La sécurité informatique absolue est elle possible

Les attaques informatiques se multiplient de plus en plus. Si l’on est certain d’une chose, c’est que cela ne prendra pas fin de sitôt.

Pire, il faudrait s’attendre à une augmentation et une intensification des acteurs des cybermalveillance.

On a du mal à savoir même aujourd’hui qui sont ces personnes qui passent leur temps derrière des écrans d’ordinateurs en semant n’importe comment la terreur.

Cet article va aussi vous intéresser : 5 attaques informatiques qui ont marqué l’histoire de la cybercriminalité

Selon les chiffres fournis par le CESIN, le club des professionnels de la sécurité informatique, 57 % des organisations française ont signalé avoir été touchées par une attaque informatique. L’Agence Nationale de Sécurité des Systèmes d’Information quant à elle observe chaque semaine des tentatives d’intrusion dans le système des   infrastructures sensibles.

« Il est clair qu’on assiste à une forte hausse de la cybercriminalité. La progression est de 20 % à 22 % par an depuis quelques années, avec même +100 % par an pour les rançongiciels. On voit aussi que les attaques sont de plus en plus invalidantes pour les victimes et portent des atteintes graves à leur organisation. », explique Éric Freyssinet, chef de la division de lutte contre la cybercriminalité au Pôle judiciaire de la gendarmerie nationale.

De plus, les cibles sont variées. Si d’une certaine manière on croirait que ce sont les entreprises les plus visées, on peut voir les choses autrement.

« Cela varie énormément d’une année sur l’autre. Pour les rançongiciels, par exemple, il y a eu une première vague en 2011-2012 ciblant les entreprises, puis la technique s’est diffusée au grand public avec des attaques de phishing massives. Cela passe par exemple via des courriels contenant des pièces jointes infectées, ou des faux bandeaux publicitaires qui téléchargent un logiciel malveillant quand on clique dessus. Aujourd’hui, n’importe qui peut être visé : hôpitaux, associations, entreprises, collectivités… » souligne Éric Freyssinet.

Pour ce qui en est des coupables de ses attaques informatiques, on assiste à un réaménagement du secteur. En effet, la cybercriminalité c’est tout une organisation dorénavant. Il est rare de trouver des pirates informatiques isolés. La hiérarchie trouve sa place et la sous-traitance est en plein développement. En d’autres termes, la cybercriminalité est devenue une industrie. À ce propos, Éric Freyssinet déclare : « Il y a des groupes criminels très organisés qui ciblent uniquement des « gros poissons » ayant les moyens de payer des sommes conséquentes. De l’autre côté, on voit de la petite délinquance, parfois même des adolescents, qui se livrent à des activités frauduleuses, par exemple du vol de données bancaires. C’est d’autant plus facile qu’on trouve très aisément sur Internet des « kits » de rançongiciels prêts à l’emploi, ou des outils types RAT (Remote Access Tool), qui permettent de récupérer des mots de passe, d’enregistrer ce qui se passe à l’écran ou de copier des fichiers. »

Qu’en est-il alors des objectifs visés par les cybercriminels ?

Pour ne pas tourner autour du pot, l’évidence même voudrait que ce soit pour de l’argent. Le premier objectif des cybercriminels est toujours de se faire de l’argent. C’est d’ailleurs ce que leur comportement démontre. Mais en visant plus loin, cela peut-être pour des objectifs d’espionnage ou encore purement politique. Ces dernières années nous l’avons bien remarqué. Les attaques informatiques soutenues par des États-nations se sont multipliées.

« Le premier objectif des cybercriminels est toujours de se faire de l’argent. La motivation, c’est d’abord de s’installer dans un pays ensoleillé et de mener la belle vie ! Maintenant, il peut arriver que ces groupes criminels revendent leurs données à des États ou qu’ils se servent de l’argent pour financer de l’espionnage, comme on l’a vu avec la Corée du Nord. C’est une menace à prendre au sérieux, car bloquer des entreprises ou des hôpitaux, cela affaiblit économiquement un pays. » souligne notre expert. Il ajoute par ailleurs : « La cybersécurité est un effort permanent. Il est utile de rappeler inlassablement les règles de base pour que la vigilance ne se relâche pas. Par ailleurs, les attaquants s’adaptent sans arrêt pour contourner les systèmes de sécurité, notamment en changeant le contenu ou le type de message. Le virus peut par exemple être envoyé au service de comptabilité caché dans la facture d’un prestataire. Or, rien ne ressemble plus à une facture qu’une autre facture ! D’autre part, chaque mise à jour d’un logiciel implique la possibilité d’introduire de nouvelles failles. ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage