confidentielles. Et pour cela il est fortement déconseillé de se servir des réseaux Wi-Fi publics. Surtout pas.

5- Créer un mode de gestion protocolaire des courriers électroniques.

L’idée ici est simple. C’est de vérifier l’ensemble des courriers électroniques entrants. D’être en mesure de faire un filtrage efficace pour de débarrasser de ce qui risque de poser problème, par exemple des courriers à contenus corrompus ou potentiellement corrompus. Ou encore des courriers destiner à introduire une campagne de phishing par exemple. Car s’il y a quelque chose à noter, il n’est pas essentiel de lire tous les courriers. il est même recommandé de se débarrasser de ces courriers qui n’ont rien à voir avec le travail , c’est-à-dire ceux qui ont été reçu de destinataire non connu ou non  officiel, sans chercher à connaître le contenu. D’un autre côté, toujours procéder à une seconde authentification de toutes informations reçues d’un fournisseur ou d’un partenaire quelconque.

6- Évitez à tout prix d’accéder à ses profils en lignes personnels sur son outil informatique de travail.

Dans certaines conditions plusieurs, personnes seront contraintes d’utiliser leurs ordinateurs personnels pour le télétravail. D’autres leurs smartphones. Une fois la décision est prise de se servir de ses outils dans le cadre du travail, il faudrait automatiquement stopper certaines pratiques habituelles. Par exemple, accéder à ses comptes en ligne ou effectuer certaine réception qui dans la majeure partie des cas, manque cruellement de sécurisation nécessaire. Cela semble radical mais il est essentiel de respecter cette règle pour ne pas exposer son travail.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



COVID-19 : des risques d’attaque informatique à l’horizon

Cette période de crise mondiale du fait du coronavirus ne passe pas inaperçu aux yeux des pirates informatiques.

Pire, ils s’en servent pour tromper les utilisateurs des services web qui ne sont pas suffisamment vigilants. Ce qui n’est pas du tout inédit car on a l’habitude de voir des tentatives de piratage se servant des périodes de crises.

Cet article va aussi vous intéresser : Les 5 défis de la sécurité informatique pour 2020 selon ESET

Dans le cadre du Coronavirus, les pirates informatiques ont tendance a usurpé l’identité des institutions nationales, comme dans tout les cas d’ailleurs, ou même internationales, des ONG et d’autres groupes philanthropiques pour envoyer des e-mails et autres Messages électroniques.

L’objectif est simple, tromper la vigilance des utilisateurs, pour le pousser à donner plus d’informations sur lui. De ce fait cela peut être des données relativement financières même professionnelles. Dans d’autres cas, c’est d’inciter ces derniers, à faire des dons. Qui bien évidemment n’iront nul part si ce n’est dans la poche de ces cybercriminels. « L’objectif est toujours le même : profiter de ces tragédies pour escroquer des internautes. Et la méthode ne change pas !

L’appât se présente toujours sous la forme d’un email officiel. » signifiait la firme de cybersécurité russe, Kaspersky. Dans la majorité de ces courriers, les pirates informatiques derrière la mascarade vont inviter les destinataires à télécharger le plus souvent des fichiers en format PDF. Une fois ses fichiers téléchargés, des programmes malveillants seront téléchargés automatiquement sur les terminaux visés. En effet Kaspersky a découvert plusieurs programmes malveillants qui se cachent dans bon nombre de ce genre de courriers. « En réalité, ces fichiers contiennent un grand nombre de menaces, des chevaux de Troie comme des vers informatiques, capables de détruire, bloquer, modifier ou copier des données, et aussi d’interférer avec les opérations en cours, sur les ordinateurs ainsi que les réseaux », met en garde Kaspersky.

Il est essentiel de mettre en garde le plus grand nombre de personnes. En effet, selon Proofpoint, dans une étude publiée en 2017, la très grande majorité des clics sur des liens corrompus après avoir reçu des emails, ont  eu lieu exactement 24 heures dès la remise du courrier électronique. Et l’étude a démontré que plus de 25 % des internautes ont cliqué sur les liens corrompus seulement 1h après la réception. Ce qui signifie qu’ils sont constamment exposés et moins vigilants.

Pour vous protéger voici quelques règles :

1) Ne pas agir dans la précipitation.

Prenez le temps de lire le courrier que vous recevez. Analyser les informations ainsi que d’autres aspects des messages. cela peut-être l’adresse utilisée pour vous envoyer le message encore les raisons évoquées dans le message qui ne sont pas dans la majeure partie des cas vraies.

2) La forme du message aussi peut vous aider à découvrir la supercherie.

Il n’est pas rare de trouver plusieurs fautes de grammaire ou d’orthographe et même de conjugaison dans les messages destinés aux arnaques en ligne. Ériger vous dans le contexte en professeur de français lisez les messages mot à mot.

3) Eviter tout simplement de faire ce que veulent les pirates informatiques.

C’est-à-dire cliquer sur le lien où télécharger les documents que vous recevrez. Vous n’avez pas besoin de faire cela. Si une information vous intéresse véritablement, accéder au site officiel de l’institution via votre navigateur. Cela est plus sur et vous pourrez être épargnés si jamais vous êtes face à une fake news.

4) Si vous vous rendez compte d’une tentative de piratage informatique via ce genre de système, n’hésitez pas à alerter l’autorité la plus proche de vous.

Cela peut permettre de sauver d’autres personnes et d’empêcher les pirates informatiques de vous atteindre en passant par d’autres.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage