Le chapelet connecté du Vatican présente une grosse faille de sécurité

Il y a environ une semaine, le Vatican a proposé un outil connecté dédié à la prière.

C’est un chapelet connecté dénommé « Click to Pray eRosary ». Frédéric Fornos, directeur mondiale du réseau de prière du pape qualifie cet outil de : « Le meilleur de la tradition de l’Église avec le meilleur de la technologie » il ajoutait par ailleurs « En ce mois missionnaire extraordinaire, nous avons voulu offrir un chapelet intelligent pour aider les jeunes à prier cette ancienne prière de l’Église en l’inscrivant dans leur monde numérique et leur imaginaire ».

Cet article va aussi vous intéresser : Des pompes à essence connectées, la cible de cybercriminels

Il coûte sur le marché la bagatelle de 99 €. Un prix qui a été décrié par bon nombre de personnes. Et cela n’a pas tardé à leur donner raison. En effet cet outil technologique de l’église présente une faille de sécurité importante qui permet de le pirater très facilement.

On sait que c’est un partenariat avec l’entreprise Taiwanaise Acer que l’Église catholique a conçu le chapelet connecté qui est commercialisé depuis maintenant 2 semaines dans plusieurs pays à travers le monde. Il avait été certifié IP67, doté d’une batterie de 15 mAh, composé fonctionnalité Bluetooth 5.0 fonctionne que faire avec une application sous Android et iOS dénommé Clic to pray. « il promet jusqu’à quatre jours de dévotions sur une charge, fonctionne à l’aide d’un processeur intégré à sa croix » expliquait Frédéric Fornos. L’application est composée aussi d’un gyroscope.

L’objectif du Vatican avec cet outil informatique, est d’attirer de plus en plus les jeunes vers la prière. Vu que l’application Click to Pray avait été lancé un peu plus tôt cette année, le but est d’encadrer et de proposer des séances de prières et de recueillement à travers des guides audios, écrit, et personnalisé. La fusion avec le chapelet connecté consistait suite à un geste de croix effectué avec un outil, l’application de démarrer automatiquement sur le téléphone. Il suffisait simplement de le secouer pour changer de prière.

Malheureusement cet aspect spirituel n’est pas le seul à retenir. En effet le chapelet connecté devient alors un capteur de mouvement, pouvant déterminer dans un certain sens la position géographique d’un individu, ses itinéraires, et même les calories qu’il aura consommé durant ces gestes de prière. Toutefois, tous ces informations pouvant être collectées, le chapelet devient alors pour les pirates informatiques une mine, vu qu’il peut être facilement hacker.

C’est un expert en cybersécurité français du nom de Baptiste Robert qui aurait découvert la faille. Selon lui il lui a fallu à peine 14 minutes pour être en mesure d’accéder à l’interface de l’objet religieux connecté. Il explique qu’il suffit de connaître simplement l’adresse mail d’une personne pour être en mesure d’accéder à son compte eRosary. « Le code utilisé pour valider une connexion était présent dans la réponse envoyée à l’application. Or, celle-ci pouvait être interceptée. Il ne restait alors plus au hacker qu’à utiliser ce code et l’adresse email pour s’identifier sur l’application ».

Heureusement le Vatican alerté par l’expert français a été plus vif et a donc pu corriger rapidement cette faille de sécurité.

Cependant, Devons-nous nous inquiéter dans l’ensemble ? Ce jeune outil qui a, à peine deux semaines présente déjà les failles toujours révélé des objets connectés ? Que prévoit l’église exactement pour sécuriser les quelques milliers d’utilisateurs déjà connectés ?

Par ailleurs aucune victime de cette faille. N’a encore été observée. De notre côté les autorités de régulation ne se sont pas vraiment prononcer sur l’impact de cet outil sur leur populations.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage