La pire attaque informatique connue par Google

En 2017, le géant américain du numérique Google a été touché par une attaque DDOS dit attaque par déni de service.

L’attaque a tellement été importante que la firme de Mountain View l’a raconté dans un post récent, pourtant sur la thématique de la sécurité informatique. La cyberattaque a ciblé principalement le moteur de recherche, qui est généralement ciblé par bon nombre de pirates informatiques et à travers plusieurs tentatives. Ce qui pousse la société américaine à être à tout moment sur le qui-vive, et se protéger de ces multiples agressions.

Dans certains sens, cela n’est pas étonnant que Google soit constamment ciblé par les cyberattaques. En effet, près de 80 % du trafic Internet passe par ce moteur de recherche à travers le monde. Cette position dominante fait de lui la cible privilégiée les cyberattaques. Il ne se passe pas un jour sans que le célèbre moteur de recherche en soit confronté à une tentative d’intrusion. Et malgré le dispositif, il ne s’en sort pas toujours indemne. C’est d’ailleurs ce qui arrive en 2017.

Il y a 3 ans maintenant, Google était atteint par une attaque de déni de service. Une tentative de piratage qui voulait passer par la saturation du site en le surcharge en deux demandes un tant soit peu inutiles et factices. Une cyber agression assez connu du milieu. L’attaque aurait tellement marqué la société américaine, qu’elle s’en a servi comme exemple dans une publication orientée spécialement vers la cybersécurité. L’objectif étant de donner des conseils pour sécuriser au mieux les serveurs et les applications.

Google explique comment il a procédé pour régler son problème. Le géant américain explique que l’une des priorités face à ce genre de problème est de déterminée en amont la capacité de l’entreprise à résister face à une attaque par déni de service. Et cela pour chaque métrique. Cette première étape se présente comme nécessaire, pour déterminer comment exploiter son réseau de manière fiable et efficace. Car, un réseau sur approvisionné coûte plus cher et gaspille les ressources alors qu’un réseau sous approvisionné est susceptible d’entraîner une panne. En observant les attaques préalables déjà subi par le réseau, il a possible de mener à bien une telle évaluation. Ce qui favorisera l’adaptation des mesures de sécurité pour résister à de futurs attaques informatiques. Avec la croissance du web et les différentes attaques récentes, il est possible d’évaluer sur les 10 dernières années l’évolution des cyberattaques. Une évolution qui se présente comme exponentielle dans le sens de l’augmentation.

Avec l’aide de plusieurs autres membres de la communauté internet, le géant de Mountain View collabore dans le but d’identifier et de démonter les outils informatiques et infrastructures utilisés pour réaliser des cyberattaques. Car, même si certaines attaques n’ont pas de véritable impact sur Google tel que l’attaque de 2017, il n’en demeure pas moins que des milliers de serveurs, appartement à des fournisseurs de géant américain étaient vulnérabilités. Google a même réalisé des enquêtes dans le but de remonter à la source des paquets usurpés et les filtrés. En clair on peut dire sans se tromper, que l’équipe de Google chargé de la sécurité informatique es vraiment occupé à temps plein.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage