Les attaques informatiques en pleine augmentation face à la pandémie à coronavirus

Ces derniers mois, il a été observé de manière claire et distincte que les organisations de santé étaient les cibles privilégiées des pirates informatiques.

Cela a été observé dans le monde entier, où les vaccins contre la maladie commencent à être développés de plus en plus.

Le mois d’octobre dernier, un pic d’attaques informatiques a été observé. Diriger en grande partie contre les structures de santé tels que les hôpitaux et les laboratoires de recherche. Aujourd’hui, on constate que la tendance n’est pas du tout en baisse. Au contraire il a été détecté une progression de près de 45 % dans les établissements du monde. La société de sécurité informatique Checkpoint, l’augmentation des attaques informatiques contre les établissements de santé s’appréhende deux fois plus que durant le dernier trimestre de l’année 2020. Contrairement au secteur industriel, la progression est nettement devant.

Cet article va aussi vous intéressé : Les organisations sont-elles prêtes à assumer la vague de cyberattaques qui ciblent les hôpitaux ?

Les spécialistes de la sécurité ont observé une variété des cyberattaques. Si pour la plupart on pensera du côté du rançongiciel, cette forme d’attaque a eu plusieurs variantes qui plus ou moins s’est montré efficace sur le terrain. D’un autre côté, les attaques par déni de services se sont aussi illustrées sans oublier au passage l’utilisation de réseau de zombies et d’exécution de programmes malveillants à distance.

Cependant les programmes de rançons sont les plus utilisés par les cybercriminels. Le plus redouté est sans nul doute Ryuk connu sous la dénomination de Sodinokibi. Les spécialistes de la sécurité informatique n’ont pas manqué de révéler que les rançongiciels sont ceux qui présentent un taux d’utilisation le plus élevé parmi les acteurs de cybermalveillance. Avec la sensibilité de secteur de santé, une simple tentative sur la base de rançongiciels peut s’avérer très dangereuse. En effet, lorsqu’un hôpital est touché par une attaque informatique, cela rend difficile au personnel de pouvoir donner les soins nécessaires. Et les conséquences sont nettement visibles. C’est d’ailleurs l’une des raisons qui encouragent les plus pirates informatiques à cibler les hôpitaux. Car à cause de leur situation délicate, les pirates pensent qu’il sera beaucoup plus simple qu’ils répondent aux rançon exigées. Selon une étude de Checkpoint, durant le mois de novembre dernier, il a été observé près de 626 attaques informatiques dirigées contre le secteur de la santé. Augmentation nette face à 430 attaques informatiques en octobre.

En Europe. Centrale, le pic d’attaque informatique a été observée à hauteur de 145 %. En Asie de l’Est en parle beaucoup plus de 137 pourcents. En Amérique latine les chiffres indiquent 112 pourcents d’augmentation. L’Europe de l’Ouest quand a elle a connu pire que de 67 % pourcents alors que l’Amérique du Nord elle observait un pic de 37 %.

Le Canada reste en tête du pays qui a connu le plus d’attaque informatique avec une hausse de près de 250 pourcents. En seconde position se situe l’Allemagne avec une augmentation de 220 %. Du côté de la France l’augmentation les attaques informatiques contre les établissements de santé s’élève à 26 %.

« Cette recrudescence des cyberattaques n’a, hélas, rien de surprenant. Les pirates veulent gagner beaucoup d’argent, et vite. Et la pression qui pèse sur les hôpitaux à tendance à pousser ces derniers à payer leurs rançonneurs pour récupérer le plus rapidement possible leurs pleines capacités. L’un des principaux hôpitaux de Düsseldorf en Allemagne garde le douloureux souvenir d’une femme qui n’avait pu être sauvée à temps, la faute à un changement d’hôpital qui a été fatal, provoqué par un service informatique qui était tombé sous l’attaque des hackers. » observait Checkpoint.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage