Se préparer pour éviter d’être pris au dépourvu

Depuis le début de la pandémie du coronavirus, les cybercriminels ont multiplié leurs actions malveillantes.

Ces derniers ont employé le maximum de moyens et de stratégies afin d’en tirer le maximum de bénéfice. En vérité, la situation ne pouvait être autant profitable pour la cybermalveillance que cette période de crise sanitaire. Pour seulement le mois de mars, les spécialistes en sécurité informatique ont dénombré, une augmentation de plus de 670 pourcents des attaques informatiques sur la base du phishing. Des attaques qui étaient toutes fondées sur la thématique du moment, c’est-à-dire le « coronavirus » avec certaines déclinaisons tel le « CoviD ».

Cet article va aussi vous intéresser : 3 conseils pour un déconfinement en toute sécurité

Mais comme nous l’avons observé, plusieurs entreprises ont commencé peu à peu à reprendre leurs activités comme avant. Un retour qui se fera de manière fragmentée, en tenant compte des priorités et des secteurs d’activité. Et là encore les pirates informatiques s’en lèchent les doigts. Les raisons pour cela résident dans les vulnérabilités qui auraient peut-être été découvertes lors du télétravail et certaines habitudes qu’ont perdu les collaborateurs à force de travailler longtemps en dehors du cadre professionnel habituel. « Les collaborateurs des entreprises vont en effet devoir se réadapter à leur rythme de travail habituel et adopter de nouveaux schémas de fonctionnement. La vigilance va baisser et les responsables des systèmes informatiques seront bien occupés à gérer ces nouvelles configurations. » observait Nicolas Jacques, VP en charge du Marketing Produit chez Barracuda Networks, une société spécialisée dans la fourniture de services de sécurité informatique. Par conséquent : « La vigilance la plus forte sera essentielle pour s’assurer que les attaques ne se multiplient. ». Pour cela, la mise en place des gestes barrières à l’instar de la lutte contre le coronavirus doivent-être au centre de toutes pratiques au sein des entreprises. Des règles d’hygiène numérique doivent être imposer à tous les employés. Pour cela notre spécialiste recommande « de redéfinir des règles de sécurité informatique strictes afin de parer à ces attaques. ».

De plus, les entreprises doivent se préparer à toute éventualité. Selon les experts de la sécurité, il n’est pas impossible qu’il y ait un second confinement à l’horizon. Qu’il soit partiel ou totale, les effets ne seront pas négligeables à l’instar du premier confinement qui n’a pas manqué de révéler certaines insuffisances. C’est pour cette raison, que plusieurs scénarios de réorganisation et d’adaptation doivent être prévus dès maintenant. Cela évitera les mêmes insuffisances que la première fois et réduira de manière significative les failles de sécurité informatique. « Déjà les grands groupes se sont organisés. Les uns ont défini des politiques de tests médicaux pour leurs employés et leur famille, les autres ont réduit au minimum le travail présentiel. Les règles de sécurité informatique des entreprises doivent également être revues. Il va falloir envisager tous les cas de figure pour être prêt et minimiser les risques d’attaques. » souligne Nicolas Jacques.

En outre, il faut reconnaître que la pandémie du coronavirus a eu un impact positif dans l’organisation des comportements professionnels. Elle a facilité le déploiement du télétravail ainsi que adoption. En effet, la collaboration à distance n’a jamais été autant essentielle que ces derniers moments où un tiers de la population mondiale était confiné. Une adaptation rapide et efficace de ce système de travail qui ne serait pas possible en temps normal.  Et ce n’est pas seulement ça, certains se sont habitués à ce cadre et pensent continuer ainsi. « Il est à prévoir qu’un nombre important de collaborateurs demande à leur employeur de garder tout ou partie de ce mode de travail. Les entreprises doivent dès lors anticiper ce changement et configurer leurs outils de travail à distance ainsi que leur politique de sécurité pour y répondre. » explique l’expert.

Par ricochet, tout ceci risque de causer une utilisation plus accrue du cloud et SaaS avec son lot de besoins en terme de protection d’accès et de sécurisation de données.

Pour conclure, il faut noter que les habitudes professionnelles vont être beaucoup impacter par ces derniers événements. Certaines pratiques auront du mal à refaire surface. Et concrètement, l’environnement professionnel se verra réformer à bon ou mal gré. C’est un changement à surveiller de près, car les cybermalveillants en font autant. Tout comme les professionnels de sécurité ainsi que les entreprises dans l’ensemble, le cybercriminel s’adapte et restant toujours à l’affût du moindre manquement. La consigne en reste la même : rester vigilant et redoubler d’efforts pour avoir une hygiène au numérique des plus irréprochables.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage