La vulnérabilité des infrastructures reconnue par les professionnels de la sécurité informatique

Suite à une enquête menée par Ponemon Institute, en 2019, il a été démontré que 56 pourcents des professionnels du secteur de la sécurité informatique ont admis les systèmes informatiques présentaient plusieurs insuffisances en matière de sécurité.

Le rapport de Ponemon Institute publié par AttackIQ, a révélé que les spécialistes en cybersécurité (56%), des professionnels de surcroît ont admis clairement que leurs infrastructures informatiques présentent des lacunes non négligeables, 63 % d’entre eux ont souligné qu’il y avait un manque de communication entre les responsables des entreprises et les responsables des systèmes informatiques.

Cet article va aussi vous intéresser : Le système de mise à jour détournée par des pirates informatiques

Ponemon Institute est une structure qui existe depuis 2009, créé par Larry Ponemon et Suzanne Jayson, est spécialisée dans la recherche portant sur la protection des données informatiques et L’usage des nouvelles technologies de l’information de la communication. La dernière enquête menée par cette organisation, affilié à la Responsible Management (RIM) Council, composé de membre engagés pour la défense de la confidentialité de la protection des données numériques dans leur structure, concernait une population d’au moins 570 personnes, tous des spécialistes en informatique. Cette étude a déterminé que la majorité des entreprises n’use pas de moyens automatisés pour détecter les lacunes présentent dans leurs systèmes informatiques.

Par ailleurs, 41 de personnes interrogées ont déclaré qu’ils avaient des compétences nécessaires pour arriver à déterminer avec efficacité les vulnérabilités de leur système de sécurité. Mais d’un autre côté, 53 % des experts en informatique ont reconnu qu’il n’avait pas beaucoup d’idées concernant le développement et le fonctionnement des outils de sécurités informatiques.

En outre, les entreprises ont souligné qu’ils dépense en moyenne 18,4 millions de dollars de leur protection au niveau de l’informatique, que cependant les attaques contre leur système d’information ne fait que s’accroître.

Et 70 % des personnes interrogées à ce niveau expliquent cela à travers les causes suivantes :

  • La compétence accrue des pirates informatiques ;
  • Le manque de personnel compétent ( qualifié ) en sécurité informatique ;
  • La complexité et l’évolution grandissante des surfaces d’attaque.

Au-delà de tout ceci il a été relevé que 25 % des personnes interrogées ont noté que l’équipe de sécurité informatique est en mesure d’intervenir en cas d’attaque informatique dans un délai de 1 jour.

Toutefois, c’est 40 % des personnes qui ont affirmé ne pas être en mesure de déterminer avec exactitude la position de leur entreprise en matière de sécurité informatique, 63 % déclarent que leur départements de cybersécurité est en manque d’outils permettant d’assurer un meilleur contrôle, une meilleure communication avec la hiérarchie et une réactivité plus efficace.

Et parmi ceux qui présente un rapport assez abouti, on en retrouve que 39 % qui rapporte les résultats à leur chef d’entreprise. « Les violations de données et autres incidents de sécurité continuent de nuire aux entreprises, il convient d’adopter une approche proactive pour assurer une sécurité renforcée. (…) « Grâce à cette étude, nous savons que près de la moitié des entreprises ne quantifient pas et ne suivent pas leur posture de sécurité informatique. » a souligné Brett Galloway, PDG d’AttackIQ.

Le rapport souligne néanmoins que l’une des causes de préjudice aux entreprises se situe au niveau de la complexité du système d’information ainsi que de la stratégie de sécurité informatique. Que la violation de données numériques ont pour principal fondement le manque de visibilité du système informatique dans son ensemble.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage