La 5G et ses risques

Comme beaucoup d’innovations avant elle, la 5G est au cœur de polémiques, d’espoirs et de craintes.

Que ce soit au niveau de la santé et de la confidentialité des données ainsi que la crainte d’espionnage, la 5G aura fait parler d’elle avant même son déploiement.

Cet article va aussi vous intéresser : Le géant chinois Huawei est défendu par Bouygues Telecom qui saisi le conseil d’État en annulation de la loi l’empêchant de déployer ses antennes 5G sur le territoire Français

Dans un sondage donné par Oracle en collaboration avec Odoxa, durant le mois de septembre dernier, plus de la moitié des Français interrogés sur la question ont estimé qu’avant tout déploiement de la 5G en France, il faudrait s’assurer que son impact sanitaire et environnemental soit maîtrisé sur tous les plans. 74 % des personnes approcher lors de l’étude en ai mis leurs craintes face à une possibilité d’utiliser la nouvelle technologie pour des inventions malveillantes tel que le piratage de données personnel par exemple.

Bref, la position sur la 5G est clairement mitigée et dans l’histoire de l’humanité ce n’est pas la toute première invention être autant critiquer avant même son entrée en scène.

Dans un certain sens, les gens qui craignent beaucoup plus que les antennes pour relayer le réseau où se multiplient en France. « Dans un premier temps, nous installerons les équipements 5G sur les antennes 4G existantes. Il n’y aura donc aucune nouvelle antenne pendant plusieurs années, en dehors de celles prévues dans le cadre du « New Deal Mobile″ », expliquait Nicolas Guérin, le président de la Fédération Française des Télécoms.

Dans un autre sens, la question portant sur les effets des ondes émises sur la santé n’a pas encore été résolu. Pourtant en octobre 2019, l’organisme chargé de la santé, l’Anses remettait son rapport préliminaire portant sur les risques sanitaires liés au réseau 5G.  « Peu de publications ont étudié les effets d’exposition à des fréquences comprises entre 3 et 6 GHz, déjà utilisées pour les connexions par satellite ou encore le Wi-Fi par exemple » notait alors l’agence.

Pour le moment, il a dit qu’il n’y a pas d’effets sanitaires spécifique pouvant être causé par le réseau 5G. Mais on s’interroge de savoir si une extrapolation des données « jusqu’à 2,5 GHz sur les 3,5 GHz » est possible. Avec le basculement vers la 5G, « on va passer d’une exposition relativement stable dans l’espace et le temps à une situation ou les antennes vont pouvoir focaliser les émissions, avec donc une variabilité dans le temps et l’espace », précise le responsable de l’unité évaluation des risques liés aux agents physiques de l’Anses, Olivier Merckel dans NextInpact.

Notons par ailleurs que le dernier rapport portant sur le sujet résulte « des travaux conduits par la mission sur le plan national et international au cours des mois de juillet et d’août 2020, notamment sur la base d’un questionnaire diffusé aux services économiques régionaux de 22 pays et relayé par l’OMS à ses 40 correspondants dans le domaine des radiofréquences ». Dans un récent rapport, publié en septembre 2020, on peut retenir que « il n’existe pas, selon le consensus des agences sanitaires nationales et internationales, d’effets néfastes avérés à court terme, c’est-à-dire d’effets thermiques délétères sur les tissus […] ni dans le grand public, ni chez les travailleurs ».

En clair, les autorités d’une certaine manière encore dans sur l’idée selon laquelle il n’y a pas véritablement d’effets sanitaires spécifiques pouvant découler du déploiement de la 5G, lorsqu’on est en dessous des valeurs limites d’exposition

En outre, parlons de l’autre problème lié à la 5G selon les différentes craintes : l’espionnage cyber. On peut dire que c’est la crainte principale qui est affiliée au réseau 5G. À cause de cela, plusieurs États ont décidé de bannir l’utilisation des équipements fournis par le géant chinois des télécoms Huawei. L’une des principales raisons, et le passé militaire du fondateur de la société et son appartenance manifeste au parti unique Chinois, le parti communiste. De plus la culture d’entreprise peu transparente de Huawei a augmenté encore plus les soupçons des occidentaux à son égard. Si en France par exemple, la société chinoise n’est pas du tout interdite, il n’en demeure pas moins que les opérateurs nationaux sont généralement invités à choisir d’autres équipementiers pour se fournir dans cette technologie.

Du côté des entreprises industrielles, la menace est prégnante et interpelle plus d’un. Avec le haut débit que la 5G offrira à l’utilisateur d’Internet, ce qui est d’ailleurs un avantage pour les entreprises au niveau de l’utilisation de plusieurs outils informatiques, il n’en demeure pas moins, que le piratage informatique sans trouvera facilité.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage