Emotet : Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Vers la fin du mois de janvier 2021, grâce à une collaboration sur le plan international, les autorités avaient réussi à démonter les infrastructures qui étaient utilisées par des pirates informatiques dans le cadre de l’organisation.

Emotet, ‘un des plus grands réseaux des zombies au monde (botnet). Si cela a été présenté comme une avancée majeure dans la lutte contre la cybercriminalité, les spécialistes interpellent en mentionnant le fait que cela ne pourrait être qu’un simple répit pour les organisations qui avaient été touchées durement.

4 mois, c’est ce que le démantèlement pourrait laisser comme temps de répit aux entreprises. Car il est fort probable que d’autres pirates informatiques prennent la relève de ce business juteux. Cela sans oublier l’alternative que les gangs derrière Emotet puissent sur lancer.

Cet article va aussi vous intéresser : Le groupe de pirates informatiques Maze aurait-il disparu ?

Remontons aux débuts de cette affaire. Le 27 janvier dernier, la coopération policière européenne avait déclaré avec enthousiasme qu’elle avait réussi à démanteler l’un des plus grands réseaux de zombie au monde. Le groupe derrière Emotet est considéré comme étant coupable de milliers d’attaques informatiques à travers le monde. Pour réussir leur coup, l’ensemble des autorités policières en coopération dans cette affaire ont saisit dans leur Etats respectifs, tous les serveurs utilisés par les pirates informatiques pour contrôler leur réseau de machines infectées à travers le monde.

Dans une telle situation, les pirates informatiques se sont trouvés désarmés. Une situation qui allait s’aggraver par l’effacement de tous leurs programmes malveillants installés dans les appareils contaminés. « C’était le groupe le plus actif, le numéro 1, donc c’est sûr que ça va nous faire une pause », déclarait David Kopp, responsable de l’équipe de réponse aux menaces de la société de sécurité européenne chez Trend Micro. Cependant ce dernier ne se berce pas d’illusion. Il le sait le travail n’est pas encore terminé : « C’est certain que les opérations vont être stoppées un certain temps… et c’est certain que d’autres vont reprendre le même type d’opérations d’ici la fin de l’année. Ce milieu fonctionne comme celui des vendeurs de drogues : lorsque la police démantèle un réseau, un autre va prendre sa place. ».

La situation il faut l’avouer se présente assez dérangeante pour plusieurs spécialistes de la sécurité informatique. En effet leur rôle trouve son sens dans la protection contre les attaques informatiques, alors que leurs adversaires trouvent les siens dans les attaques informatiques, ce qui rapporte beaucoup plus. Récemment un pirate informatique russe avait confié lors d’un échange, qu’il avait décidé d’être pirate car il gagne beaucoup plus qu’en professionnel de la sécurité informatique. Cependant, il a mentionné que s’il pouvait gagner beaucoup plus en étant spécialiste de la cybersécurité il est sûr qu’il allait changer de métier.

Sous un angle bien pratique, on sait que la cybersécurité et la cybercriminalité sont des marchés très importants pour leurs acteur. Pour les pirates informatiques, leurs activités sont devenues comme un travail normal. Une activité comme une autre suivie d’une rémunération qui correspond aux efforts fournis. Pour ces derniers, vendre des données informatiques où extorquer de l’argent à des internautes est un marché tout comme un autre. Un marché qui devient de plus en plus attractif. En effet, les pirates informatiques ne cessent d’amasser de plus en plus d’argent. Avec ce que ces pirates informatiques gagnent lors de leurs différentes tentatives, ils sont en mesure de recruter de meilleur hacker, beaucoup plus que les sociétés de sécurité elle-même. Ils sont aussi en mesure de pouvoir s’équiper de matériel dernier cri pour non seulement rester compétitif et efficace, car à ce niveau aussi il y a de la concurrence, mais aussi pour étendre leurs activités comme le ferait une entreprise.

« On peut comparer le démantèlement de l’infrastructure d’Emotet à l’arrêt de la chaîne de production d’une entreprise normale. Les cybercriminels vont devoir faire face à la question de résilience, et se confronter aux mêmes problématiques que celles auxquelles se confrontent leurs victimes », souligne David Kopp. Dans une certaine mesure, on peut dire sans se tromper que les opérateurs derrière Emotet avaient une excellente place dans ce business. Il était considéré comme l’un numéro 1. La question essentielle que se pose les spécialistes de la sécurité actuellement et de savoir s’ils seront en mesure de relancer leur activité après sur coup dur. Ou bien sûr si un autre concurrent profitera de la situation pour étendre son influence. Pour David Kopp : « Même si l’infrastructure est tombée, si les cybercriminels ne sont pas arrêtés, ils vont simplement se déporter sur une autre infrastructure ». Pourtant sur la question de l’arrestation des membres de ce groupe, Europol n’a pas divulgué suffisamment d’informations.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage