Voter sur un smartphone : le dilemme américain pour les élections à venir

L’objectif est de permettre à certaines personnes telles que les militaires déployés hors des territoires américains et les personnes handicapées de la Virginie-Occidentale d’être en mesure de participer par eux-mêmes et directement en votant lors des élections à venir.

Cependant, l’idée de permettre le vote par smartphone ne semble pas fait plaisir à tout le monde. Et pour cause la question de la sécurité informatique n’est pas totalement une question que l’on pourrait dire résolue. Même si cela s’est déjà passé, en 2018 lors des élections ou des militaires ont réussi à voter via une application dénommé Voatz (application basée sur la technologie de la blockchain), il n’en demeure pas moins que le fait de le reconduire encore pose un problème pour plusieurs personnes, y compris les experts de la sécurité informatique.

Cet article va aussi vous intéresser : Le système de vote Russe pour les élections municipales de Moscou

Même si la même application de vote a été testé dans plusieurs états dont l’Oregon, l’Utah, le Colorado et même le Washington, plusieurs chercheurs en sécurité informatique notamment certains provenant du MIT (Massachusetts Institute of Technology) ont préconisé aux autorités américaines de tout simplement « abandonner l’appli pour l’instant ». En effet, ils assurent avoir découvert plusieurs vulnérabilités qui pourraient être exploitées lors des élections à venir. Non seulement, ces vulnérabilités permettront de détourner des voix. Mais il sera possible aussi à travers elles de déterminer quels électeurs auront voté pour quel candidat.

De son côté, l’éditeur de l’application de vote électronique a rétorqué en affirmant que l’étude menée par ses chercheurs était « pleine de défauts ». Car pour lui, ils ne se sont pas basés sur la dernière version de l’application Voatz. Opposition qui aujourd’hui a de quoi à relancer le débat. Pour continuer à soutenir son application et le système de vote en ligne, la société éditrice de l’application cherche à mettre en avant l’idée selon laquelle le système sur lequel fonctionne n’est rien d’autre que la blockchain, qui est réputé être inviolable. Par ailleurs, le porte-parole de l’entreprise déclaré ceci : « Nous utilisons les dernières technologies, reconnaissance faciale et biométrique pour vérifier l’identité des électeurs, la cryptographie pour produire un bulletin […] et la blockchain pour des audits rigoureux après l’élection, afin d’assurer le respect du choix des électeurs sans avoir besoin de révéler leur identité ».

Pour contrer les dires de la société, Matt Blaze, professeur de l’université de Georgetown, spécialisé dans la cryptographie affirme Ceci : « La blockchain résout un problème qui n’existe pas, celui de sécuriser des votes déjà effectués (…) Mais elle ne résout pas le problème de comment savoir si ce sont bien ces candidats qui ont été choisis. ».

En outre, le vote électronique pose un problème essentiel hormis l’intégrité du choix des votants. Celui de leur anonymat. Le sacro-saint principe du vote réside dans le fait qu’on ne puisse pas identifier le citoyen qui décide de voter pour tel ou tel candidat. Cependant, si la technologie de la blockchain qu’elle soit en mesure de garantir le choix effectif des citoyens, ce qui n’est pas du tout évident, il n’en demeure pas moins qu’il serait difficile pour n’importe quel système informatique de garantir l’anonymat des votants. Voir impossible même. Pour Andrew Appel : « Le vote sur internet ne peut être sécurisé par aucune technologie connue ».

Par conséquent, les arguments en faveur du vote électronique semble primer sur ceux tendant le faire accepter. Comme pour montrer à quel point le vote électronique n’est pas une nécessité pour le moment voir pour jamais, la présidente de L’ONG Verified Voting Foundation (VVF), Barbara Simons déclare ouvertement : « C’est un mythe. Il n’y a quasiment aucune preuve montrant que le vote en ligne améliore la participation électorale ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage