Archives pour la catégorie Cyber-sécurité

Notre équipe est dotée d’expert en cyber-sécurité qui vous donnera les meilleures conseils et explications détaillés sur la protection des données.

4 points clé à respecter pour une meilleure sécurité en entreprise

En 2020, le secteur de l’informatique a connu un booster non négligeable voir exceptionnel.

Bien sûr cela à cause d’un élément inattendu mais efficace. La crise sanitaire à coronavirus. Pour plusieurs raisons, la crise sanitaire a propulsé la numérisation des entreprises. En même temps, cette numérisation a fait front avec la multiplication des attaques informatiques. De ce fait, le secteur de la sécurité informatique a aussi connu un bond non négligeable enterrement d’investissement.

Cet article va aussi vous intéresser : Le problématique incident de sécurité en banque

Le télétravail de manière généralisée est l’une des conséquences de la crise sanitaire à coronavirus. Le confinement qui a résulté de la volonté des gouvernements de casser la chaîne de propagation du virus a poussé les entreprises à s’adapter et à continuer à répondre aux besoins en développant la collaboration à distance. Sur 720 organisations privées interrogées, plus d’un tiers affirment recourir à l’utilisation des outils digitaux pour maintenir à flot leurs activités. Cette utilisation, dans une certaine mesure ne présente pas seulement des avantages. Il y a aussi l’aspect des inconvénients. Le piratage informatique de masse. Selon plusieurs chiffres fournis par le club des experts de la sécurité informatique, le CESIN, 6 entreprises sur 10 ont été confronté à une tentative d’intrusion dans leur système informatique. Une entreprise sur 5 a été effectivement victime d’une attaque informatique par rançongiciel. Par ailleurs :

– 80 % des attaques informatiques sont du phishing ;

– 52 % mes attaques observées sont fondées sur l’exploitation de faille de sécurité ;

– 42 % sont de l’arnaque au président ;

– 41 % sont des tentatives d’accès frauduleux à un système par craquage du mot de passe ou de l’identifiant de connexion ;

De façon unanime, il est clair que « 2020 a démontré que la cybersécurité était l’affaire de toutes les entreprises et que l’on n’est jamais trop petit pour être une cible », Comme le signifie Christian Poyau, de la commission mutations technologiques du Medef.

François Asselin, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), déclare de son côté : « Les petites entreprises ne sont pas épargnées et peuvent être mises en grande difficulté par ces piratages intempestifs de leurs données »,

Le CPME en collaboration avec le Medef propose un guide pratique à l’initiative du CEIDIG (Conseil de l’Economie et de l’Information du Digital),

« Il faut aussi calculer en combien de temps (jours, semaines, mois) l’entreprise, si elle est attaquée, peut retrouver son fonctionnement initial. Et savoir aussi si on est en capacité, en interne, d’identifier le problème », Note Jonathan Uzan, responsable cybersécurité au Boston Consulting Group (BCG).

De ce fait, on retient 4 points essentiels pour améliorer la sécurité de son entreprise :

1. La sensibilisation du personnel

Peu importe le statut de l’individu en entreprise, il doit être mis en place un ensemble de solution pour que cette personne puisse être au courant des réalités et les menaces informatiques du moment. « On pense surtout aux réseaux attaqués, aux mails malveillants. Mais il ne faut pas oublier les smartphones ou ordinateurs volés à l’extérieur et les intrusions physiques. Une personne vient passer un entretien et met une clé USB dans un appareil pour voler des données », Donne ces exemples Clément David, le cofondateur de Padok. « Les gens sont souvent paniqués, n’osent pas prévenir qu’ils ont cliqué sur un mail frauduleux. Il faut leur dire qu’ils ne seront pas jugés. » ajoute l’expert.

2. Mieux se former pour l’utilisation du cloud

Le cloud est aujourd’hui beaucoup plus utilisé. Par rapport aux forfaits proposés par les différents prestataires, il peut bien s’agir d’une offre accompagnée de sécurité de données ou non. Il faudra alors fais très attention et savoir choisis efficacement. « Le système n’est pas infaillible. Selon l’offre, le fournisseur peut n’assurer qu’une sauvegarde des fichiers, leur sécurisation dépend alors pour beaucoup de l’entrepreneur », prévient le secrétaire général du Club de la sécurité de l’information français (Clusif), Loïc Guézo.

3. Faire appel à un prestataire indépendant

Celui-ci se présente comme une éventualité est nécessaire situation. Il ne faut pas attendre que l’entreprise soit embourbée dans un incident de sécurité pour faire appel à l’extérieur. Souvent quelques contrôle et audit de sécurité. Il est possible d’avoir quelques prestataires proposés par l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information sur son site internet

4. S’assurer être « assurer » contre les attaques informatiques

Peu importe les précautions que vous pourrez prendre, la protection 100 % contre les attaques informatiques est presque impossible. C’est pour cette raison qu’il est recommandé de se faire assurer. Il existe aujourd’hui plusieurs police d’assurance qui sont proposées en la matière. Cependant il faudra être vigilant et savoir « qualifier et quantifier le risque d’une entreprise est extrêmement compliqué », prévient Jonathan Uzan, du BCG. « Les assureurs proposent des garanties spécifiques, mais elles sont désormais réservées aux entreprises qui montrent patte blanche », rappelle Frédéric Chaplain, le directeur de Verlingue, courtier en assurances. « Elles ne l’obtiendront pas sans prouver qu’elles ont une politique de prévention, de gestion des mots de passe, une mise à jour régulière… Beaucoup d’assureurs refusent une garantie cyber si on n’a pas souscrit une garantie fraude », précise ce dernier.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

6 menaces informatiques auxquelles votre entreprise pourrait être exposée

Les attaques informatiques connaissent une hausse depuis le début de l’année.

Que ce soit les grandes entreprises la petite ou encore les moyennes les organisations non gouvernementales ou encore des institutions publiques, partout il y a de l’informatique il y a de l’informatique, il y a possibilité d’être ciblés par la cybercriminalité. Et cette situation va en grandissant. Les différents types de cybercriminalité connaissent aussi une sophistication. Les raisons d’une attaque informatique aujourd’hui ne sont plus évidentes. Souvent il peut bien s’agir d’une volonté de se faire de l’argent, dans d’autres circonstances, on perçoit l’implication d’État-nation ayant des objectifs géopolitiques. À cela s’ajoute l’espionnage industriel à côté de l’espionnage politique.

Cet article va aussi vous intéresser : Une hausse des attaques informatiques chez 93 % des entreprises Françaises

Au vu de cela il faut s’interroger sur la situation des menaces informatiques qui nous guettent à longueur de journée. C’est pourquoi dans notre article, nous allons vous proposer 6 menaces informatiques qui sont susceptibles de vous arriver.

1 –  Les logiciels

Lorsque ces programmes malveillants ne sont pas gérés par l’entreprise directement, il est facile pour les cybercriminels de les corrompre. C’est d’ailleurs pour cela qu’il est recommandé de souvent être au plus proche de ses fournisseurs de services digitaux et s’assurer que l’ensemble des actions est conforme aux exigences de la cybersécurité

2- Le phishing ou hameçonnage

C’est une technique classique dans le secteur de la cybercriminalité. La grande majorité des campagnes de piratage informatique débute en général par des compagnes d’hameçonnage. L’objectif des pirates informatiques alors et de collecter le maximum d’informations en particulier des informations confidentielles. On fera allusion entre autres :

– D’identifiants de connexion

– De mot de passe

– Données bancaires

– Données personnelles nominatives

La technique consiste tout simplement à envoyer un mail au message texte à des personnes ciblées ou de manière aléatoire. Ce message texte ou cet email contient un lien corrompu qui sera chargé de la personne vers un site internet contrôlé par les cybercriminels ayant l’aspect d’une plateforme légitime. À travers des formulaires, l’utilisateur est invité à y entrer certaines informations qui seront par la suite récoltées par la suite des criminels. De plus l’hameçonnage peut conduire à une autre pratique appelée « l’arnaque au président ». C’est lorsque le pirate informatique usurpe l’identité du responsable de l’entreprise dans le but d’exiger certaines informations confidentielles ou dans l’objectif de pousser la personne ciblée à réaliser une action particulière.

3- Le Ransomware

Le rançongiciel est la star des attaques informatiques si on peut le dire de la sorte. L’actualité de la cybersécurité et en grande partie dédiée aux activités des ransomwares. Cela est de bonne guerre car, durant ces 10 dernières années, les plus grandes attaques informatiques étaient en très grande majorité des rançongiciels. La technique consistant tout simplement à prendre en otage le système informatique d’une organisation. Les données étant chiffrées, les opérateurs derrière le rançongiciel demande le paiement d’une rançon en échange de la clé de déchiffrement. Pour montrer à quel point sa technique a des succès, il faudrait simplement voir la montée fulgurante du montant moyen payé par les entreprises qui de 2019 était de 96 832 € est passé à 262 761 € 2020.

4- Les menaces interne à l’entreprise

Il est important de parler de ces menaces ci. Il arrive souvent que les attaques informatiques soient le fait d’anciens employés de l’entreprise ou encore de sous-traitants ou des personnes employées par intérim. Ces personnes à cause de leur statut assez particulier peut-être le canal par lequel une attaque peut être initiée. Soit par divulgation de mot de passe ou encore par infection indirect.

5- La vulnérabilité des objets connectés

Si une chose fait l’unanimité dans le secteur de la sécurité informatique, c’est le fait que les objets connectés sont assez vulnérables. Pourtant, on assiste à une explosion de l’usage de ces objets dans les organisations.

6 – L’attaque par force brute

C’est une technique qui consiste à trouver le bon mot de passe en essayant plusieurs autres contenus dans une base de données récolter sur le web. Cette base de données est constituée généralement de données provenant de fuites ou encore de piratage orchestré et vendu sur le Dark web. Pour que ça fonctionne les pirates informatiques compte pour la plupart sur la manie des utilisateurs à toujours formulé des mots de passe simple et courant.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Comment protéger son entreprise des attaques informatiques ?

Les entreprises sont exposées massivement aux attaques informatiques.

Avec le télétravail, tout le monde sait que la cybercriminalité n’a jamais été autant à son aise. Les actes de cybermalveillance se multiplient de jour en jour. Et selon les projections, les choses continueront à s’empirer si rien n’est fait. En d’autres termes, les entreprises risquent de subir beaucoup plus qu’il ne subisse déjà. Et cela au profit des cybercriminels.

Il ne se passe pas une semaine, voir un jour, une entreprise n’est pas victime de piratage informatique ou de tentative de piratage. Ce sont les hôpitaux qui sont beaucoup ciblés ces derniers moments. À notre grande surprise, les données médicales on apparemment beaucoup de valeur plus qu’elles ne laissent sous entendre. Selon le premier responsable de l’Agence National de Sécurité des Systèmes d’informations, monsieur Guillaume Poupard, le piratage informatique contre les organisations privées et publiques s’est multiplié par 4 depuis le début d’année.

Cet article va aussi vous intéresser : Comment se protéger de la cybermalveillance en France

C’est pour cette raison que dans notre article, nous allons détailler certaines précautions que vous devrez suivre, pour renforcer la sécurité informatique de votre organisation.

1- Inventorier l’ensemble des appareils connectés au réseau informatique de l’organisation

Il est important de savoir quels sont les appareils qui sont connectés au réseau de votre entreprise. De la sorte, il vous sera plus simple d’organiser au mieux le protocole de sécurité. « Cette vue d’ensemble permet de maitriser la surface de connexion, l’exposition, de faciliter le monitoring de la sécurité et donc de mieux se protéger », explique Thomas Roccia, chercheur en cybersécurité chez McAfee, société américaine spécialisée dans la sécurité informatique. « C’est une mesure classique mais absolument indispensable », confirme un conseiller en gestion des risques chez RSM, M Antoine Baranger.

2- S’assurer à la mise à jour des appareils et logiciels

S’il est important de savoir quels sont les machines qui sont connectés aux réseaux, elle n’en demeure pas moins que ces machines doivent être équipés de programmes informatiques mis à jour. Il est clairement essentiel à ce niveau. « Ne pas faire les mises à jour génère des vulnérabilités qui peuvent ensuite être exploitées par des cyberattaquants, » note Antoine Baranger. La mise à jour concerne tous les logiciels peu importe leur importance. « Il ne suffit pas d’installer l’outil pour qu’il soit fonctionnel dans la durée. S’il n’est pas mis à jour, l’antivirus ne détectera pas tous les nouveaux virus qui sont nés entre temps », ajoute l’expert de McAfee.

3- Sensibiliser son personnel

Dans le secteur de la cybercriminalité, il a coutume de dire que le maillon faible est l’être humain. De même que « Le premier rempart contre un cyber-incident, c’est l’humain », comme nous le rappelle Antoine Baranger, qui voit en cela une nécessité de pouvoir sensibiliser le personnel de toute organisation. « On pourra mettre tous les outils que l’on veut en place, si les collaborateurs ne sont pas formés à la vigilance à adopter face aux mails suspects, à sécuriser leurs mots de passe, à l’attention aux informations qu’ils exposent sur les réseaux sociaux ou à l’importance de la double identification par exemple, ça sera vain », souligne Thomas Roccia de son côté.

4- Sauvegarder régulièrement ses données

C’est lors d’une attaque informatique, que l’on se rend compte de la nécessité d’avoir sauvegarder ses données. Car en cet instant précis, comme le dit l’adage soit ça passe soit ça casse. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il faut veiller régulièrement que ces sauvegardes au fonctionnent.  « Faire ces vérifications à un coût et ne rapporte pas d’argent, c’est pourquoi les entreprises en font souvent l’économie, mais c’est une erreur. Des problématiques techniques peuvent entraver les sauvegardes et il est important de tester ces dernières pour anticiper la qualité de la restauration des données en cas d’attaque », souligne le manager de chez RSM.

« Les ransomware – attaques de plus en plus communes qui séquestrent des données contre une rançon, seront moins graves pour une entreprise qui sait que son système de sauvegarde est fonctionnel et bien en place. Être au fait sur le sujet permet d’être moins sensible au chantage et à la demande de rançon des hackers qui se sont infiltrés dans les systèmes d’informations d’une entreprise ». Ajoute Antoine Baranger,

5- Collaborer avec des spécialistes de la cybersécurité

Dès le début, les organisations en particulier les entreprises, doivent identifier tous les experts qui sont en mesure d’accompagner au niveau de la sécurité informatique leurs activités. Cela réduit d’une certaine manière les risques mais aussi permet de prévenir certains problèmes, au lieu de tout simplement les réparer. « L’Anssi fournit un annuaire de toutes les entreprises qui peuvent intervenir sur ces problématiques », précise Antoine Baranger. « Mettre en place des monitorings de sécurité nécessite des technologies, mais aussi des moyens humains. Ces experts sont les yeux et les oreilles du système d’information, qui sont les seuls à pouvoir analyser les données, investiguer, comprendre et alerter sur les failles potentielles des entreprises. », déclare Thomas Roccia.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

5 conseils pour lutter contre la cybercriminalité

Aujourd’hui, la cybercriminalité gagne du terrain.

En effet, les actes de cybermalveillance se compte de plus en plus. Au regard de l’année 2020, une nette évolution dans les pratiques de cybercriminalité, une augmentation au niveau du piratage informatique est à constater malheureusement. Une situation, qui selon plusieurs projections continuera, à s’alourdir. Ce qui signifie, que les entreprises doivent se préparer. Les organismes privés et publics doivent mettre en place et l’ensemble de ressources et de techniques pour prévenir criminalité en vogue. Au besoin pour limiter au maximum ses conséquences.

Cet article va aussi vous intéresser : 3 conseils pour se protéger du phishing

Voici quelques conseils qu’il faudra mettre en pratique, pour limiter au maximum de s’exposer aux effets de la cybercriminalité

1) Rester sur ses gardes en période de télétravail

On le sait et on le dira toujours, le travail à distance expose les entreprises aux attaques informatiques. Car les vecteurs d’attaques se trouvent multipliés. Dans une telle situation, les cybercriminels sont littéralement à leur aise. « Dans ce contexte, il est primordial de sensibiliser les collaborateurs aux risques. Certaines bonnes pratiques permettent de limiter le risque : il faut par exemple interdire aux salariés de faire un usage personnel de leur ordinateur professionnel. Cela passe notamment par l’utilisation de leur adresse mail personnelle ou des différents réseaux sociaux qu’ils utilisent » avertit Aun expert en cybersécurité, M Antoine Baranger, de chez McAfee.

2) Être en contact avec des professionnels de la sécurité informatique

Cela peut être en interne ou en externe. Il est essentiel de collaborer avec des spécialistes pour organiser d’une certaine façon l’ensemble des protocoles qui pourront permettre de renforcer la sécurité informatique. Evidemment cela n’est pas facile pour toutes les organisations en particulier les petites et moyennes entreprises ou les entreprises à taille intermédiaire. Des organisations qui souvent n’ont pas suffisamment le budget pour cela. Pourtant il y a des solutions pour combler ce manque. « Soit l’entreprise décide de faire monter en compétences son responsable informatique sur les questions de cybersécurité, soit elle fait ponctuellement appel à des experts extérieurs, tous les 6 mois par exemple, pour faire des revues et audits, mais aussi des campagnes de sensibilisation », explique Antoine Baranger.

3) Débrancher les machines en cas d’attaques informatiques

Lorsque vous êtes en proie à une cyberattaque, vous devez avoir certain réflexe. Le premier est sans nulle doute de vous déconnecter d’internet voir débrancher toutes les machines.

« Si, par exemple, un collaborateur ouvre une pièce jointe dans un mail avec un cryptolocker (logiciel malveillant type Cheval de Troie, dans le but de prendre en otage des données personnelles, NDLR) il faut débrancher l’ordinateur du réseau dans l’immédiat », signifie Antoine Baranger. « C’est la seule solution pour éviter l’hémorragie et la propagation du virus, qui peut être dévastateur pour l’entreprise touchée », précise de son contenu Thomas Roccia, conseiller en gestion des risques chez RSM,

4) Ne pas paniquer et mieux organiser sa communication

Dans la mesure où la société est victime d’une attaque informatique, le principal est de ne pas paniquer. Tout le monde doit garder son calme. L’erreur est de vouloir masquer le problème et le gérer seul. Or dans ce genre de situation, le temps compte énormément. Et si la bonne décision ne sont pas prises au bon moment, on court à la catastrophe.

 « Il faut immédiatement prévenir les équipes IT de son entreprise pour qu’ils puissent prendre la main à distance et réagir rapidement », insiste Antoine Baranger. « Ensuite, il ne faut pas oublier de prévenir à la fois ses clients -notamment de l’impact de cette cyberattaque sur de potentiels retards ou failles de sécurité, mais aussi de faire une déclaration d’incident de sécurité aux instances réglementaires comme la CNIL, pour mise en danger des données personnelles » souligne l’expert de McAfee.

5) Ne pas céder au chantage

Il peut arriver que vous soyez victime d’une attaque au rançongiciel, ou encore que des cybercriminels détiennent des informations sensibles, dont la divulgation pourrait vous causer beaucoup de problèmes. Le conseil qui est donné dans ce genre de situation, et surtout de ne pas céder au chantage en payant une quelconque rançon exigée. En effet dans un certain sens, « ça alimente le cybercrime » comme le remarque Thomas Roccia. De plus payer la rançon ne veut pas dire que le chantage cessera pour autant ou que vos données ne seront pas utilisées à d’autres fins. « Payer la rançon n’assure pas que le crypto locker (logiciel malveillant, NDLR) soit réellement retiré par les hackers, qui sont parfois sans foi ni loi », ajoute Antoine Baranger.

C’est dans ce contexte que la spécialiste de la cybersécurité l’entreprise américaine McAfee, a développé un projet censé lutter contre les rançongiciels, connu sous la dénomination de « No More Ransom ». Cette initiative voit la collaboration de Europol ainsi que des autorités de plusieurs pays européens, qui va consister en pratique à mettre à la disposition les utilisateurs des services numériques, une plate-forme web, qui leur permet de déchiffrer leur système informatique en cas de piratage. Dans le cadre du projet, il est publié chaque semaine l’ensemble des solutions, développés par les experts dans le but de casser les chiffrements utilisés parlait cybermalveillance.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

10 pratiques pour un télétravail en toute sécurité

Comme dit l’adage l’on n’est jamais trop préparé.

En effet, à l’heure de la généralisation du télétravail, il est clair qu’il faut développer des bonnes pratiques pendant à rendre beaucoup plus sûrs les échanges. C’est pourquoi dans cet article, nous allons vous donner des conseils pour sécuriser vos échanges lors du télétravail.

1. Disposer d’un programme de protection sur les terminaux

Le premier conseil est basique. Il vous suffit tout simplement d’installer sur ordinateur ou votre smartphone ou encore votre tablette utilisé dans le cadre du télétravail un logiciel permettant d’assurer la protection de celui-ci. Sur le marché des antivirus les offres ne manquent pas. Mais dans le contexte actuel, n’importe quel antivirus ne fera pas l’affaire. En effet, il faudra vous procurer un logiciel pouvant s’adapter et apprendre. Un logiciel qui prend en charge de l’apprentissage machine. Un logiciel qui sera en mesure de vous protéger contre les exfiltrations de données ou encore les programmes de rançon

2. Mettre la priorité au niveau des appareils mobiles

L’on néglige le plus souvent les appareils mobiles en l’occurrence le smartphone. Pourtant ces petits appareils deviennent de plus en plus la voie royale des cybercriminels. Si l’utilisateur lambda n’en voie pas la référence, il est clair que tôt ou tard, l’outil informatique sera utilisé le travail mais aussi pour des choses personnelles où on n’est pas forcément attention à la sécurité.

3. Faire une mise à jour des paramètres de la box internet maison

Ces appareils sont fournis généralement avec des paramétrages par défaut. Ce qui signifie que les informations d’identification tel que le mot de passe doivent être changées. Mais qui dit changé le mot de passe ne signifie pas qu’il faudrait se permettre d’utiliser un mot de passe facile à dessiner. Il doit être à la fois complexe à deviner mais aussi simple pour que vous vous en rappelez.

4. Appliquer les mises à jour de sécurité de tous vos appareils

Les mises à jour sont essentielles. Elles permettent de combler des vulnérabilités découvertes auparavant par des spécialistes de la sécurité informatique. Mais ces failles de sécurité sont souvent aussi découvertes par des pirates informatiques qui veulent utiliser cela à leur avantage. C’est pour cette raison qu’il ne faut jamais regarder la mise à jour de sécurité d’un programme quelconque. La pratique a clairement démontré que le manque de mise en pratique des mises à jour à causer beaucoup plus de dégâts

5. Protéger les réunions en ligne grâce à des mots de passe

Depuis le début du télétravail en masse, il a été révélé à plusieurs niveaux des intrusions lors de réunions souvent moi-même confidentielles. Malheureusement il a été observé que plusieurs professionnels ne protègent pas leur réunion sur les apps de visioconférence tel que Zoom.

6. Méfiez-vous des correspondances inconnues

90 % des attaques logiciel se sont fondés à la base sur des attaques de phishing réussies. C’est pourquoi il est demandé de ne jamais cliquer sur des messages lorsque vous ne connaissez pas les destinataires ou lorsque les destinataires présentent un risque certain au même minime. C’est de là que provient généralement les attaques de phishing.

7. Vérifiez votre réseau en le scannant

Il existe aujourd’hui plusieurs outils permettant de scanner votre réseau Internet. Cela permet de mettre à nu des programmes parasites pour mettre en danger vos appareils mais aussi vos données.

8. Se connecter grâce à un VPN

Les réseaux virtuels privés ajoutent une couche de sécurité au connexion en améliorant la confidentialité des échanges. Cela est très important dans un contexte où il y aura à échanger des données sensibles et confidentielles.

9. Adoptez l’authentification à multiple facteur lors des identifications

Mesure de sécurité supplémentaire. Cette mesure permettra de réduire au maximum les tentatives désir passion d’identité. Il pourra ainsi empêcher une personne étrangère à un service ou un niveau puisse accéder à des informations dont il ne devrait pas en principe.

10. Toujours vérifier les paramètres de confidentialités

Avant de valider une application ou un outil informatique, il faut s’assurer que les autorisations exigées par ces outils ne sont pas de nature à porter atteinte à la confidentialité de vos données. Donner beaucoup de trop d’autorisation risque de nuire d’une certaine manière à votre sécurité informatique.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage