Les arnaques par téléphone, un risque à ne pas négliger

Avec les habitudes qui se sont développées ces derniers moments, les escrocs se sont aussi adaptés.

En période de confinement, la population a dû beaucoup utilisé les services cloud. Le fait de vouloir tout gérer à distance a favorisé l’explosion d’une des nouveaux actes de malveillance, en l’occurrence l’arnaque par téléphone. Le nombre d’escrocs employant cette technique a considérablement augmenté, certains se faisant passer pour des agents de la maison départementale des personnes handicapées (MDPH), dans le but de voler des données personnelles et s’en servir à d’autres fins. À ce niveau il est donc demandé à la population de faire beaucoup plus attention.

Cet article va aussi vous intéresser : Des millions volés aux entreprises grâce à des deepfakes utilisés par des escrocs en ligne

La sollicitation massive des services en ligne et du numérique a été l’une des conséquences de la pandémie qui secoue le monde depuis maintenant 3 mois. Ayant obligé les individus à se confiner chez eux, ces derniers se sont servis des moyens du bord. Internet, appels téléphoniques, etc.… les nouvelles technologies n’ont jamais été autant utilisées dans l’histoire de l’humanité. Et la criminalité en a profité pour s’adapter. « Depuis l’apparition des premiers cas de Coronavirus, les arnaques de la part de sociétés et d’individus malveillants se multiplient », attestait la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (en abrégé DGCCRF) le 20 avril 2020 dans un communiqué officiel, soit pratiquement un mois depuis l’annonce du confinement général. Ces arnaques mis en évidence par l’institution ont concerné pratiquement tous les produits les plus demandés du marché durant l’époque et même aujourd’hui. Il s’agit notamment de masques chirurgicaux, de médicaments, de gels hydro-alcooliques. Mais on pouvait aussi être confronté à plusieurs types d’arnaques financières quelques des messages bancaires trompeurs ou encore des cagnottes frauduleuses. Certains cybercriminels ont voulu même profiter de l’expansion des technologies de contact tracking. Certains ont reçu par SMS ce genre de message : « Vous avez croisé un malade Covid-19 ».

Malheureusement, cette expansion de la malveillance à toucher le secteur des handicapés. En l’occurrence la maison départementale des personnes handicapées. L’identité des agents de cette institution a été usurpé à plusieurs reprises durant le confinement et même après. Au vu de cela, la caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) a lancé un appel à vigilance. « Des escrocs se font passer pour des agents des MDPH désireux d’aider les usagers dans leur utilisation du téléservice MDPH en ligne. Ils en profitent alors pour subtiliser des informations personnelles et ainsi usurper l’identité de la personne aidée », peut-on lire dans son communiqué.

De ce fait elle recommande les mesures suivantes :

– Ne jamais donner à qui que ce soit son mot de passe pour le service à distance du « MDPH en ligne ».

– Contacter immédiatement la maison départementale des personnes handicapées lorsqu’il subsiste le moindre doute quant à l’identité de son interlocuteur. Des sortes, vous pouvez vous rassurer en sachant avec qui vous échangez à ce moment. Les coordonnées sont généralement juste en bas de la page de votre compte en ligne : « MDPH en ligne ».

– Procéder au changement de ses mots de passe de manière régulière.

– Faire en sorte d’envoyer le minimum de données personnelles via les services de courriers électronique (les pièces d’identité, des références bancaires, des photos, autres renseignements pouvant être en rapport avec vos demandes en ligne, etc.…)

– N’envoyer ses informations personnelles si et si seulement la demande expresse vous ait formuler par la maison départementale des personnes handicapées. Et pour cela vous devrez privilégier l’utilisation du téléservice. Elles proposeront à leur usager, un accueil téléphonique plus renforcé qu’avant.

Par ailleurs plusieurs pratiques abusives ont été observées. Certaines personnes demandent une rémunération pour aider les usagers handicapés lors de leurs démarches auprès des MDPH. Ce genre de magouille est organisée autour d’un numéro payant, soit environ 3 € l’appel, avec des formulaires qui sont vendus un prêt de 19 €. Des formulaires administratifs qui sont généralement distribuer gratuitement. Ces plateformes ont été plusieurs fois signalés aux autorités. Si les autorités françaises n’ont pas encore réussi à s’en débarrasser, c’est parce que le site web sur lequel se fondent ces pratiques frauduleuses est administré depuis l’étranger.

Cependant pour toute personne qui sera témoin de ce genre de comportements illicites sur Internet ou physiquement sont priés de les dénoncer. Pour cela il faudra tout simplement se connecter sur le site de gouvernement dans l’adresse : « www.internet-signalement.gouv.fr. ».

Du côté du site gouvernemental cybermalveillance.gouv.fr, un appel à la vigilance a été retiré. Tout est mis en œuvre pour informer l’internaute et lui permettre d’être au courant en temps réel de ce qui se passe. Ces derniers peuvent se connecter au site pour demander plus d’information sur les bonnes pratiques en matière de sécurité en ligne.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage