Fuites de données médicales : vérifier si l’on est concerné par la fuite massive de données de santé

La semaine dernière, l’actualité portait sur la fuite de données médicales à caractère sensible de près de 500 000 personnes en France.

Ces données étaient sur le Dark web. Au début elles étayent commercialisé et pour quelle raison que ce soit, elles sont dorénavant gratuites. Face à une telle situation, une entreprise spécialisée, a décidé de mettre en ligne un moyen qui permet de vérifier si les données en circulation contiennent certaines qui nous concernent.

Cet article va aussi vous intéresser : Données médicales : Plusieurs centaines de patients Français voient leur donner données sur le Dark Web

La société qui propose cet outil est basé dans la ville française de Rennes. Elle se dénomme Accéis.

Donc si vous doutez de faire partir des personnes dont les données sont en circulation, vous pouvez alors vérifier. Il vous suffit tout simplement d’accéder au site fuitededonneesdesante.acceis.fr, de composer votre numéro de sécurité sociale dans le champ unique de recherche qui vous sera présenté. Vous pourrez alors vérifier si vous êtes belle et bien parmi ceux dont les données sont en libre circulation.

Pour plus de précisions, l’entreprise de sécurité qui a mis en place le système précise que le serveur : « ne contient pas les informations personnelles, ni les données de santé relatives à la fuite de données. Seuls des condensats cryptographiques (SHA-256) sont utilisés, permettant de confirmer/infirmer la présence d’une identité dans la fuite de données. ».

Il faudrait que les personnes qui pourront être concernées par la fuite sachent qu’une enquête est belle et bien en cours pour déterminer non seulement l’ampleur de la fuite mais aussi les responsables.

D’une part la vigilance est de mise. Car, ces informations peuvent bien servir pour initier des campagnes d’usurpation d’identité, ou encore des tentative d’extorsion ou de chantage. C’est d’ailleurs comme ça que fonctionnent les pirates informatiques.

« On a déjà eu le cas par le passé pour une clinique médico-psychologique dont les enregistrements de séance avaient été récupérés par un hackeur, qui avait fait pression sur les patients en menaçant de divulguer le contenu des échanges, et de réclamer une rançon pour ne pas le faire », raconte Yves Duchesne, spécialiste de la sécurité informatique.

Dans ce contexte un tel cas de figure est fort probable. C’est d’ailleurs pour cette raison que le spécialiste conseille fortement, aux personnes qui pourraient être dans ce genre de conditions, de former le plus tôt possible les autorités soit à la gendarmerie ou la plate-forme pour la cybermalveillance : https://www.cybermalveillance.gouv.fr/. Selon Yves Duchesne, quelle que soit la cause d’un incident informatique, on est sûr que tout provient de la même souche : « les hôpitaux, comme les laboratoires, n’ont pas forcément un expert en cybersécurité dans leurs rangs. Un labo n’a pas la capacité de dire si le logiciel qui lui permet de gérer les données médicales est sécurisé ou pas. Il se fie aussi à ce qu’on lui vend. ». Il conclura en notant une réalité bien alarmante : « La sécurité informatique du secteur de la santé, cible de multiples attaques ces derniers temps, « car les données médicales se vendent bien », est ainsi en construction depuis plusieurs années, avec une prise en compte de l’importance de se protéger. »

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage