Archives par mot-clé : pirate

Comment vous protéger, vous et votre famille, contre les fraudeurs?

Les escroqueries sont un effet secondaire malheureux de la croissance de la technologie, et de nombreuses familles se sentent exposées après avoir perdu des données à un pirate.

Vous pouvez également lire: Comment pirater un mot de passe WiFi?

De nos jours, il semble qu’il soit plus facile que jamais pour les voleurs d’avoir accès à des informations personnelles après avoir fait du shopping ou de s’inscrire à une carte de crédit. Malheureusement, la mauvaise nouvelle, c’est qu’ils ciblent souvent les aînés et les jeunes qui n’ont pas l’expérience nécessaire pour reconnaître une arnaque lorsqu’ils en voient une, d’autant plus que les médias sociaux sont souvent utilisés pour gagner en confiance.

heureusement il ya beaucoup de choses que vous pouvez faire pour aider à vous protéger et les membres de votre famille contre les escrocs et les pirates. Ces voleurs comptent sur un accès facile à vos renseignements personnels, étape est de s’assurer qu’ils ne peuvent pas mettre la main dessus. Modification des mots de passe souvent, en utilisant un processus d’identification en deux étapes lors de la signature aux médias sociaux, et rendre vos comptes en ligne privés sont tous d’excellents moyens de prévenir le vol de vos informations personnelles. L’étape suivante consiste à vous renseigner sur ce que les escroqueries peuvent ressembler et comment les éviter.

ici sont quelques conseils rapides sur la façon de vous protéger et protéger vos proches contre les données vol.

Familiarisez-vous avec les logiciels malveillants

toujours vous investissez dans un appareil — qu’il s’agisse d’un smartphone ou d’un ordinateur de bureau — pour se familiariser avec les moyens de le protéger contre les logiciels malveillants et les virus. Faites un peu de lecture pour savoir quels sont les problèmes les plus courants pour votre dispositif et ce qu’il faut faire si vous êtes confronté à l’un d’eux. par exemple savoir comment sauvegarder et chiffrer les données mobiles sera extrêmement utile lorsqu’il s’assure que votre smartphone est protégé. sûr Data Recovery offre un guide perspicace sur les problèmes communs et correctifs, y compris des conseils sur le chiffrement et les moyens de récupérer votre système.

Parlez des médias sociaux à vos enfants

votre les enfants et les adolescents savent peut-être ne pas interagir avec des étrangers en ligne, mais savent-ils comment repérer un escroc feignant de être quelqu’un qu’ils connaissent? Ce n’est pas toujours facile, mais il ya quelques indices qui peuvent donner un escroc ou une fraude en ligne. Sur les réseaux sociaux, les escrocs créer de faux messages qui conduisent à des logiciels malveillants, ou ils vont voler des photos et d’autres informations à partir d’un compte public et faire un nouveau compte en utilisant cette information dans l’espoir de dessiner dans les amis de la victime. Une fois que c’est fait, ils peuvent envoyer des messages demandant de l’argent ou un certain nombre de demande tout en assumant l’identité de la victime. Parlez à vos enfants de la façon de repérer un escroc sur les médias sociaux et sur les dangers de donner tout informations en ligne.

Changez souvent vos mots de passe

même si vous ne passez pas beaucoup de temps en ligne, si vous avez déjà eu à mettre en place un mot de passe pour un compte, il doit être maintenu souvent. Cela signifie sûr qu’il est détaillé et fort – tels que comme l’utilisation d’un mélange de majuscules et de minuscules, l’ajout de chiffres, et l’utilisation caractères spéciaux — et la mettre à jour. Laisser un mot de passe sans surveillance pendant une longue période période de temps peut signifier le laisser grand ouvert pour les pirates de profiter de.

Comment agir?

vous peut-être se demander quelles étapes vous si vos informations sont volées ou si vous êtes victime d’une escroquerie. le la première étape consiste à faire le point sur l’information elle-même; s’il s’agissait d’une carte de crédit numéro ou informations liées à votre compte bancaire, appelez l’institution immédiatement et leur faire savoir que vos informations ont été compromis (vous devrez peut-être annuler la carte). S’il s’agissait d’informations personnelles, telles que mot de passe ou votre adresse et e-mail, changer le mot de passe dès que possible et envisager investir dans un logiciel de sécurité qui vous aidera à surveiller la sécurité de vos informations en ligne.

Protéger vous-même et vos proches des escrocs et des voleurs peuvent prendre beaucoup de planification et de l’énergie, mais c’est simplement une partie nécessaire de posséder la technologie actuellement. En vous éduquant sur ce qu’il faut faire et comment prévenir les problèmes, vous êtes déjà en avance sur le jeu.

Les attaques informatiques en pleine augmentation face à la pandémie à coronavirus

Ces derniers mois, il a été observé de manière claire et distincte que les organisations de santé étaient les cibles privilégiées des pirates informatiques.

Cela a été observé dans le monde entier, où les vaccins contre la maladie commencent à être développés de plus en plus.

Le mois d’octobre dernier, un pic d’attaques informatiques a été observé. Diriger en grande partie contre les structures de santé tels que les hôpitaux et les laboratoires de recherche. Aujourd’hui, on constate que la tendance n’est pas du tout en baisse. Au contraire il a été détecté une progression de près de 45 % dans les établissements du monde. La société de sécurité informatique Checkpoint, l’augmentation des attaques informatiques contre les établissements de santé s’appréhende deux fois plus que durant le dernier trimestre de l’année 2020. Contrairement au secteur industriel, la progression est nettement devant.

Cet article va aussi vous intéressé : Les organisations sont-elles prêtes à assumer la vague de cyberattaques qui ciblent les hôpitaux ?

Les spécialistes de la sécurité ont observé une variété des cyberattaques. Si pour la plupart on pensera du côté du rançongiciel, cette forme d’attaque a eu plusieurs variantes qui plus ou moins s’est montré efficace sur le terrain. D’un autre côté, les attaques par déni de services se sont aussi illustrées sans oublier au passage l’utilisation de réseau de zombies et d’exécution de programmes malveillants à distance.

Cependant les programmes de rançons sont les plus utilisés par les cybercriminels. Le plus redouté est sans nul doute Ryuk connu sous la dénomination de Sodinokibi. Les spécialistes de la sécurité informatique n’ont pas manqué de révéler que les rançongiciels sont ceux qui présentent un taux d’utilisation le plus élevé parmi les acteurs de cybermalveillance. Avec la sensibilité de secteur de santé, une simple tentative sur la base de rançongiciels peut s’avérer très dangereuse. En effet, lorsqu’un hôpital est touché par une attaque informatique, cela rend difficile au personnel de pouvoir donner les soins nécessaires. Et les conséquences sont nettement visibles. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui encouragent les plus pirates informatiques à cibler les hôpitaux. Car à cause de leur situation délicate, les pirates pensent qu’il sera beaucoup plus simple qu’ils répondent aux rançon exigées. Selon une étude de Checkpoint, durant le mois de novembre dernier, il a été observé près de 626 attaques informatiques dirigées contre le secteur de la santé. Augmentation nette face à 430 attaques informatiques en octobre.

En Europe. Centrale, le pic d’attaque informatique a été observée à hauteur de 145 %. En Asie de l’Est en parle beaucoup plus de 137 pourcents. En Amérique latine les chiffres indiquent 112 pourcents d’augmentation. L’Europe de l’Ouest quand a elle a connu pire que de 67 % pourcents alors que l’Amérique du Nord elle observait un pic de 37 %.

Le Canada reste en tête du pays qui a connu le plus d’attaque informatique avec une hausse de près de 250 pourcents. En seconde position se situe l’Allemagne avec une augmentation de 220 %. Du côté de la France l’augmentation les attaques informatiques contre les établissements de santé s’élève à 26 %.

« Cette recrudescence des cyberattaques n’a, hélas, rien de surprenant. Les pirates veulent gagner beaucoup d’argent, et vite. Et la pression qui pèse sur les hôpitaux à tendance à pousser ces derniers à payer leurs rançonneurs pour récupérer le plus rapidement possible leurs pleines capacités. L’un des principaux hôpitaux de Düsseldorf en Allemagne garde le douloureux souvenir d’une femme qui n’avait pu être sauvée à temps, la faute à un changement d’hôpital qui a été fatal, provoqué par un service informatique qui était tombé sous l’attaque des hackers. » observait Checkpoint.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Le code source de Microsoft exposé

Selon les informations qui circulent ces derniers moments, les pirates informatiques qui ont réussi à pirater Microsoft auraient réussi à accéder au code source de géant américain Microsoft.

Le géant américain avait de son côté mentionné il y a 2 semaines de cela avoir découvert une porte dérobée dans ton système, à travers le logiciel de SolarWinds, suite à une mise à jour. Le porte parole à ce moment avait mentionné n’avoir découvert aucune intrusion ou atteinte dans l’ensemble de son système. Par la suite l’agence de presse Reuters avait signifié que le produit de Microsoft a été utilisé par les cybercriminels pour accentuer d’autres cyberattaque à grande échelle.

Cet article va aussi vous intéresser : Zoom, Microsoft Teams & Slack : les risques informatiques ont-ils augmenté

Pourtant le jeudi dernier, les responsables de Microsoft reconnaissaient que les pirates informatiques avaient pu accéder à leurs codes sources pour y jeter un coup d’œil. Une situation qui est totalement plausible en ce sens que la société américaine n’avait pas manqué de signifier qu’elle utilisait elle aussi le logiciel de gestion Orion, proposé par SolarWinds, le logiciel qui a permis au cyber attaque de pouvoir accéder au réseau informatique de plusieurs administrations publiques et privées. La société de Redmond avait démenti une déclaration de l’agence de presse Reuters selon laquelle les pirates informatiques avaient pu compromettre le réseau informatique du géant.

On rappelle que l’agence de cybersécurité américaine avait publié durant le mois de décembre dernier un rapport qui expliquer comment plusieurs service cloud de Microsoft Azure avait été compromis par des pirates informatiques. Agence américaine conseillers alors les utilisateurs de verrouiller l’ensemble du système informatique à ce réseau pour commencer à protéger leur donnée. Qui a affecté différentes administrations américaines aussi toucher directement la l’agence de sécurité nucléaire est le département de l’énergie.

« Comme d’autres clients de SolarWinds, nous avons recherché activement des indicateurs de cet acteur et pouvons confirmer que nous avons détecté des binaires SolarWinds malveillants dans notre environnement, que nous avons isolés et supprimés. Nous n’avons trouvé aucune preuve d’accès aux services de production ou aux données des clients. Nos enquêtes, qui sont en cours, n’ont trouvé absolument aucune indication que nos systèmes ont été utilisés pour attaquer d’autres personnes », avait déclaré Microsoft.

Avec la publication de ce jeudi, la société de Redmond confirme alors Les pirates informatiques ont bel et bien utilisé la porte dérobée pour exploiter certaines failles de sécurité qui leur était offerte. Cependant, si Microsoft a précisé que leur code source a été consulté par les cybercriminels, il n’en demeure pas moins la nature de ce code source est encore méconnue. On peut seulement dire que c’était quelque chose d’assez précieux pour l’architecture même de la firme de Redmond. Dans un billet de blog, la société de Redmond précise que les cybercriminels ont réussit accéder à ce code en compromettant le compte d’un employé.

« Notre enquête a cependant révélé des tentatives d’activités allant au-delà de la simple présence de code SolarWinds malveillant dans notre environnement ». « Nous avons détecté une activité inhabituelle sur un petit nombre de comptes internes et après examen, nous avons découvert qu’un compte avait été utilisé pour consulter le code source dans plusieurs dépôts de code source », souligne Microsoft dans son billet de blog.

La cyberattaque qui a causé tout ce chahut sera le fait de cybercriminels d’origine russe selon une déclaration de secrétaire d’État Mike Pompeo. Une position qui est partagée par beaucoup de services de renseignements américains.

Pour ce qui concerne notre affaire, Microsoft a précisé que les pirates informatiques avaient pu consulter les codes sources, ils ne disposaient pas du privilège de les modifier.

« Le compte n’avait pas l’autorisation de modifier le code ou les systèmes techniques et notre enquête a confirmé qu’aucune modification n’avait été effectuée. Ces comptes ont fait l’objet d’une enquête et de mesures correctives », pouvait-on lire dans le billet de blog. « Cette activité n’a pas mis en danger la sécurité de nos services ou des données de nos clients, mais nous voulons être transparents et partager ce que nous apprenons en luttant contre ce que nous pensons être un acteur très sophistiqué de l’État-nation ».

Microsoft rassure en disant que cette intrusion n’est pas de nature à mettre en danger la sécurité de ses services ainsi que les données de ses clients. Cependant, on ne peut pas nier que le fait d’avoir pu consulter ces informations peut permettre aux cybercriminels de mettre en place sur plusieurs types de cybermalveillance.

« Les intrus peuvent rechercher dans le code source des failles logicielles qu’ils pourraient exploiter, ajoutant ainsi de nouvelles armes à leur arsenal de cyberguerre », a expliqué Mike Chapple, professeur d’informatique à l’Université de Notre Dame par ailleurs ancien informaticien de l’Agence nationale de sécurité.

« Avoir accès au code source donne aux pirates informatiques le plan de la création du logiciel et facilite la tâche. L’accès au code source donne aux pirates informatiques le schéma directeur de la création du logiciel et leur permet de découvrir plus facilement de nouvelles vulnérabilités », ajoute ce dernier. « Les pirates peuvent toujours essayer de faire de l’ingénierie inverse sur les vulnérabilités des logiciels, mais le fait d’avoir le code source leur donne un raccourci », déclare le professeur.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

WhatsApp : l’arnaque dont il faut être au courant

Dans la pratique courante, les cybercriminels cherchent toujours des moyens pour arnaquer les utilisateurs de services numériques.

Pour cela ils ne lésinent pas sur les moyens et sur les stratégies. Leur champ d’action favori et les réseaux sociaux, en particulier ces réseaux qui engrangent le maximum d’utilisateurs. Et c’est de ça que nous allons aborder dans cet article. Le réseau social concerné ici est la célèbre messagerie WhatsApp. L’arnaque dont il s’agit est déjà en vogue depuis quelques semaines. Presque tout le monde en parle. Dans tous les cas, ce ne sera pas la première fois ni la dernière fois que WhatsApp est concerné par ce genre d’escroquerie à grande échelle.

Cet article va aussi vous intéresser : L’utilisation d’un groupe WhatsApp pour l’extension des activités de cybercriminalité

Ces derniers temps, les utilisateurs du réseau social ont remarqué que des questions leur étaient posées dans un message qu’il recevait. Il leur était exigé des codes de vérification composé de 6 chiffres. Dans ce message on pouvait lire entre autres : « Bonjour, désolé, je vous ai envoyé un code à 6 chiffres par SMS par erreur, pouvez-vous me le transmettre? il est urgent ». Pour un utilisateur standard, il est fort probable que vous ne fassiez pas attention à ce genre de demande. Il est vrai que vu que l’expéditeur n’est pas forcément connu de vous vous ne lui feriez pas confiance, cependant, vous n’y prêterez pas véritablement attention. Cependant les cybercriminels ont pensé à tout. Ils passeront par quelqu’un que vous connaissez très bien, un autre utilisateur que vous avez enregistré comme étant un contact. Il va tout simplement usurper l’identité de l’individu pour rendre sa pratique crédible. À cet instant précis l’objectif d’ici des criminels et de voler votre compte WhatsApp. Car en effet, le compte WhatsApp est un atout non négligeable pour le cybercriminel.

Pour certaines personnes, l’intérêt de cette manœuvre serait de voler des informations ayant une importance financière. Cela peut-être des données bancaires ou des identifiants de connexion permettant de pirater d’autres terminaux. Malheureusement sur les réseaux sociaux, ce genre de pratique fonctionne très et facilement. Et il y a des forte de chance cela fonctionne aisément.

De manière pratique voici ce que font les pirates informatiques. Ils installent tout d’abord l’application WhatsApp sur leur smartphone. Ensuite, ils saisissent le numéro de la personne ciblée on le fait lorsqu’on se connecte ou qu’on crée un compte WhatsApp. Ensuite ils envoient un message avec un code pour la vérification de l’identité. En passant par le contact d’une de vos correspondances, il vous demande de leur envoyer le code qu’ils vous auraient envoyé par erreur. La personne dont l’identité est utilisée est sûrement une personne dont le compte WhatsApp a déjà été volé. Si par malheur, vous leurs envoyez effectivement le code que vous recevez par message, vous perdrez alors comment comme votre contact, le contrôle de votre compte, ainsi que toutes les données qui lui sont affiliées, c’est-à-dire vos contacts et voir les messages stockés. C’est pour cette raison qu’il est recommandé d’ignorer les messages reçus de la sorte.

De façon claire, éviter de partager les codes que vous avez par message sans que vous n’ayez auparavant engager aucune action, tendant à cela. Surtout lorsqu’une telle technique peux passer très facilement sans que cela n’éveille de soupçon. Surtout avec les personnes qui ne sont pas véritablement familiarisées avec la manière dont les codes de WhatsApp fonctionnent.

Par conséquent, la première règle lorsqu’on vous écris même si c’est une connaissance, de ne jamais transférer un code que vous avez reçu par message. Cela peut prendre la forme de plusieurs types de pratiques malveillantes. Demandez tout simplement à la personne de reprendre son opération pour qu’elles récupèrent son code.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Une faille de sécurité touchant des cartes Visa permettant des pirates avec des smartphones tournant sous Android d’effectuer des paiements sans contact

Une étude récente menée par des chercheurs de l’École polytechnique de Zurich a démontré une faille et non des moindres.

Ces derniers ont réussi à déceler une vulnérabilité affectant les cartes de Visa de paiement sans contact. Grâce à une application développée par leurs soins, tournant sous le système d’exploitation de Google, Android. Sans Œuvrer à aucun piratage informatique ou à aucune intrusion de système, les chercheurs ont réussi à bénéficier de certains privilèges des développeurs liées généralement à la plateforme de paiement sans contact.

Cet article va aussi vous intéresser : 6 conseils pour préserver votre compte bancaire du piratage et des arnaques

Le fonctionnement de ce piratage informatique reposant sur le principe de l’interception et de la modification des informations échangées entre la carte de paiement sans contact et le terminal chargé de recevoir les informations pour effectuer le paiement.

Il faut préciser que les chercheurs pour réussir leur tour de force n’ont utilisé aucun code secret. La faille de sécurité qui a permis ce piratage a été révélée lors d’une publication par u sur le site internet de l’école polytechnique de Suisse le 1er septembre 2020.

Ladite découverte est assez importante pour les banques mais aussi pour les consommateurs. En effet, le protocole utilisé pour ce genre de système de paiement (Mastercard, VISA, Europay) existe depuis les années 90. Il se trouve aujourd’hui utilisée dans près de 9 milliards de carte de paiement à travers le monde. Selon les chercheurs de l’École polytechnique de Zurich, les cartes MasterCard sont exposées à la faille de sécurité.

Après la révélation de la Découverte, une réaction a immédiatement été manifester par le consortium Visa. On constate seulement qu’il essaie de minimiser la portée de la faille de sécurité. « Les évolutions des méthodes de fraude par étapes sont étudiées depuis près d’une décennie. Au cours de cette période, aucune fraude de ce type n’a été signalée. Les études et tests peuvent être intéressants, mais en réalité ce genre de méthodes s’est avéré irréalisable à mettre en place par des fraudeurs dans le monde réel. ».

Pourtant les spécialistes autant de l’étude ont signifié qu’ils ont bel et bien essayé leurs méthodes dans une situation réelle.  Que la méthode étant assez simple à mettre en place, pour leurrer le système, il n’existe pas un ensemble de mise en place assez complexe. Les smartphones Android utilisés sont de marque Google pixel et de Huawei.  Pour étudier le système, il suffit tout simplement d’avoir la carte en sa possession. Pour cela le cybercriminel peut simplement la voler.

Les chercheurs expliquent que la faille de sécurité puise sa source dans le fait que les données qui sont échangées entre l’appareil de paiement et la carte ne sont pas authentifiées. « Nous avons identifié plusieurs failles d’authentification. Une des failles découvertes conduit à une attaque qui permet de contourner le code PIN pour des transactions qui sont normalement protégées par une vérification du propriétaire de la carte. ». Expliquent les chercheurs. Il recommande alors d’utiliser des effets métalliques qui permettra d’empêcher l’utilisation de cette donnée critique à distance.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage