Archives par mot-clé : personelles

Facebook finira-t-il l’année avec une nouvelle fuite de données ?

On se pose la question de savoir si ce sera une manière pour le géant américain de finir l’année en beauté, pour ironiser bien sûr.

Actuellement l’on n’est pas totalement sûr, mais il y a bel et bien une suspicion de fuite de données liée à Facebook.

Cet article va aussi vous intéresser : Facebook et Google, une « menace » pour les droits humains ?

Le groupe américain qui a sa tête Mark Zuckerberg a initié une enquête interne dans le but de déterminer si la fuite est avérée. Cela est dû à un rapport qui fait état de l’exposition d’une base de données comportant les données reliées à plus de 267 millions d’utilisateurs du réseau social.

Selon les dires du porte-parole du groupe américain, il sera question de « données obtenues avant les changements apportés au cours des dernières années pour mieux protéger les informations des personnes. ». En effet, il semblerait que la base de données concernée ici était exposé en libre accès, sur un serveur Elasticsearch. Le pire dans tout cela c’est qu’elle est disponible sur un forum dédié au piratage informatique en téléchargement libre. C’est un chercheur en sécurité informatique du nom de Bob Diachenko qui a fait la découverte de l’exposition. L’information fut donnée à travers un billet de blog publié par ce dernier en collaboration avec la firme Comparitech. Pour le chercheur cybersécurité : « les données seraient sans doute le fruit d’une opération illégale de scraping (extraction automatisée de données depuis des pages publiques) ou un abus d’une API de Facebook par un groupe vietnamien. ». Par ailleurs, si la question ici sont principalement issues d’utilisateurs américains.

Parmi toutes ces données, on peut compter des numéros de téléphone, des identifiants de connexion appartement à environ 267 millions d’utilisateurs du réseau Facebook. Pourtant, on se rappelle que Facebook avait pris des mesures de restriction empêchant n’importe qui d’accéder aux numéros de téléphone des utilisateurs l’année dernière.

Selon la firme Comparitech, ces informations ont été à la portée de tout le monde durant plus de 2 semaines sur un serveur non protégé elasticSearch. Ce n’est qu’après ce temps écoulé que l’accès a été enfin supprimé. Cela risque d’être encore un coup dur pour le géant américain qui doit encore supporter les affres d’une fuite des données, et ce malgré la volonté celle ci de vouloir faire oublier les autres scandales qui ont entaché son image durant ces 5 dernières années.

Pour le moment on peut dire que les données qui ont été mises en circulation ont été récupéré en masse par plusieurs groupes de planètes informatique, qui sûrement prépareront leur campagne de phishing.

Pour le moment l’hypothèse de la fuite n’est pas encore avérée ou encore acceptée par Facebook. On se demande alors quelle sera la réaction des autorités en charge de la surveillance des données personnelles. S’il est avéré que la fuite a eu lieu avant la mise en place les mesures de restriction développées par Facebook depuis l’année dernière. Le réseau social pourra peut-être souffler un peu. On ne sait pas encore quand est-ce que les résultats de l’enquête seront communiqués.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Doit-on laisser les utilisateurs vendre eux-mêmes leurs données personnelles ?

Tout le monde se questionne sur ce que les entreprises font avec nos données une fois qu’elles les collectent.

On sait tous qu’à chaque interaction avec un site internet ou une quelconque plateforme sur le web, des données sont générées par les utilisateurs qui sont ensuite récupérées par ces même entreprises. Après un sondage mené par Ipsos, à l’échelle mondiale, il a été révélé que les inquiétudes ne sont pas moindre. En effet :

  • Près de deux tiers des personnes interrogées ont affirmé ne rien savoir sur la quantité de données dont dispose les entreprises.
  • C’est même deux tiers ont aussi reconnu ne rien savoir de ce qu’elles font avec ses données.
  • Le tiers restant a affirmé avoir confiance que les institutions publiques et privées allait se servir de ces données en bon escient.

C’est alors que se posent les questions suivantes :

Doit-on reconnaître la propriété absolue des données personnelles aux utilisateurs qui les génèrent de telle sorte qu’ils puissent en disposer (vendre ou les protéger selon leur capacité) comme bon leur semblent ?

D’un côté il y a les adeptes de cette approche de propriété des données personnelles. Selon eux, les données personnelles doivent appartenir aux utilisateurs. C’est à ces personnes de choisir exactement ce qu’il faut faire avec. De la sorte, cela est en conformité avec la protection de leur vie privée et dans le cas où ils décident et les commercialiser, ils pourront quand même bénéficier de ces données qui en quelque sorte n’existeraient pas sans eux.

De l’autre côté, les détracteurs de cette position affirment tout autre chose. Selon eux cette approche qui consiste à permettre aux utilisateurs de faire ce qu’ils veulent de leur donner l’entière disposition sur elles est dangereuse pour eux même. En effet cela pousserait ces derniers à délaisser de plus en plus la vie privée au profit du gain. Sans oublier que la contrepartie ne sera jamais adéquate par rapport aux sacrifices consentis.

Christopher Tonetti, professeur agrégé d’économie à la Graduate School of Business de l’université de Stanford, quant à lui soutient la première thèse selon laquelle consommateur doit avoir la possibilité de disposer eux-mêmes de leurs données personnelles. opposé à lui il y a Cameron F. Kerry, chercheur invité à la Brookings Institution et ancien avocat-conseil et secrétaire par intérim du département américain du Commerce.

Pour Christopher Tonetti, les données personnelles ne sont pas des marchandises qui peuvent être monnayé à tout moment. Pourquoi parce que tout simplement la valeur ne diminue pas quand on les utilise. Et c’est par rapport à cela qu’il faut comprendre que les utilisateurs doivent être belle bien les propriétaires de leurs données personnelles qu’ils ont créé eux-mêmes et dont la revente doit dépendre de leur bon vouloir : « Pour la plupart des biens – comme un plat de sushi ou une heure dans l’emploi du temps de votre médecin – le fait de les consommer signifie qu’il y en a moins à offrir. Mais les données servent indéfiniment. Les mêmes données peuvent être exploitées simultanément, sans déperdition, par des ingénieurs dans des entités différentes et des scientifiques dans plusieurs universités. »

Par ailleurs il est préférable de rendre les consommateurs eux-mêmes propriétaire que de laisser ces données entre les mains les entreprises. « Autoriser les consommateurs à posséder et vendre leurs données personnelles est aussi l’élément déclencheur susceptible de pousser les innovateurs à régler ces problèmes. De nombreux biens sont difficiles à valoriser et à vendre, de nombreuses transactions sont complexes, mais lorsque les avantages sont importants, comme c’est le cas pour les données, ces difficultés peuvent être surmontées. Certains redoutent qu’une incitation financière pousse les consommateurs à renoncer davantage encore à leur vie privée qu’ils ne le font déjà. Mais c’est un choix que le consommateur devrait être libre de faire – quelles données méritent d’être cédées et à quel prix, et lesquelles pas. Certaines entreprises permettent déjà aux consommateurs de vendre leurs données à des concurrents. Nous devrions en faire un droit universel.» disait Christopher Tonetti.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Comment protéger ses données personnelles sur Internet ?

Depuis les révélations d’Edward Snowden en 2013, les données à caractère personnelles sont au centre de bon nombre de polémiques.

Ces polémiques concernent aussi bien la collecte de masse ainsi que l’usage de ses précieux éléments. Aujourd’hui, bon nombre de législations essaient tant bien que mal de réguler le secteur de la récolte et des traitements de données dans le but d’accroître la sécurité de leurs titulaires, des usagers de l’internet en grande partie, comme vous et nous. La sécurité c’est de ça qu’il est question ici. Que faisons-nous pour protéger nos données personnelles nous-même en tant que premiers responsables ? C’est quoi au juste des données personnelles et quels sont les enjeux liés à la protection de ces données ?

Ca peut vous intéresser aussi : Comment vous protéger de l’espionnage sur votre iPhone ?

Dans cet article, nous allons vous parler de l’univers des données à caractère personnel et des conseils pour des pratiques plus sécuritaires pour la gestion de vos données.

Qu’appelle-t-on données personnelles ?

Selon la loi informatique et libertés, précisément en son article 2 : « constitue une donnée à caractère personnel toute information relative à une personne physique identifiée qui peut être identifiée, directement ou indirectement, par référence à un numéro d’identification ou à un ou plusieurs éléments qui lui sont propres.»

Que ce soit sur ordinateur, smartphone ou tablette, sur des sites d’information, d’e-commerce ou sur des réseaux sociaux, en utilisant un moteur de recherche ou en envoyant des courriels, chaque personne connectée à Internet ou non, génère sciemment ou sans le savoir, des informations susceptibles de constituer des données à caractère personnel. Cela peut être votre nom ; votre âge ou encore votre numéro de téléphone de de sécurité sociale…

Vos données ont de la valeur. Beaucoup de valeur. C’est en effet la vente et l’exploitation de bases de données qui est au coeur même de l’économie du numérique aujourd’hui. Les entreprises sont en effet prêtes à payer très cher des bases de données ciblées, qui leur permettent de toucher exactement le type de personnes qui pourrait être intéressée par leurs informations, leurs produits et leurs services (on appelle cela le profilage). Or c’est exactement le type d’information que l’on laisse en navigant, que l’on publie sur ses profils, ou que l’on donne dans certains formulaires…
Garder un oeil sur ses données personnelles n’est pas toujours facile. Chaque jour, vous vous exposer en tous sens à de risques de vol de vos données ou de collectes non règlementées. Et cela peut être très problématique pour vous. Imaginez qu’une personne que vous ne connaissez pas aie accès à votre compte en ligne, peut savoir où vous habitez, ou savoir combien d’enfants vous avez et comment ils s’appellent. Imaginez. Votre vie privée, votre vie économique aussi, donc vous à la merci d’inconnus toujours pas avec les meilleurs intentions du monde.
Mais il existe bien sur quelques astuces et de bons outils peuvent vous permettre de protéger ce précieux trésor que beaucoup convoitent, tout en conservant un minimum de liberté numérique.

Conseils et astuces pour protéger ses données personnelles.

Avant tout, il faut être prudent et responsable. Donnez le minimum d’informations personnelles sur Internet. Interroger vous toujours sur les véritables raisons des demandes d’information avant de remplir un formulaire. Il faut avoir en tête qu’une information publiée sur Internet peut ensuite être utilisée, copiée, diffusée…par ailleurs, Il faut se méfier des applications gratuites, surtout celles qui obligent à donner un droit d’accès à ses données pour bénéficier de leur service. Ne surtout pas négliger les différentes conditions d’utilisation.

En outre, la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) recommande vivement aux usagers du numérique ces quelques dispositions :
– N’utiliser que des réseaux wifi sécurisés et éviter de transmettre des données personnelles sur les réseaux publics
– Mettre régulièrement à jour ses logiciels, pare-feu et appareils
– Vérifier la provenance des mails
– Se méfier des liens/pièces-jointes venant d’expéditeurs inconnus
– Désactiver la géolocalisation ou la transmission de données personnelles lorsqu’elles ne sont pas nécessaires
– Ne se fier qu’à des sites sécurisés, notamment lorsqu’il est question de transactions (vérifier le protocole https dans la barre de recherche, qui garantit une sécurité plus importante)
– Lire les conditions générales d’utilisation
– Utiliser un réseau virtuel (VPN) ou un proxy pour masquer son IP.
Pour finir, retenons que la sobriété est la base de votre protection en ligne.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :
Découvrez nos logiciels de piratage