Archives de catégorie : Cyber-sécurité

Notre équipe est dotée d’expert en cyber-sécurité qui vous donnera les meilleures conseils et explications détaillés sur la protection des données.

Cybersécurité : se protéger selon les conseils des hackers

Quand on parle généralement de pirates informatiques, on pense automatiquement à violation des systèmes d’information, un vol de données ou destruction de matériel informatique.

Pourtant, dans certaines circonstances leurs actions sont très utiles surtout pour améliorer notre système de défense contre leurs semblables. Et cela à travers plusieurs applications qu’ils proposent par-ci par-là. Il est donc opportun de savoir considérer avec précision l’ensemble de ces informations.

Cet article va aussi vous intéresser : 5 conseils pour lutter contre la cybercriminalité

De façon pratique, lorsque des victimes d’attaque informatique par rançongiciels contactés par les cybercriminels, ces derniers ont tendance à promettre la clé de leur permettra de déchiffrer leur système informatique. Les pirates informatiques expliquent aussi souvent comment ils ont réussi à atteindre leur objectif en piratant le système ou réseau. Par ricochet ils fournissent aussi souvent des informations qui permettent aux victimes en de pouvoir colmater leur brèche. Mais pour que cela soit il faudra que la victime sache demander. Pourtant toutes les victimes ne demandent rien.

Les conseils qui seront fournis par les pirates informatiques dans de telles conditions en une valeur inestimable et peuvent aider à éclairer au mieux l’environnement informatique pour diminuer les faiblesses et accroître le plus fort. Pour vous voici quelques conseils donnés par un pirate informatique dans un cas bien précis :

1- Se protéger de l’hameçonnage

La majorité des recommandations fourni par le pirate informatique concerne particulièrement le phishing. Pour ce dernier, l’attaque informatique qu’il a réussi à débuter par un email corrompu. Les conseils qu’il a prodigués dans ce cas de figure sont généralement de nature classique. C’est-à-dire assez commun.

« Mettre en œuvre de meilleures stratégies de filtrage du courriel » dans l’éventualité, « utiliser des outils professionnels de sécurité de la messagerie électronique capables d’analyser les pièces jointes », ou bien s’assurer que « la protection de la messagerie corporate a été mise à jour avec la dernière version ».

Certains pirates informatiques de leur côté vont beaucoup plus loin : « configurer les filtres de messagerie pour fonctionner avec des listes blanches ; tout ce qui n’est pas inclus dans la liste blanche doit être modéré ». De plus, « toutes les lettres [sic] suspectes avec les liens devraient être transférées au département informatique pour vérification sur une machine virtuelle isolée ».

D’ailleurs, le pirate informatique conseille aussi de mettre à jour l’ensemble des outils informatiques qui sont exposés en ligne.

Les pièces jointes corrompues qui contiennent généralement des actifs malicieux sont aussi au cœur de la récompense. « Empêchez que les utilisateurs n’exécutent des langages scripts (vbs, js, etc.) et des fichiers aux extensions inconnues. En cas de doute quant à l’ouverture d’un lien, transférez-le au département informatique pour vérification sur une machine virtuelle isolée ». En outre « ne laissez ouvrir des documents avec des macros qu’à des utilisateurs de confiance ». Lorsque la personne en charge doute, il doit immédiatement transférer l’actif vers les départements chargés de l’informatique pour qu’il soit examiné.

En outre, les cybercriminels derrière le célèbre rançongiciel REvil/Sodinokibi donnent aussi quelques conseils d’usage. Ces derniers mettent en évidence l’importance de la formation et de la sensibilisation des utilisateurs des services numériques. De ce fait il faudrait que les organisations aient dans leurs habitudes l’organisation de « cours de formation à la sécurité pour apprendre aux employés à ne pas télécharger de fichiers, ouvrir des pièces jointes, ou suivre des liens inconnus dans les messages ». Avec cela, « si un utilisateur a ouvert un fichier suspect, il devrait immédiatement contacter le service informatique ». Note ces derniers.

2- Se protéger en profondeur

Pourquoi certains attaquants, les architectures réseaux doivent être dans certaines conditions revues. Il ne se gêne pas alors de proposer certains conseils à ce sujet. De façon résumée, on retient ceci : « segmentez votre réseau entre zones de sécurité spécifiques afin qu’un maliciel attrapé dans une zone ne puisse pas se propager à d’autres ». Ils ajoutent : « reconstruisez votre réseau interne en protégeant les ressources de valeur ».

D’un autre côté, un pirate informatique se montre beaucoup plus exhaustif et propose plusieurs recommandations concernant l’administration système. Selon ce dernier, les administrateurs système doivent travailler avec des outils de navigation offrant la possibilité d’être en privé. Ces derniers ne doivent à aucun moment enregistrer des mots de passe dans leurs navigateurs. En fait il ne devrait pas travailler sur des machines virtuelles. Par contre ce pirate informatique a recommandé aux administrateurs système de « configurer les pare-feu pour que les ordinateurs des administrateurs n’aient pas d’accès direct aux serveurs critiques ».  Il préfère que ces dernières passes par des serveurs de rebond. Sans oublier la nécessité de concevoir des mots de passe complexes et long, pour tous leurs comptes administratifs. Il propose aussi la création de comptes administratifs éphémères pour certaines tâches et de les détruire juste après l’accomplissement de ces tâches.

Pour finir, le cybercriminel met l’accent sur l’adoption d’un mode plus développé de la gestion des identités et des accès. À cet effet, il recommande l’utilisation de l’authentification à multiples facteurs pour l’ensemble de tous les systèmes quel que soit l’accès.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Cybersécurité : comment les notaires peuvent se protéger face à la différence de la cybercriminalité

À l’instar de tous les secteurs d’activité, le secteur du notariat est aussi ciblé d’une certaine manière par la cybercriminalité.

Pourtant les professionnels de ce milieu quoique bien conscients de la menace qui s’impose à eux et qu’ils lui font face, ils ont tendance à regarder ou à ralentir l’adoption des mesures nécessaires pour se protéger. L’une des raisons de leur laxisme réside dans le fait qu’il croit malheureusement à tort que les données qu’ils possèdent ne peuvent pas intéressées les pirates informatiques. Ils croient aussi à tort que ne le sont pas exposés aux risques informatiques un expert d’autres aux entreprises.

Cet article va également vous intéresser : Perdre 30 000 euros par le fait des pirates informatiques

Ces derniers ont même tendance à croire que leurs mots de passe est tellement sécurisé qu’ils ne sont pas en danger contre quoi que ce soit. Ils estiment que les informations qu’ils ont tendance à garder sur le marché de la cybercriminalité.

Cependant plus ils se comportent de la sorte, plus ils deviennent de plus vulnérables aux attaques informatiques. Surtout dans un contexte où les pirates informatiques sont intéressés par la puissance de calcul des ordinateurs souvent présents dans les offices de notaire, par la récolte des informations confidentielles ou encore par de l’argent, des éléments qu’ils peuvent se procurer en s’en prenant à un office de notaire.

Un compte en moyenne, un office de notaire qui déclarer un incident de sécurité par semaine. Les cyberattaques qui ont tendance à affronter sont généralement :

1- Les rançongiciels

C’est la menace informatique la plus célèbre de nos jours. En effet, chaque semaine, un ou plusieurs incidents de sécurité impliquant un rançongiciels sont déclaré. La technique est déjà connue. Les pirates informatiques prennent en otage des systèmes informatiques et exige le paiement de rançon en échange de la clé qui leur permettra d’accéder à nouveau au contenu de leur système, dont l’accès leur a été coupé

« Également connue sous le nom de malware, cette attaque prend la forme d’un programme malveillant visant à chiffrer les données stockées sur les ordinateurs des offices pour extorquer de l’argent à ces derniers, qui ne peuvent plus y avoir accès. Le principal impact est la paralysie des systèmes informatiques et la perte potentielle définitive des données comme la base clients, les pièces comptables etc. », Damien Greau, Responsable du département Innovation et Mathieu Bobillot, directeur général adjoint d’ADNOV, une société spécialisée dans les offres technologiques adaptés au secteur du notariat et des professions réglementées.

Selon les études réalisées par ADNOV à travers plusieurs situations observées et traitées, l’essentiel des attaques informatiques seraient causé par les clés USB corrompus, des mails infectés ou encore des programmes informatiques que venant de sources inconnues.

Il est donc recommandé de toujours passer par des applications spécifiques et sécurisées venant de fournisseurs agrées, de sécuriser l’ensemble des données appartenant à ses clients en les chiffrant et bien sûr de sensibiliser à l’ensemble des personnels contre les mails venant de correspondance inconnue. Il faut toujours prendre en compte les avertissements venant des antivirus qui sont installés sur les postes de travail. Il ne faut jamais obliger de mettre à jour l’ensemble de ses applications et ses systèmes informatiques.

2- Phishing

Si cette menace est moins populaire que le rançongiciel, il n’en demeure pas moins pas moins qu’elle tu es la plus importante et la plus courante. La technique consiste à récolter les informations en poussant l’utilisateur lui-même à les fournir. Pour cela le pirate informatique passe par des messages texte ou des e-mails le continent des liens conduisant l’utilisateur vers un site internet qui lui semble légitime. De la sorte, le cybercriminel récupère toutes les informations que l’utilisateur donneras de façon délibérée. Cela peut-être des mots de passe, des identifiants de connexion…

« Généralement, ce dernier reçoit un mail contenant des informations, des liens, des pièces jointes à télécharger ou encore des alertes qui vont l’inciter à agir de telle ou telle manière. En cliquant dessus, le notaire donne alors accès au pirate aux informations et ressources stockées sur son ordinateur. », explique les spécialistes de ADNOV.

Pour se prémunir contre cette menace, il faut tout simplement faire attention aux messages reçus. Ne pas cliquer n’importe comment sur des liens contenus dans les emails.

3- Le vol de matériel informatique

« Le vol ou le cambriolage peuvent concerner le matériel présent dans l’office ou directement les données, même si, lorsque c’est le matériel est ciblé, ce sont bien in fine les données qui y sont contenues et l’utilisation qui peut en être faite qui représentent un haut risque qui doit être anticipé. » souligne Damien Greau, et Mathieu Bobillot.

Les matériels à risques qui sont généralement exposés dans ce cas des figures sont des supports le plus souvent amovibles, à l’occurrence des disques durs et des clés USB qui contiennent clairement des données et pourtant se voir confidentielles. Pour se protéger dans cette situation, il est recommandé entre autres :

– De ne pas utiliser de matériel personnel pour stocker des informations ;

– Il faudra que tu te l’ensemble des données qui sont utilisées ou générées au sein de l’office pour éviter leur utilisation par des potentiels hackers ;

– Il faudra aussi renforcer d’une certaine manière la sécurité physique de numéro et des matériels ;

– Il faudra aussi privilégiez la connexion de son mobile à celui de la connexion internet wifi public ;

– Ne pas stocker des données confidentielles ou sensibles dans des supports amovibles.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

2 mesures pour protéger le réseau informatique de son entreprise

2020 a été le fer de lance du déploiement à grande échelle du télétravail comme standard professionnel.

Le fait de voir la grande majorité des travailleurs basculer vers la collaboration à distance a impacté l’utilisation même de l’Outil numérique sur plusieurs plans. Le secteur le plus en vue qui aura été d’une manière conséquente influencé négativement est celui de la sécurité informatique. Et cela est notamment légitime. 50 % des entreprises n’avait malheureusement pas de plan établi pour assurer une bonne transaction. En particulier pour ce qui en est de la protection de leur parc informatique.

Cet article va aussi vous intéresser : La sécurité des structures informatiques à l’épreuve du télétravail et des clouds

« La migration de la totalité des employés en télétravail a représenté un défi considérable pour les organisations, notamment parce que 50 % d’entre elles ne disposaient pas de plan établi pour faire face à cette transition. Les erreurs potentielles de configuration engendrées par ce changement rapide vont vraisemblablement accroître la surface d’attaque accessible aux cybercriminels, ayant développé des stratégies d’attaques plus sophistiquées grâce à la banalisation d’outils et de tactiques avancés. », Liviu Arsene, Analyste cybersécurité chez Bitdefender.

Les petites moyennes entreprises subissent beaucoup plus durement cette évolution de la cybercriminalité. En particulier lorsque ces opérations sont mini par des pirates informatiques opérant pour le compte d’autrui. C’est dans ce contexte qu’il est recommandé certaines pratiques et certaines mesures.

1- Avoir une bonne connaissance de ses actifs et de son réseau informatique

C’est la base avant tout déploiement de projet ou 2 politique de sécurité informatique. Les responsables de la sécurité des entreprises doivent en amont réaliser un rapport dans lequel ils feront l’inventaire de manière exhaustive des appareils qui constituent le parc informatique. L’ensemble des actifs doit être détaillée pour une meilleure appréhension de l’équipe de cybersécurité.

« Comprendre la topologie de son propre réseau, son architecture et même la façon dont il est organisé dans son espace physique peut aider à mettre au point une stratégie de sécurité efficace parfaitement adaptée à l’infrastructure et aux actifs d’une organisation. », explique l’analyste de BitDefender. « Par exemple, la sécurisation de certains appareils qui ne sont pas compatibles avec le déploiement de sécurité client peut devenir une question de politiques réseau. Les appareils de l’Internet des objets (IoT) en font partie, tout comme les équipements industriels, certains dispositifs médicaux et d’autres actifs industriels spécifiques, en fonction du profil de l’entreprise. » ajoute ce dernier.

Dans un point de vue un peu plus large, 75 % des responsables de sécurité des systèmes d’information et de directeur de sécurité informatique interrogés ont estimé que l’utilisation de l’Internet des objets a influencé d’une certaine manière leur connaissance sur leur sécurisation.

2- Former et sensibiliser le personnel

Les employés depuis le déploiement du télétravail, ils sont beaucoup plus détendu. Surtout que la quasi-totalité travaille depuis chez eux. Cette situation présente un risque conséquent. En effet le manque d’attention et de précaution peut ouvrir des portes à la cybercriminalité. Selon une étude réalisée par BitDefender, trois responsables de sécurité de système d’information sur 10 affirment avoir peur que les employés en télétravail causent par leur négligence des incidents liés à la sécurité ou à la violation de données.

Les équipes de la cybersécurité doivent mettre l’accent sur l’un des comportements les plus à risque : la réutilisation de mot de passe.

« Former les employés à la création de mots de passe uniques, complexes et faciles à retenir ainsi qu’aux dangers de la réutilisation de ces mots de passe devrait être une première étape vers le renforcement de la sécurité. », explique Liviu Arsene. Il ajoute par ailleurs : « Apprendre aux employés à identifier les e-mails de phishing et leur expliquer les procédures à suivre pour les signaler est également primordial, dans la mesure où les attaquants font preuve d’une grande habileté quand il s’agit de créer des e-mails qui paraissent légitimes et qui, de fait, échappent à toute détection. », souligne Liviu Arsene.

Au sein de l’entreprise, il faudrait donc envisager l’organisation de manière régulière de plusieurs programmes à la fois obligatoire et facultatif pour pousser les employés à être constamment informé des différentes menaces cyber en pleine évolution, à adopter des pratiques saine et politique de sécurité pérenne.

« L’organisation régulière, à l’échelle de l’entreprise, de programmes obligatoires de formation à la sécurité peut aider les employés à rester informés, à adopter les meilleures pratiques en matière de sécurité et même à découvrir les nouvelles politiques et procédures de sécurité mises en place par les équipes informatiques et de sécurité. », conclut Liviu Arsene.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Comment vous protéger, vous et votre famille, contre les fraudeurs?

Les escroqueries sont un effet secondaire malheureux de la croissance de la technologie, et de nombreuses familles se sentent exposées après avoir perdu des données à un pirate.

Vous pouvez également lire: Comment pirater un mot de passe WiFi?

De nos jours, il semble qu’il soit plus facile que jamais pour les voleurs d’avoir accès à des informations personnelles après avoir fait du shopping ou de s’inscrire à une carte de crédit. Malheureusement, la mauvaise nouvelle, c’est qu’ils ciblent souvent les aînés et les jeunes qui n’ont pas l’expérience nécessaire pour reconnaître une arnaque lorsqu’ils en voient une, d’autant plus que les médias sociaux sont souvent utilisés pour gagner en confiance.

heureusement il ya beaucoup de choses que vous pouvez faire pour aider à vous protéger et les membres de votre famille contre les escrocs et les pirates. Ces voleurs comptent sur un accès facile à vos renseignements personnels, étape est de s’assurer qu’ils ne peuvent pas mettre la main dessus. Modification des mots de passe souvent, en utilisant un processus d’identification en deux étapes lors de la signature aux médias sociaux, et rendre vos comptes en ligne privés sont tous d’excellents moyens de prévenir le vol de vos informations personnelles. L’étape suivante consiste à vous renseigner sur ce que les escroqueries peuvent ressembler et comment les éviter.

ici sont quelques conseils rapides sur la façon de vous protéger et protéger vos proches contre les données vol.

Familiarisez-vous avec les logiciels malveillants

toujours vous investissez dans un appareil — qu’il s’agisse d’un smartphone ou d’un ordinateur de bureau — pour se familiariser avec les moyens de le protéger contre les logiciels malveillants et les virus. Faites un peu de lecture pour savoir quels sont les problèmes les plus courants pour votre dispositif et ce qu’il faut faire si vous êtes confronté à l’un d’eux. par exemple savoir comment sauvegarder et chiffrer les données mobiles sera extrêmement utile lorsqu’il s’assure que votre smartphone est protégé. sûr Data Recovery offre un guide perspicace sur les problèmes communs et correctifs, y compris des conseils sur le chiffrement et les moyens de récupérer votre système.

Parlez des médias sociaux à vos enfants

votre les enfants et les adolescents savent peut-être ne pas interagir avec des étrangers en ligne, mais savent-ils comment repérer un escroc feignant de être quelqu’un qu’ils connaissent? Ce n’est pas toujours facile, mais il ya quelques indices qui peuvent donner un escroc ou une fraude en ligne. Sur les réseaux sociaux, les escrocs créer de faux messages qui conduisent à des logiciels malveillants, ou ils vont voler des photos et d’autres informations à partir d’un compte public et faire un nouveau compte en utilisant cette information dans l’espoir de dessiner dans les amis de la victime. Une fois que c’est fait, ils peuvent envoyer des messages demandant de l’argent ou un certain nombre de demande tout en assumant l’identité de la victime. Parlez à vos enfants de la façon de repérer un escroc sur les médias sociaux et sur les dangers de donner tout informations en ligne.

Changez souvent vos mots de passe

même si vous ne passez pas beaucoup de temps en ligne, si vous avez déjà eu à mettre en place un mot de passe pour un compte, il doit être maintenu souvent. Cela signifie sûr qu’il est détaillé et fort – tels que comme l’utilisation d’un mélange de majuscules et de minuscules, l’ajout de chiffres, et l’utilisation caractères spéciaux — et la mettre à jour. Laisser un mot de passe sans surveillance pendant une longue période période de temps peut signifier le laisser grand ouvert pour les pirates de profiter de.

Comment agir?

vous peut-être se demander quelles étapes vous si vos informations sont volées ou si vous êtes victime d’une escroquerie. le la première étape consiste à faire le point sur l’information elle-même; s’il s’agissait d’une carte de crédit numéro ou informations liées à votre compte bancaire, appelez l’institution immédiatement et leur faire savoir que vos informations ont été compromis (vous devrez peut-être annuler la carte). S’il s’agissait d’informations personnelles, telles que mot de passe ou votre adresse et e-mail, changer le mot de passe dès que possible et envisager investir dans un logiciel de sécurité qui vous aidera à surveiller la sécurité de vos informations en ligne.

Protéger vous-même et vos proches des escrocs et des voleurs peuvent prendre beaucoup de planification et de l’énergie, mais c’est simplement une partie nécessaire de posséder la technologie actuellement. En vous éduquant sur ce qu’il faut faire et comment prévenir les problèmes, vous êtes déjà en avance sur le jeu.

Cybersécurité et menaces informatiques

L’année 2020 aura été une année assez prolifique pour l’expression de la cybercriminalité dans son ensemble.

À cause du télétravail et de l’utilisation beaucoup plus accrue de l’informatique et internet, les pirates informatiques n’ont jamais été autant à l’aise.

Cet article va aussi vous intéresser : Les menaces informatiques et le comportement des maisons d’assurance

Selon la police fédérale américaine, les attaques informatiques ont littéralement quadruplé en 2020. Avec une telle montée de la menace informatique et de la criminalité en ligne, il a été enregistré près de 1 trillion de perte sur une seule année civile. Un record comme on ne l’a jamais vu.

Dans un rapport du forum économique mondial, il a été marqué que la chance de pouvoir stopper et de juger un cybercriminel dans les conditions telles définies par les lois des états représente que 0,05 %, en d’autres termes elles sont quasi nulles. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est recommandé aux utilisateurs surtout aux entreprises d’être beaucoup plus résilients. C’est d’ailleurs pour cette raison, qu’il faudra être très attentif face aux différentes menaces qui ne cessent de proliférer et le causer beaucoup plus de dégâts.

1- L’ingénierie sociale (social engineering)

Depuis un certain moment il faut noter que cette pratique a connu un essor. Surtout en 2020 avec l’explosion du télétravail. Les spécialistes de la sécurité informatique lui attribuent un tiers des failles de sécurité, pour dire qu’elle est dangereuse.

À titre de rappel il faut mentionner que cette technique a permis de pouvoir attaquer le réseau social Twitter, une cyberattaque qui a été considéré comme étant l’incident le plus important de son histoire. Les pirates informatiques ont réussi alors à exploiter les données des employés de la société qui était en majorité en mode de travail à distance.

2- L’hameçonnage (phishing)

Le phishing, en français l’hameçonnage est une pratique ancienne est très courante dans le domaine de la cybercriminalité. En 2020, cette pratique a littéralement explosé en suivant la tendance du télétravail. Et selon les différentes observations, ce n’est pas l’année 2021 qui sera en reste. Les spécialistes observent une potentielle avancée de la menace. Selon l’entreprise Cisco, 95 % des failles de sécurité dans les réseaux d’entreprises sont généralement dû à des e-mails frauduleux utilisé dans le cadre du phishing. Pour cette raison que la sensibilisation autour des e-mails de se reprendre de plus en plus. Car le phishing se répand encore plus à travers l’email frauduleux.

3- Les rançongiciels (ransomwares)

Aujourd’hui, sans hésiter on peut marquer le fait que les menaces liées aux rançongiciels sont les plus connues de la cybercriminalité. En effet, on ne peut ne pas être informé d’un incident de sécurité chaque mois. À tout moment l’actualité est défrayée d’une quelconque manière par une attaque au rançongiciel. Pour faire plus simple, les pirates informatiques à travers les rançongiciels ont littéralement le vent en poupe. Aujourd’hui avec la facilité que certaines entreprises ont pris de payer les rançons, il y a de fortes chances que la menace ne se réduisent en aucune des manières. « Les entreprises préfèrent payer quelques millions de rançons plutôt que quelques dizaines de millions au titre de la perte des données garantie par la police d’assurance contractée. Nous devons mener un travail de fond pour casser ce cercle vicieux autour du paiement des rançons », s’alarme Guillaume Poupard, le premier responsable de l’agence nationale de sécurité des systèmes d’information, l’autorité administrative en charge de la cybersécurité en France. Cette position et notamment soutenue par la magistrature spécialisée en sécurité informatique auprès du parquet du tribunal de Paris, Johanna Brousse : « Aujourd’hui la France est l’un des pays les plus attaqués par des rançongiciels parce que nous payons trop facilement les rançons, certains assureurs garantissent même le paiement des rançons. Il faut faire comprendre à chacun que, s’il paie la rançon, il pénalise tout le monde (…) Cela encourage aussi les criminels à viser de nouvelles victimes et incite d’autres personnes à s’engager dans ce type d’activités illégales. ».

4- Les attaques ciblant les objets connectés

Aujourd’hui la numérisation se poursuit. Tout devient connecté et l’Internet des objets devient de plus en plus un outil essentiel pour une adaptation à folle course à la digitalisation. Nous sommes devenus littéralement dépendants de certains objets tels que les smartphones et tablettes les ordinateurs et autres objets tout aussi connecté les unes aux autres. Le problème, ces outils sont malheureusement vulnérables aux attaques informatiques. Et les pirates informatiques le savent. Ils ont décidé donc de s’en prendre massivement à ses outils.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage