Desjardins, Capital One, Revenu Québec, Hydro-Québec : ces nouvelles mesures pour éviter que le pire ne se reproduise

Au regard de ces derniers événements qui ont frappé ces grands groupes financiers, les dirigeants ont décidé tant bien que mal de prendre des décisions pouvant permettre la mise en place d’une procédure de prévention le permettant d’éviter ce genre de fléau à l’avenir.

Cet article va aussi vous intéresser : La coupable du vol de données chez Capital One va être condamnée

Ce fut par exemple la décision d’interdire l’usage de tout stockage amovible tel que les USB ou encore des disques durs externes au sein de leur entreprise. « Ce que l’on met en place, c’est lié à l’ensemble du contexte où il y a de plus en plus de menaces de fuites de données (…) C’est assez connu dans la cybersécurité que les clés USB sont une porte d’entrée souvent utilisée », explique alors Louis-Olivier Batty, membre du service des communications. Chez Desjardins. On se rappelle que le vol de données subi par la structure canadienne avait été possible grâce à l’usage de clé USB qui a servi aux délinquants d’emmagasiner le maximum des informations personnelles ce qui a facilité la suite de l’affaire. « La fuite de données dans l’industrie financière fait partie du contexte global, mais d’autres enjeux justifient également notre décision de renforcer nos politiques et pratiques en matière de protection de nos systèmes informatiques et de toute information de l’entreprise, dont les renseignements personnels », a expliqué M. Batty en désignant de fait « les risques liés à l’intrusion de virus informatiques ».

Au niveau Hydro-Québec, les 20 000 employés de la firme ont été avertis de la nouvelle mesure qui sera en vigueur. L’information est passer dans un bulletin Interne où la société d’État a pris l’engagement pour ouvrir dans le sens de la « sécurisation de l’ensemble des données, des installations et des infrastructures technologiques (…) Dans cette optique, et dans le contexte des événements d’exfiltration de données survenus dans différentes organisations, Hydro-Québec met en place des mesures additionnelles de sécurité » tel était expliqué dans le bulletin.

Et il faut noter que cela est en vigueur depuis maintenant le 21 janvier 2020. Tout usage de clé USB ou de disque externe est totalement proscrit et susceptible d’être sanctionné comme une faute grave. Cependant la mesure observe une exception. En effet, il peut arriver que de façon exceptionnelle, un employé ait le droit d’utiliser un système de stockage externe, privilège appelé : « exception de sécurité ». Il se pourrait que bientôt d’autres exceptions puissent être admises pour faciliter les transmissions de données.

En dehors de l’interdiction d’utiliser des méthodes de stockages externes physiques, l’usage de périphérique en cloud tel que Dropbox, Google Drive… Ont aussi été proscrits. De plus, il est formellement interdit aux employés de répondre à des mails personnels ou encore ouvrir des pièces jointes provenant de leurs services de messagerie personnelle en utilisant les terminaux (ordinateur de bureau, tablettes, ou pc portable) de la société d’État. Toutefois ces mesures ne s’appliquent pas à tous les appareils de la société, en particulier les appareils mobiles. En effet ces derniers ont déjà été équipés des dispositifs qui permettent : « d’isoler les données d’entreprise des données personnelles ».

Pour Louis-Olivier Batty, ces différentes mesures de sécurité n’ont aucun impact négatif sur la rentabilité des équipes déployées par Hydro-Québec. Jusqu’à présent, les responsables de la société d’État un ont affirmé avoir reçu jusqu’à présent aucune plainte depuis la mise en application de ces restrictions. « Hydro-Québec travaille très fort pour que ce qui s’est passé chez Desjardins ne se produise chez nous. Mais nous, on s’inquiète surtout que des serveurs de données soient gérés en impartition, à l’extérieur d’Hydro », M. Cloutier, chef d’équipe à Hydro-Québec.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage