Archives par mot-clé : pirates informatiques

Les pirates informatiques à l’affût du commerce en ligne

En cette période de fin d’année, les activités du commerce en ligne battent leur plein.

C’est le moment pour chacun de pouvoir profiter du fameux Black Friday, le fameux Cyber monday et des périodes de soldes qui s’étendent jusqu’à la fin de l’année. Dans ce contexte, la plateforme de commerce en ligne voient le nombre de visiteurs augmenté de manière exponentielle. Dans cette situation, les pirates informatiques se sont intéressés par cet engouement des consommateurs et du commerce en ligne.

Cet article va aussi vous intéresser : Les arnaques en ligne explose durant la fin d’année faites attention !

Il faut le signifier et c’est un fait qui a été observé chaque année, cette période de l’année n’intéresse pas seulement ceux qui veulent acheter où ce qui veulent vendre en ligne.  Elle attire aussi les pirates informatiques qui veulent profiter de vos différentes interactions en ligne pour mener la salle besogne.

« Après le Black Friday et le Cyber Monday, les acteurs du commerce entrent de plain-pied dans la période des fêtes de fin d’année. Une période également fortement appréciée par les cybercriminels. Les commerçants sont, en effet, une cible de choix extrêmement lucrative pour nombre de criminels en ligne aux profils variés. Ainsi, il existe des groupes de hackers dont l’organisation est quasiment professionnelle, à l’instar de Wizard Spider essentiellement basé en Russie, et des acteurs moins professionnels et organisés qui surfent sur le Dark Web afin d’acquérir les outils nécessaires à leurs activités de phishing et de ransomware. », explique Jörg Schauff, conseiller Threat Intelligence à CrowdStrike.

Récemment, l’attaque informatique d’une entreprise spécialisée dans la distribution de prêt-à-porter en France se présente comme étant un exemple de ce qui est expliqué plus haut. Les conséquences sont réelles, ils peuvent impacter le fonctionnement du global de l’organisation ciblée en cette période. Ce qui se sent le plus souvent par une baisse conséquente de la rentabilité des activités pouvant conduire à la mise en chômage technique des employés de ces organisations. Il faut juste se rappeler que personne n’est à l’abri de la menace informatique.  Et les conséquences devraient nous interpeller à tout moment.

« Pour se prémunir contre ces attaques, et notamment pendant la période des fêtes de fin d’année, le secteur du retail a un besoin urgent de nouvelles technologies de sécurité informatique, la prévention demeurant la priorité absolue. », souligne le spécialiste de CrowdStrike.

Dans ce contexte, il faut s’organiser et mettre certaines méthodes qui pourront aider à améliorer la sécurité des systèmes informatiques de Ces commerces en ligne.

Tout d’abord il faut penser à actualiser les outils informatiques de sécurité. En effet, les pirates informatiques améliorent sans cesse leurs pratiques. Continuer à utiliser des solutions obsolètes n’est pas très adéquat lorsqu’on veut se protéger de la cybermalveillance. C’est dans ce contexte généralement il est recommandé de toujours se tourner vers de nouvelles solutions qui embarquent en le plus souvent le machine learning.

« Les technologies de Machine Learning permettent aujourd’hui d’assimiler différents comportements des systèmes informatiques permettant ensuite de détecter le caractère malveillant d’une opération en analysant les comportements qui y sont associés. », note Jörg Schauff.

Ensuite, il est essentiel de mettre en place un système qui permet de lutter de manière permanente contre les menaces pour s’en débarrasser. Si une chose est certaine, les solutions de sécurité ne peuvent pas bloquer toutes les menaces. Par ailleurs, il faut alors mettre en place une méthode qui est de nature à assurer une veille et une lutte constante

« Compter uniquement sur la chance n’a jamais été une bonne stratégie. Espérer ne jamais être attaqué et commencer à réagir uniquement lorsque le pire survient n’aide pas une entreprise à se sortir d’une situation délicate. Enfin de contrer efficacement les tactiques et les techniques des pirates du monde moderne, il est essentiel de pouvoir s’appuyer non seulement sur les technologies les plus récentes, mais aussi sur le savoir-faire humain, et de s’engager dans une traque active des menaces potentielles », souligne Jörg Schauff.

« Pour qu’un concept de sécurité puisse fonctionner sans fausse note (faille) dans l’entreprise, il convient de mobiliser tous les collaborateurs. Confier la responsabilité uniquement au département IT n’est pas suffisant. Dans l’éventualité d’une attaque, chacun doit savoir comment réagir. Les exercices de simulation permettent de former le personnel et de le préparer à une attaque potentielle. En pratiquant régulièrement des scénarios d’urgence, il est possible d’inculquer un comportement approprié à chacun des collaborateurs et d’ancrer dans les habitudes une procédure adaptée qui sera ensuite reproduite de manière naturelle dans une situation d’urgence réelle. », ajoute ce dernier.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Phishing / Hameçonnage : Que savez vous exactement ?

L’hameçonnage ou phishing est une méthode utilisée par les pirates informatiques dans le but de récolter des informations personnelles de la part des internautes le plus souvent avec leur consentement.

Cette pratique rentre dans la catégorie des actes de cybercriminalité les plus utilisé au monde. Par conséquent, il y a de fortes chances que vous, utilisateur des services numériques, vous ayez été soit victime de phishing, soit victime d’une tentative.

En effet, la majorité des campagnes de piratage informatique implique que l’utilisation de l’hameçonnage.  Comme nous l’avons dit plus haut l’objectif est de récolter des données personnelles. Mais contrairement à plusieurs types d’actes de cybermalveillance, ici les pirates informatiques ne volent pas cette donnée. Ce sont les utilisateurs qui les leur donnent.

Comment fonctionne le phishing ?

Pour faire plus simple, le phishing n’est pas réellement du piratage informatique. Si on veut prendre dans le sens le plus simple on dira que c’est une manipulation une sorte d’arnaque. En effet, les opérateurs d’hameçonnage en tendance à plutôt poser l’utilisateur à fournir les données nécessaires qu’à les prendre de force. Comment s’y prennent-ils ? De la manière la plus simple mais efficace le jour. Et cela en 3 étapes simples

1 –  En tant que utilisateurs de smartphone au d’ordinateur, vous avez déjà reçu des messages de nature promotionnel où vous invitons à récupérer un gain pour un jeu que vous n’avez même pas joué. Pour la plupart du temps se sont des messages texte que vous recevez ou encore des emails. La plupart de ces messages vous invite à vous rendre sur une plate-forme dans l’accès est proposé par le biais de lien présent dans le message.

2 – Lorsque l’utilisateur clique sur ce lien, celui-ci est dirigée vers une plateforme web. Le plus souvent un site internet factice, qui usurpe l’interface d’un autre qui existe véritablement.

3 – L’utilisateur ciblé peut alors tomber facilement dans le piège. Car s’il se croit être sur le site de Facebook par exemple ou peut-être celui de sa banque, il sera beaucoup plus facile de lui demander de fournir certaines informations d’identification. Car, il est toujours demandé aux victimes de remplir un champ d’informations de données personnelles. Des informations qui seront par la suite récupéré par les pirates informatiques.

Aujourd’hui, les cybercriminels ont tendance à profiter des situations à fond est parti médiatique pour générer des campagnes de phishing. On parle notamment de la pandémie à coronavirus qui a vu exploser littéralement les campagnes de d’hameçonnage à travers le monde entier. Les catastrophes naturelles, les guerres où les émeutes sont souvent des situations qui peuvent permettre d’initier des stratégies pour pousser l’internaute à communiquer ses données personnelles. De plus, avec l’avènement du deepfake, les pirates informatiques ont la possibilité d’usurper l’identité très facilement des personnes que vous connaissez qui ont souvent des autorités sur vous dans le but de vous prendre au piège.

Que font-ils de ses données personnelles ?

Les données personnelles sont une forte valeur sur le marché du piratage informatique. En effet, les cybercriminels peu d’abord vouloir les utiliser même. Dans ce cas de figure, ils peuvent s’en servir pour initier des compagnes de piratage de comptes en ligne. Donc ne soyez pas surpris si vous ne pouvez plus vous connecter à votre compte Facebook, il se peut que vous vous êtes fait avoir de la sorte. Ensuite ils peuvent aussi s’en servir dans le but de vous voler. Car, cette méthode peut permettre d’avoir accès à vos informations bancaires. C’est qui peut être un désastre financier pour les victimes. En outre, on peut aussi citer l’éventualité d’usurpations d’identité.

Dans l’éventualité où les pirates informatiques n’utilisent pas ces informations eux-mêmes, ils peuvent les revendre à d’autres cybercriminels. À ce propos il existe le marché bien juteux sur le Dark Web.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

La Belgique est un terrain facile pour les pirates informatiques

Selon plusieurs observations, la Belgique serait un terrain de chasse facile à border pour les pirates informatiques.

Depuis quelques temps maintenant, on peut aisément observer une multiplication des attaques informatiques sur les territoires Belgique. Pire encore, ces piratages informatiques sont en train de devenir beaucoup plus violentes. Tous les secteurs sont touchés de plein fouet et la tendance continue de grandir beaucoup plus.

Cet article va aussi vous intéresser : La Belgique à l’épreuve d’une attaque informatique d’ampleur

On peut déjà observer cette situation depuis le début de l’année avec la cyberattaque qui a visé le centre hospitalier de la Wallonie picarde le 17 janvier dernier. Il s’en est suivi plus tard le piratage informatique des services communaux de la ville de Liège le 21 juillet. Ensuite ce fut l’attaque informatique du barreau de Charleroi le 4 octobre suivie de celle de la clinique Saint-Luc de bouge le 9 octobre.

De manière pratique c’est une situation assez une quittance. L’essentiel des attaques observées sont généralement réalisées par des opérateurs de rançongiciels. En d’autres termes en l’objectif est tout simplement de faire payer les victimes de ces cyberattaques des rançons qui sont généralement exigées sous forme de crypto monnaies.

Le mode opératoire est un classique du genre. Les pirates informatiques accèdent aux systèmes d’information et cryptent les données ainsi que les accès. Ensuite, ils exigent le paiement de rançon en bitcoins ou tous autres monnaies cryptographiques. Dans la mesure où les victimes refusent de payer, elles sont menacées de divulgation de leurs données sensibles sur le web.

La réussite de ces cyberattaques se fondent essentiellement sur l’exploitation de failles de sécurités présente dans les systèmes d’informations ciblées. Ces derniers peuvent aussi procéder par l’hameçonnage, et il suffit d’un simple clic sur un courrier corrompu et le tour est joué.

Cependant il faut s’inquiéter. Si les cybercriminels prennent trop leur aise dans l’attaque des systèmes informatiques en Belgique, il est certain qu’ils continueront de plus belle.

 « Les infrastructures informatiques de beaucoup d’hôpitaux belges présentent des failles et vont être touchées dans les prochaines semaines, les prochains mois », Souligne avec inquiétudes, le Dr Xavier Bellekens, un expert en cybersécurité. « J’ai personnellement alerté des institutions publiques et privées ainsi que tous les organismes de presse qui tous présentent au moins une vulnérabilité critique. », ajoute ce dernier. « La Belgique est relativement épargnée pour l’instant. Mais le rythme des attaques va augmenter, c’est certain. Aujourd’hui, un organisme privé ou public ne prend conscience des conséquences que lorsqu’il est confronté au phénomène. Il traverse alors une petite crise et s’interroge: pourquoi n’avons-nous pas mis en place des barrières, vérifié les sauvegardes? Le déclic arrive trop tard, individuellement, organisation par organisation. », précise l’expert.

De son côté, le secrétaire d’État à la Digitalisation, Mathieu Michel, déclare : « La cyber sécurité, c’est un enjeu que nous prenons à bras-le-corps, nous en parlons à chaque conclave ». Il ajoute par ailleurs : « Un des premiers éléments sur lequel il est fondamental d’agir et sur lequel nous agissons, c’est la sensibilisation. C’est la première ligne de défense. Une étude de Skyforce indique que 48% des entreprises et des PME n’installent pas de pare-feu, que 36% ne possèdent pas de backup de leurs données. C’est ainsi qu’un nouveau projet de sensibilisation va voir le jour prochaines semaines, le cyber scan. L’idée, c’est de challenger indépendants et PME par rapport à leur propre lucidité: quelle est ma maturité digitale, ma maturité en matière de cybersécurité? ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

6 types de pirates informatiques que vous devez connaître

Depuis quelques mois maintenant, nous parlons beaucoup de pirates informatiques et de cybercriminalité alors que ces notions même continuent d’être obscures pour la plupart d’entre nous.

Derrière ces expressions qui ont l’air d’être simple, on peut aussi trouver une réalité que nous ignorons.

Cet article va aussi vous intéresser : Comment les hackers attaquent avec des rançongiciels ?

Dans cet article, nous avons décidé de vous énumérer les différents types de pirates informatiques.

1- Les White Hats

Les hackers appelés « White Hats » sont aussi connus sous la dénomination française de pirates éthiques. Ce sont des individus qui ont décidé de mettre leurs talents en matière de piratage informatique au service du bien commun. Ce sont généralement des professionnels qui travaillent dans le cadre de la cybersécurité.

Leur tâche consiste le plus souvent à trouver des failles de sécurité dans des systèmes informatiques ou des appareils numériques avant leur mise à disposition au grand public. Ils servent aussi de s’assurer que ces Vulnérabilités ne soient pas utilisées de manière malveillante. Si la plupart d’entre eux préfère travailler de façon solitaire, il n’est pas rare de les voir souvent se regrouper dans une communauté ou encore dans une association.

2 –  Les Blacks Hats

Les pirates informatiques classifiés dans la catégorie des « Black Hats » sont comme leur nom l’indique l’opposé des White Hats. Ce sont des cybercriminels. Des personnes qui agissent que dans une intention malveillante. Si leur motivation varie selon le contexte, dans la plupart des cas, ces criminels sont attirés par l’argent. Il passe le clair de leur temps rechercher des failles de sécurité et à les exploiter où les commercialiser. Ils sont aussi les responsables des virus informatiques et autres programmes malveillants en circulation sur internet.

3 – Les Grays Hats

C’est une catégorie de pirate informatique qui se trouve au centre des deux premiers. Si l’objectif de ce genre d’individus n’est pas forcément de nourrir un besoin individuel, c’est généralement des personnes qui n’agissent pas très souvent dans le cadre de la légalité. Ils peuvent avoir pour passe temps de dénicher des failles de sécurité pour ensuite le publier sur Internet au vu et au su de tout le monde peu importe les conséquences.

Généralement ils endossent la casquette de pirate informatique activistes. Dans tous les cas, si l’action dans un certain sens peut avoir un intérêt pour les consommateurs et les clients plateforme qu’ils attaquent, notamment en divulguant la vérité, il n’est pas rare qu’ils franchisent la limite de l’illégalité ou même celle du piratage informatique malveillant.

4 – Hacktivistes 

Ces pirates informatiques ont tendance à utiliser les mêmes procédés que les précédents. Cependant la particularité réside dans le fait qu’ils font tout leur possible pour demeurer dans la catégorie de l’activisme en social politique ou même intellectuel. L’objectif n’est pas de causer du tort mais plutôt d’aider.

Pour cela, ils vont jusqu’à commettre des actes de natures illégales. Ils apportent aussi leur soutien à des révolutions comme fut le cas lors de prépare arabe, ou dénoncent certaines situations qu’ils jugent anormales.

4 – Script kiddies

C’est une sous-catégorie des pirates informatiques Black Hats. En d’autres termes, il devra dans l’illégalité. L’expression strip-tease script kiddies est une dénomination péjorative qui est destinée à qualifier des hackers dont l’objectif est de faire télécharger des programmes malveillants capables de dégrader et site internet juste pour se faire un nom.

Dans la majeure partie des cas, les cybercriminels qui sont catégorisés dans ce lot sont des amateurs, des personnes avides de reconnaissance encore des curieux. On doit juste retenir qu’ils n’ont pas d’intention bienveillante.

5 – Lanceurs d’alerte 

Les lanceurs d’alerte sont des individus qui utilisent leurs compétences informatiques pour accéder à des systèmes informatiques, dérober des informations sensibles voire confidentielles pour ensuite les porter au grand public. Ils sont reconnus généralement par leurs aptitudes à être la source de fuites de données confidentielles.

Ces informations confidentielles qu’ils ont tendance à propager présente pour la plupart du temps est l’intérêt public voir général. S’ils sont catégorisés dans le cercle des personnes agissant dans l’illégalité, ce sont des individus qui ont pour intentions d’informer sur des situations qu’ils jugent grave ou importante. Mais certaines personnes parmi eux penchent vers le mauvais côté en commercialisant des informations confidentielles ayant des intérêts commerciaux.

6 – Cyberterroristes 

Dans un certain sens, on pourrait dire que ce sont des cyberactivistes comme ceux dont nous avons parlé plus haut. Cependant, ils n’agissent pas dans le but d’aider. Ils agissent dans l’objectif de détruire ou de porter un coup grave dans l’intention d’interpeller sur une situation qui juge importante. Ils font partie des cybercriminels considéré comme étant les plus dangereux à cause de la portée et de leurs actes si ceux-ci arrivent à réalisation.

Comme on le sait déjà, l’objectif d’un terroriste est de se faire entendre en ces mots la violence et la peur. C’est exactement ce que font ces cybers terroristes.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Top 5 des pirates informatiques de l’histoire de la cybercriminalité

Aujourd’hui, la cybercriminalité n’est plus quelque chose qui est réservée à certaines classes bien isolées.

Le monde change continuellement, les habitudes de consommation en font pareil. Avec l’explosion de l’usage des services numériques, l’activité du piratage informatique après une tournure assez évidente. Elle continue de croître et devient par cela une activité rentable pour les cybercriminels.

Cet article va aussi vous intéresser : Les plus grands hackers de tous les temps

Chaque année le piratage informatique coûte des millions voir des milliards de dollars aux consommateurs lambda et aux entreprises. Mais cette prolifération du piratage n’est pas apparue du jour au lendemain : il a fallu le travail des pirates désormais célèbres pour découvrir des vulnérabilités critiques et d’exposer les principales faiblesses, établissant les bases d’un Internet gratuit pour tous. Au-delà de toute considération financière ou même en personnelle, certains pirates se sont démarqués par leur génie et leur efficacité.

Dans cet article nous allons vous parler de 5 des meilleurs hackers que le monde n’a jamais connus.

Kevin Mitnick

C’est l’un des informaticiens qui ont marqué l’histoire du Hacking aux États-Unis. Cet individu commence ses activités de cybercriminalité depuis l’âge de l’adolescence. Il a d’abord été accusé pour avoir volé des manuels d’ordinateur à Pacific Bell en 1981. Dans les années 1989, il réussit le piratage du commandement de la défense de l’Amérique du Nord.

Un fait historique qui a marqué le célèbre film de 1983 « War Games ». Il est aussi celui qui pirate le réseau de Digital Equipment Corporation (DEC) en 1989 pour effectuer des copies de leur logiciel. À l’époque cette entreprise se présente comme étant l’un des principaux fabricants d’ordinateurs au monde. C’est d’ailleurs cette action qui a mis ce pirate informatique sur la Select.

Il a ensuite été arrêté, condamné et envoyé en prison. Au cours de sa libération conditionnelle, il a piraté les systèmes de messagerie vocale de Pacific Bell. Ce qui a le plus marqué dans la carrière de hacker de Mitnick, à aucun moment il n’a essayé d’exploiter les accès les données qu’il avait obtenues lors de ses différents piratages. Pourtant il a été admis que ce dernier avec avoir accès à l’ensemble des données de contrôle du réseau de Pacific Bell.

Aujourd’hui Kevin Mitnick travaille du bon côté du hacking. En effet il est considéré comme étant un hacker de type white hat.

Anonymous

Anonymous n’est pas un hacker mais plutôt un groupe de cybercriminel. Ce groupe a été révélé au grand public dans les années 2003 sur le forum de 4chan. D’après ce qui a été observé sur ceux ci, ce sont des pirates informatiques qui ont des tendances d’activistes sociaux. Par exemple en 2008, ce groupe de pirate informatique se positionner comme un contestataire de l’église de scientologie.

Leur action a consisté alors à désactiver l’ensemble des sites internet de leur cible c’est qui a porté atteinte d’une manière ou d’une autre à leur placement dans les recherches de Google. Ils ont aussi submergé les télécopieurs du groupe avec des images entièrement noir. Ce groupe aussi se fait remarquer en 2008 pour avoir défilé devant des centres de scientologie à travers le monde entier avec des masques de Guy Fawkes.

Ce qui devient depuis leur un symbole de de ce groupe de hackers. Bien évidemment le FBI et plusieurs autorités à travers le monde ont lancé des actions pour arrêter les membres. S’ils ont réussi à mettre la main sur certains, le fait que ce groupe ne soit pas organiser de manière hiérarchique, rend littéralement est possible entre démantèlement.

Jonathan James

Jonathan James est un pirate informatique qui a réussi à se démarquer après avoir réussi à s’introduire dans le système informatique de plusieurs entreprises. Mais son célèbre exploit résident dans le piratage des ordinateurs du département de la défense des États-Unis. Cette situation n’est pas moins exceptionnelle en ce sens que lors de la réalisation de ce hacking, Jonathan James avait seulement 15 ans à l’époque.

Ce piratage informatique lui a permis de pouvoir accéder à des milliers de messages privés des employés de gouvernement, à des mots de passe et d’autres identifiants de connexion sans oublier des données extrêmement sensibles. Il a été arrêté en 2000. Il fut interdit d’utiliser des ordinateurs et condamné à 6 mois d’assignation à résidence. Cependant il ne réussi pas à respecter sa probation il fut condamné pour 6 mois d’emprisonnement. Il devient dans l’histoire du piratage informatique comme étant le plus jeune à avoir été condamné pour cybercriminalité.

Les années 2007, il a été soupçonné par les autorités pour avoir commandé tes l’attaque informatique d’un grand magasin du nom de tjx. Une cyberattaque qui a exposé les données personnelles de plusieurs clients de ce magasin. Mais il ne fait pas condamné pour autant.

Cependant en 2008, il se suicide et laisse dans une note publiée au Daily mail ce dernier message : « Je n’ai aucune foi dans le système de ‘justice’. Peut-être que mes actions d’aujourd’hui et cette lettre enverront un message plus fort au public. Quoi qu’il en soit, j’ai perdu le contrôle de cette situation, et c’est mon seul moyen de reprendre le contrôle. ».

ASTRA

Ce cybercriminel se démarque assez pour la plupart des pirates informatiques célèbres de milieu. En effet, il n’a jamais été identifié. Cependant selon plusieurs informations qui proviennent des forces de l’ordre, il aurait été appréhendé en 2008. Ces informations précises aussi qu’il est un mathématicien grec âgé de 58 ans. Il a été connu pour le piratage du groupe Dassault il y a il y a des années de cela.

L’objectif de sa cyberattaque a été le vol de plusieurs informations sensibles en particulier des technologies qu’il a ensuite revendus à 250 personnes dans le monde. Les dégâts estimés de son attaque informatique ont été évalués par Dassault hauteur de 360 millions de dollars, que ce dernier a dû verser en dommages et intérêts.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage