Archives pour la catégorie Cyber-sécurité

Notre équipe est dotée d’expert en cyber-sécurité qui vous donnera les meilleures conseils et explications détaillés sur la protection des données.

4 questions à répondre pour un système de sécurité plus sûr

Aujourd’hui, la cybersécurité est un pan essentiel dans le développement de toute entreprise.

Les différentes attaques qui ont eu lieu en 2019 montrent bien que le secteur de la cybercriminalité connaît une croissance exponentielle. Les cybers malveillants sont de plus en plus déterminés par leur récent succès.

Cet article va aussi vous intéresser : Les cyberattaques, un danger permanent pour toutes les entreprises en activité

Alors, les mesures de sécurité ne sont plus des luxes, mais plutôt des nécessités aujourd’hui. Pour savoir si votre système de sécurité est au point, vous devrez vous poser certaines questions. Voici 4 des plus importants auxquelles vous devez répondre pour être sûr d’être dans les normes.

1 – Vos outils informatiques sont-ils jours ?

Cela semble anodin mais il est très important de s’assurer que les outils utilisés généralement sont à  jour de toute forme de correctifs disponibles. En particulier le navigateur utilisé. Les experts en cybersécurité ont tendance à expliquer que « par construction, un navigateur est exposé à internet et exécute des instructions fournies par un site externe : code HTML, code CSS, code Javascript. Pour un cyberattaquant, il est facile d’y glisser des données malicieuses ». Cependant en se référant à un rapport émis par des techniciens de Bercy, près de 20 % des navigateurs encore utilisés ne sont pas mis à jour où sont dans un certain cas totalement obsolètes. Un problème à résoudre si vous êtes dans le cas. Et plus vous hésitez, plus vous permettez à des cybermalveillants d’entrée dans votre système.

2 – Vos messageries électroniques sont-ils protégés convenablement ?

À ce niveau, disons que les services de messagerie sont généralement les portes d’entrée préférée des pirates informatiques. S’il y a un secteur dont la sécurité est essentielle et primaire surtout, c’est celui de la messagerie. Car comme on le sait, la forme de piratage informatique la plus connue n’est rien d’autres que le phishing. Et pour cela les hackers ont tendance à passer par des messages corrompus qui attirent les utilisateurs vers des liens malveillants. Pour vous protégez, vous devez non seulement vous assurer que vos messageries sont cryptées convenablement, mais vous devez faire en sorte que n’importe qui ne soit pas en mesure de vous contacter via à votre service de messagerie professionnelle. Et si c’est le cas, éviter toute forme d’interaction avec des inconnus car cela risque de vous être préjudiciable.

3 – Avez-vous fait des sauvegardes de vos données informatiques ?

La sauvegarde des données informatiques est essentielle. Récemment la vague de piratage aux programmes de rançonnage a démontré clairement l’importance d’avoir une sauvegarde sur un serveur externe de la quasi-totalité de vos données personnelles et professionnelles. Si dans l’éventualité vous êtes pris par un virus qui à l’emprise votre système comme dans le cas classique des ransomwares, soyez sûr d’une chose, vos données seront crypter et vous n’aurez accès à ces données que lorsque vous auriez payé une amende. Cependant en cas de sauvegarde conforme aux normes de l’ensemble de vos données, il est clair que ce problème ne pourra pas véritablement vos freiner car vous n’aurez tout simplement qu’à la récupérer.

4 – Comment gérez-vous vos mots de passe ?

Dans la pratique, les mots de passe sont le premier obstacle qui permet de protéger vos données d’un piratage informatique ou de tout type d’accès non conforme aux usages (lire notre article Créer des mots de passe hyper solides). Avoir des bons mots de passe et la clé et les stratégies pour en créer aujourd’hui sont légion. Vous pouvez tout simplement vous contenter de produire de bon mot de passe en respectant les normes décrites c’est-à-dire :

– Diversifier vos mots de passe par rapport aux usages et aux comptes.

– Composer des mots de passe avec au minimum 8 caractères.

– Eviter les références personnelles dans la composition des mots de passe tels que les noms, prénoms, date de naissance.

– Inclure dans vos mots de passe des caractères spéciaux dont des lettres, des chiffres, et d’autres symboles.

Sachez une chose, ce ne sont pas les combinaisons qui manquent et vous en avez une pléthore à votre disposition. En effet, « Dans des conditions favorables et avec un ordinateur portable classique, on arrive à générer 10 à 30 milliards de combinaisons de mots de passe par seconde » expliquait un expert de Bercy.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Les cyberattaques, un danger permanent pour toutes les entreprises en activité

La firme de cybersécurité Check Point Research a affirmé dans un rapport qu’aucune entreprise en activité n’est protégée à 100 % contre de potentielles attaques informatiques.

En effet selon une analyse menée au cours de l’année 2019, la firme s’est rendue compte que près de 28 % des sociétés dans le monde entier été de près ou de loin infectées par des botnets malveillants. 20 % de ces entreprises ont subi des attaques informatiques par des logiciels de rançonnage.

Cet article va aussi vous intéresser : Le manque de confiance entre entreprise et prestataire de service de sécurité est une vulnérabilité pour un système potentiellement compromis

Le rapport de cybersécurité produit par la société Checkpoint, spécialiste en sécurité informatique dans le monde, met en évidence la fragile sécurité dont dispose dans l’ensemble, des entreprises mondiales. Si aucune entreprise n’est en sécurité, c’est seulement parce que les stratégies utilisées par les pirates informatiques sont non seulement de plus en plus sophistiquées mais il s’avère qu’elles sont pour la plupart mal connues par les entreprises elle-même. Alors, Checkpoint va révéler dans son rapport les tendances qui accompagnent le plus souvent les attaques.

1- D’abord, les extracteurs de cryptomonnaie

Ces programmes informatiques sont de plus en plus dominant dans l’univers de la cyber malveillance. Si une diminution de leur activité a été observée durant l’année 2019, cela était sûrement dyu à une baisse de la valeur des monnaies cryptographiques. Cependant cela n’a pas empêché que près de 38 % des sociétés actives à travers le monde entier ont été infectées par ce genre de programmes extracteurs de crypto monnaies en seulement une année (2019), en comparaison de 37 % en 2018. Certes les extracteurs de cryptomonnaies sont moins dangereux pour les entreprises, cependant, ils génèrent des revenus importants pour les cybercriminels qui pourraient s’en servir pour des attaques plus dommageables encore.

2- L’accroissement continue des botnets

Comme il a été signifié plus haut, plus de 28 % des entreprises mondiales ont par des réseaux des zombies. En 2019 il a été observé une augmentation de l’usage de ces programmes malveillants de plus de 50 % par rapport à 2018. L’un des botnet le plus utilisé du moment n’est rien d’autre que Emotet, à cause de sa fonctionnalité qui permet de facilement diffuser d’autres programmes malveillants à travers des messages électroniques corrompues (spams). Mais il a été observé aussi une évolution certaine au niveau des réseaux de zombies de diffusion de mail à tendance de sextorsion.

3- La force de frappe des ransomwares en constante évolution

2019 a été dénommée l’année des ransomwares. Plus une entreprise prend moins de précautions, plus cette dernière est exposée à des attaques de plus en plus violentes. Ce fut notamment le cas avec plusieurs entreprises en 2019 qui ont malheureusement goûté à ce cocktail assez amer. Ce qu’il faut savoir, c’est que les pirates informatiques n’attaquent pas n’importe quelles entreprises et n’importe comment. En effet, ces derniers prennent le soin d’observer, d’étudier leur future victime dans l’optique de déceler chaque faille de sécurité, chaque vulnérabilité, chaque défaut humain. Ce qui fait que ces attaques ont tendance à réussir avec une facilité déconcertante à première vue. mais dans le fond ce sont des mois de travail que les pirates informatiques ont dû développer pour arriver au résultat. Il est temps maintenant de faire l’inverse de se préparer mais aussi d’anticiper des potentielles attaques de ce genre. Car, 2020 s’annonce mouvementée au niveau des programmes de rançonnage.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Les ransomwares, des programmes informatiques à craindre au premier degré

Après 2019, personne ne peut nier véritablement la puissance de frappe des logiciels de rançonnage.

Après toute ces campagnes de piratage qui ont ciblé des villes, des municipalités et même des institutions de santé, il est clair que les ransomwares sont sans doutes, les programmes malveillants les plus dangereux du moment. Mais que savons-nous vraiment de ce virus informatique malveillant.

Cet article va aussi vous intéresser : Lutter efficacement contre les rançongiciels : quelles sont les meilleures meilleures tactiques ?

Il y a-t-il un moyen de s’en débarrasser voir de s’en prémunir ?

En se référant à l’attaque subie par le CHU de Rouen en novembre 2019, voilà ce qu’on peut en dire. Le 15 novembre 2019, le système Informatique du CHU de Rouen subit une attaque qui le paralyse totalement. Précisément à 19h45, tous les logiciels et autres programmes informatiques sont hors d’usage. On ne peut accéder à aucun terminal n’y a aucune donnée médicale. Le service est inaccessible obligeant le personnel de l’hôpital à employer pendant un certain moment des méthodes archaïques c’est-à-dire se servir des outils mot numérique. C’est le retour à la gestion papier. Mais que se passe-t-il exactement ? Le personnel du CHU se rend compte que l’accès aux données médicales de l’hôpital est totalement crypté par un programme malveillant de type ransomware CryptoLocker.

À cet effet une rançon est exigée. Les pirates informatiques veulent que l’hôpital leur verse 300 000 € pour qu’ils consentent à lui donner la clé de déchiffrement le permettant d’accéder à ses données informatiques. Par conséquent on peut déduire que le ransomware n’est rien d’autre qu’un programme informatique, dont la fonctionnalité et de prendre le contrôle des systèmes informatiques à travers un mode d’infection varié, exige pour la libération des systèmes pris en otage le paiement de rançon. De façon claire lorsqu’un ransomware prend le contrôle d’un ordinateur par exemple, les fichiers sont totalement cryptés empêchant l’utilisateur d’y accéder. Et cela ne sera possible que lorsque ce dernier aura payer une rançon exigée par le pirate informatique à l’origine de ce programme

De façon générale, il existe deux types de programmes de rançonnage. Il a tout d’abord ce qu’on appelle le Locker ransomware. Lui permet au pirate informatique de restreindre l’utilisation du terminal qui est infecté par le propriétaire. En effet ce dernier ne pourra utiliser ni le clavier ni la souris ni aucune fonctionnalité directe de l’ordinateur. Cependant, les fichiers qu’il contient ne seront pas cryptés. Le deuxième type de programme de rançonnage est le Crypto ransomware qui lui permet de crypter les données de l’utilisateur du système infecté. Cependant il ne restreindra pas l’usage du terminal. Par ailleurs, il peut arriver qu’un programme cumulent ces deux fonctionnalités alors, on parle de CryptoLocker, comme fut le cas du CHU de Rouen.

Comment s’en prémunir ?

Il faut être sincère, il n’existe pas 2 moyens de prévention efficace à 100 %, cependant il est possible de réduire à plus de 50 % les risques que vous courez vis-à-vis ce genre de programmes malveillants. Pour commencer il faudra sensibiliser l’ensemble du personnel. En effet, comme le dit la pratique, il ne faut pas se connecter avec le réseau de l’entreprise avec compte personnel ou encore ouvrir des messages électroniques provenant de destinataire inconnu ou méconnu. Il faudrait éviter d’utiliser les périphériques externes au système informatique des entreprises. En effet tout ce qu’il y a comme clés USB, téléphones portables, ou ordinateurs personnels sont des natures à infecter le système de l’entreprise.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



5 plus grosses menaces sur la sécurité informatique en 2019

L’année 2019 aura marqué l’environnement de la cybersécurité de la pire des manières.

En effet, les piratages Informatiques et les menaces se sont dédoublés. C’est pour cette raison que nous allons voir le top 5 des menaces informatiques de l’année écoulée.

1- La faille de sécurité critique de Samsung Galaxy Note

Considérée comme une des plus grosse failles de sécurité de l’année dernière, il faut noter que vulnérabilité exposait plus de 40 millions de personnes qui utilisaient Samsung Galaxy et Note. Découverte en début du mois d’octobre, la faille de sécurité a été confirmée par la firme coréenne. Elle touchait principalement le Galaxy S8 le s9, s10, le Note 9 et le 10. Si la faille a été rapidement corrigée, il n’empêche que certains modèles touchés par la faille de sécurité n’ont pas vite reçu le correctif de sécurité à temps. Par ailleurs certains ne l’ont toujours pas encore reçu, tel que le Galaxy Note 10 + 5G

2- L’application Google Caméra et l’énorme faille de sécurité

L’application de la société américaine Google, avec celle de Samsung destinée à apporter certaines améliorations sur les prises des photos sur les marques Android ont été frappées d’une vulnérabilité exposant des centaines de millions d’utilisateurs. La découverte de faille de sécurité a été annoncé publiquement le 19 novembre 2019. Cette faille de sécurité pouvait permettre à tout pirate informatique de prendre à distance le contrôle de la caméra des smartphones, d’espionner les conversations, de pouvoir prendre des photos ou des vidéos à l’insu des utilisateurs et avoir accès à leur localisation. Si des correctifs ont été déployés pour combler cette faille de sécurité, il n’en demeure pas moins que des millions d’utilisateurs continuent d’être exposés à la vulnérabilité.

3- L’état d’urgence de Nouvelle-Orléans pour attaque informatique

Le 2 octobre 2019, il était déclaré dans la ville de Nouvelle-Orléans aux États-Unis en état d’urgence. La police fédérale américaine avait déclaré être en face d’une attaque informatique à fort impact. En effet, des structures gouvernementales et locales ont été les cibles d’une cyberattaque de type rançongiciels. Plusieurs actions ont été menées par les autorités américaines dans le but de colmater au plutôt le problème pour éviter qu’il ne s’étende. L’attaque de la Nouvelle-Orléans survient juste après celle de la Louisiane, où près de 23 institutions gouvernementales ont été mises hors services.

4- GMail et Google agenda face à de probables fuites des données

Il a été découvert l’année dernière que plusieurs pirates informatiques se servaient de la notoriété des services Google pour les activités d’arnaque en ligne. Certains spécialistes de la sécurité informatique qualifie d’ « arnaque sophistiquée ». « Au-delà du phishing, cette attaque ouvre la porte à toute une série d’attaques d’ingénierie sociale ». Pour le moment aucune parade véritable n’a été encore trouvée pour contrer ce genre de pratique sur le Web. Et il faudrait s’attendre à une recrudescence en 2020.

5- La faille de sécurité Bluekeep

L’agence nationale américaine de sécurité avait averti les utilisateurs de Windows d’une faille de sécurité assez dangereuse. Cette faille de sécurité dénommée Bluekeep est considéré comme l’une des plus dangereuses jamais déclarée l’année dernière. « Le 7 juin, j’ai rapporté la façon dont la U.S.National Security Agency (NSA) avait exhorté les utilisateurs de Microsoft Windows à faire rapidement la mise à jour si leurs systèmes n’étaient pas entièrement corrigés », expliquait les chercheurs en sécurité informatique Davey Winder. La gravité s’aperçoit dans le sens ou Microsoft avait déjà averti les utilisateurs de Windows en plus de la NSA.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



La problématique de la vie privée et les données personnelles

La protection des données personnelles est aujourd’hui un enjeu très important.

Que l’on soit spécialiste de la sécurité informatique ou non, tous savons qu’il est primordial aujourd’hui d’accorder à la gestion et à la sauvegarde des données personnelles une place vraiment délicate aux données. Cependant il ne faut pas le nier, la protection que nous accordons aux données personnelles est très largement sous-estimé quand à son importance réelle dans la pratique quotidienne. Et cela va s’expliquer par 2 raisons majeures.

1- Le caractère complexe de la protection des données personnelles.

Sous un point de vue matériel, il est clair que le sujet est complexe. En effet, dans la pratique nous sommes beaucoup plus emportés par les rapidités d’usage de telle sorte qu’il est facile de ne pas prendre les mesures qui faut. A force de toujours utiliser un mot de passe encore et en à produire de nouveau, il nous arrive clairement de baisser la garde, soit par lassitude, soit parce que nous sommes pressés. Malheureusement, dans beaucoup de cas, ce genre de relâche est la source de plusieurs problèmes. les fuites de données incessantes que nous essuyons en est la réponse palpable. Mais on ne peut pas en vouloir pour autant aux utilisateurs car si certains en partie innocents. S’il faut que leurs responsabilités soient engagées, il n’en demeure pas moins que les opérateurs de service Web sont partie fautifs.

2- L’éthique douteuse des opérateurs de service Web.

Il faut noter ici que les différentes structures qui offrent des services web sont en grande partie fautives des problèmes rencontrés par les utilisateurs du web. En effet, l’exigence de sécurité penche beaucoup plus de leur côté de la balance. De ce fait, ils doivent mettre en place un ensemble de système permettant de protéger l’usager. au lieu de cela il se contente tout simplement de puiser dans les données générées par ces derniers ou de permettre à d’autres structures d’en faire autant. Si cela ne suffisait pas, leur position dominante est souvent la source d’une violation assez flagrante des droits des usagers de leur plate-forme. Il avait été annoncé dans le courant du mois de novembre à décembre, que le plus célèbre réseau social au monde c’est-à-dire Facebook avec plus de 2,4 milliard d’utilisateurs, avait pour pratique de géolocaliser ses utilisateurs sans même leur consentement. Et cela était pratiqué quand bien même que la fonction de géolocalisation été désactivée.  L’objectif étant de les cibler sur le plan publicitaire. Un groupe comme Facebook c’est en au-delà de ce que l’on voit car il est constitué de la plateforme WhatsApp et aussi Instagram sans oublier Messenger. Sur la question de la géolocalisation illicite souvent initiée par certains grands groupes du Web, le New York Times aurait mené une vaste enquête concernant le business qui pourrait en découler. Il en est sorti une découverte assez effrayante. Chaque seconde chaque heure et chaque jour, tout utilisateur de technologie mobile tel que les ordinateurs les smartphones tablettes etc… ou encore de technologie tout simplement sont constamment ciblés et géolocalisés par des entreprises. Plusieurs sociétés en font leur chiffre affaires dans le ciblage et dans la localisation illicite.

Même si dans un certain sens les autorités sont mises en mal dans leur fonction de réguler le secteur, il faut se rendre compte de l’évidence, les données ont une valeur marchande trop importante pour leur accorder une valeur juridique presque extrapatrimoniale. De ce fait, les violations qui peuvent découler de l’utilisation illicite de données générées par des utilisateurs sont de plus en plus tolérer voir ignorer. Cela est mal, il faut le dire cependant c’est un mal qui peut être atténué car supprimer il semble impossible. Pour cela il faut beaucoup plus miser sur les sensibilisations et bien sûr un encadrement plus agressif de la part des autorités.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage