Une priorité pour les autorités du Moyen Orient

Depuis quelques années, encore plus ces derniers mois, les pays du Golfe ont commencé à rehausser peu à peu leur ligne de défense en matière de numérique.

En suivant l’exemple des Émirats Arabes Unis, le gouvernement dudit Etat, veut à tout prix insuffler en ses compatriotes, une certaine confiance dans le numérique. Cela s’observe par un ensemble de mise en place destinée à accroître la vigilance au niveau de la sécurité informatique des systèmes d’information de l’émirat.

Cet article va aussi vous intéresser : Comment l’Arabie Saoudite aurait espionné ses ressortissants aux États-Unis ?

Avec les ambitions des États du Golfe dans certains secteurs en plein boom tels que l’intelligence artificielle, le Big data ou encore l’internet des objets en passant par la blockchain, il est clair que la question de la cybersécurité n’est vraiment plus une tendance mais plutôt une nécessité. Elle s’impose. Dorénavant les enjeux sont énormes. À cet effet, depuis l’an dernier l’on pouvait assister à des compagnes de sensibilisation visant à former et informer un grand nombre de citoyens des dangers lié à internet, et aux pratiques pouvant conduire à des incidents de sécurité.

Cet intérêt pour la cybersécurité est plus que bienvenue, car depuis maintenant un certain moment, l’utilisation des services en ligne particulier dans le domaine bancaire s’est fortement accrue. Ligne de conséquence directe de la pandémie covid-19. La manifestation de cette volonté les autorités émiraties et de la création d’une équipe de réponse d’urgence, au sein de l’Autorité nationale de régulation des télécommunications, la TRA. Le bilan de cette équipe pour le mois d’avril seulement s’évalue à l’interception de plus de 34 000 attaques informatiques de tout genre. « Dans l’objectif de renforcer la protection de l’infrastructure “IT” des Émirats et la cyber-sécurité de leurs résidents, une équipe de ‘réponse d’urgence’ a été créée au sein de l’Autorité nationale de régulation des télécommunications (TRA). En avril, elle a géré quelque 34.000 attaques de tout type, du virus informatique au phishing, dirigées contre des institutions des Émirats. » déclarait Mohammad Al Zarooni,

Interrogé par euronews sur la nature des délit et crimes auxquels est confrontée l’équipe de réponses d’urgence, Mohammad Al Zarooni, le directeur exécutif des politiques et des programmes du TRA déclarait : Nous avons constaté une hausse du nombre de faux sites et de sites frauduleux qui essaient de tromper les utilisateurs, de récupérer leurs identifiants pour accéder à leurs comptes bancaires et de les pirater. Il est très important pour nous de garantir que nos concitoyens disposent de ce dont ils ont besoin, de mener une campagne de sensibilisation, pour faire en sorte qu’ils soient capables de faire la différence entre le vrai site et le site frauduleux. ». Et ce n’est pas tout, les autorités émiraties ont mit en ligne, un système permettant au citoyen lambda de pouvoir contacter l’équipe de cybersécurité lorsqu’un besoin d’information dans le domaine te faire sentir. Une sorte de numéro rouge mais typiquement réservé aux besoins lié à la cybersécurité. Ce système est appelé « l’assistance téléphonique du bien-être numérique’. Elle vise à garantir que toute question urgente posée par les parents soit effectivement traitée par les agences gouvernementales compétentes. » expliquait Mohammad Al Zarooni.

En outre, plusieurs autres politiques sont en cours de développement où ont été développées pour rendre le paysage numérique plus sécuritaire pour les citoyens émiratis. On parle notamment « Sécurité numérique pour les enfants », une énième initiative visant à protéger les enfants ainsi que les parents lors de leur connexion sur Internet. De ce fait, l’engagement des Émirats arabes unis vers une cyber sécurité nationale plus forte est quelque chose d’encourageant et à féliciter. Cependant, un long chemin reste encore à parcourir. Il n’y a aucun doute que ces autorités le savent déjà. « Aux Émirats, les dépenses en technologies, en particulier de l’information, ont représenté environ 23 milliards de dirhams l’an dernier. Je pense que ce chiffre va continuer d’augmenter et c’est toujours essentiel d’agir pour s’assurer que l’on protège les données des citoyens. » signifiait Khaled Lababidi, le vice président pour le moyen Orient et l’Afrique du Sud d’InCountry, un fournisseur mondial de services de stockage cloud et de protection de données. Une hausse des investissements qui ne passera pas inaperçue aux yeux des cybermalveillants.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage