Google supprime 500 extensions malveillantes de son Chrome Web Store

Récemment il a été fait la découverte un ensemble d’extensions qui poussaient les utilisateurs vers des sites malveillants tout en injectant de la publicité indésirable.

Il a été dénombré 500 extensions de ce genre. Google a alors pris sur lui de les retirer de sa boutique en ligne officielle.

Ses extensions malveillantes ont été découvertes par la spécialiste de la sécurité informatique Jamila Kaya et son équipe Duo Security de chez Cisco. L’enquête qui s’est conclue par cette découverte a duré plus de 2 mois.

Cet article va aussi vous intéresser : Google Chrome : le navigateur de Google vulnérable

Comment fonctionnent donc ces programmes malveillants. Selon la spécialiste, les extensions injectaient de la publicité malveillante lorsque les utilisateurs ouvraient des sessions de navigation. Et une fois les conditions remplies pour l’activation, des coups de malveillances survenaient, l’utilisateur était automatiquement rédigé vers certains sites internet. Dans certains cas, ces derniers étaient envoyé sur des sites d’affiliation légitime tels que L’acte, Dell ou BestBuy, dans d’autres cas voire la majorité, c’était vers des sites de téléchargement de logiciels qu’ils étaient envoyés. Pour ainsi dire un coup classique de phishing.

Selon le rapport des spécialistes qui ont découvert la supercherie, ces extensions n’étaient pas là par hasard. C’était en fait un réseau de programme malveillant faisant partie d’une opération très vaste qui tournait depuis maintenant 2 ans minimum. Selon l’équipe, les pirates informatiques à la base de cela serait actif depuis 2010.

Selon la chercheuse Jamila Kaya, des millions d’utilisateurs auraient été victimes de cette superchérie à grande échelle. C’est suite à une recherche de routine qu’elle est tombé sur les extensions malveillantes et leurs activités illicites. « Individuellement, j’ai identifié plus d’une douzaine d’extensions qui partageaient un même modèle (…) J’ai contacté Duo, et nous avons pu rapidement les identifier grâce à la base de données de CRXcavator et découvrir l’ensemble du réseau ». Selon l’équipe Duo, les extensions qui ont été découvert dès le début avaient en fait touché environ 1,7 millions de personnes utilisant Google Chrome. « Nous avons ensuite fait part de nos conclusions à Google, qui s’est montré réceptif et a collaboré à l’élimination des extensions », explique Jamila Kaya.

Juste après les découvertes des chercheurs, Google a lui aussi mené des enquêtes en interne, aboutissant à détecter l’ensemble des extensions suivant le même modèle. Ce qui s’est terminé par le bannissement des 500 extensions malveillantes au total. Cependant même si l’on ne sait pas combien elles sont exactement en circulation, il est fort probable que le nombre puisse atteindre les millions. La recherche est donc en cours.

Il faut noter alors que ce n’est pas le premier réseau d’extension malveillantes découvertes sur le chrome. Et il en existe bien d’autres. C’est pour cette raison il a demandé aux utilisateurs de faire toujours preuve de vigilance. « La liste des extensions concernées figure dans le rapport Duo. Lorsque Google a banni les extensions du store officiel, il les a également désactivées dans les navigateurs de chaque utilisateur, tout en marquant l’extension comme « malveillante » pour que les utilisateurs sachent qu’il faut la supprimer et non la réactiver. » note les experts de l’équipe Duo.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage