Interdiction ou non de la 5G de Huawei en Allemagne : une mission difficultueuse pour les conservateurs de Angela Merkel

L’installation de la 5G à travers les infrastructures du géant chinois Huawei a toujours fait débat en Europe précisément en Allemagne.

Si d’un côté les conservateurs au pouvoir semble pencher de la balance de ceux qui ne veulent pas de Huawei à ce niveau, il n’empêche qu’imposer leur avis ne sera pas une mince affaire.

Cet article va aussi vous intéresser : La 5G- une rupture en matière de Sécurité informatique

Récemment, un document a été produit par les responsables du parti démocrate-chrétien en réponse aux différentes préoccupations émises par d’autres membres qui estiment tous que le géant chinois représentent une menace à ne pas négliger pour la sécurité de l’Allemagne. Le but de ce document est de pousser le gouvernement a enfin se décider sur la question de l’installation de la 5G par Huawei.

Apparemment, le parti démocrate-chrétien s’en tient tout simplement l’acceptation de l’installation de l’équipementier chinois à l’instar de la Grande-Bretagne qui a décidé de ne pas répondre à l’appel du président américain d’interdire Huawei en Europe. Alors ce groupe ne fonde pas son approche sur la gestion des risques, mais semble plutôt tenter par une acceptation pure et simple. « Les acteurs étatiques disposant de ressources suffisantes peuvent s’infiltrer dans le réseau de tout équipementier », expliquait-il. « Même avec des contrôles techniques complets, les risques de sécurité ne peuvent pas être complètement éliminés – ils peuvent au mieux-être minimisés. (…) Dans le même temps, nous ne sommes pas sans défense contre les tentatives d’écoute sur les réseaux 5G. L’utilisation d’une cryptographie forte et d’un cryptage de bout en bout peut garantir la confidentialité des communications et de l’échange de données. »

En outre, les deux camps devraient trouver forcément un terrain d’entente. La plus difficile à convaincre seront notamment le groupe de parlementaires ayant une vision pro américaine. Ce groupe est dirigé par le chef de la commission des affaires étrangères du parlement, Robert Roettgen. Cela est un préalable important surtout que doit se tenir à Munich la conférence sur la sécurité à laquelle doit assister le secrétaire d’État des États-Unis, Mike Pompeo et Wang Yi, le ministre des affaires étrangères de la Chine.

La position de l’Allemagne se comprend très aisément. Le doute subsiste entre l’idéal de sécurité nationale qui semble mise en danger depuis les doutes émises par le gouvernement américain, et la question de l’économie, en envisageant une certaine dépendance de l’Allemagne aux infrastructures de Huawei. En effet, se débarrasser de l’équipementier chinois peut s’avérer assez onéreux pour l’économie allemande, car ces trois opérateurs de réseau de téléphonie sont client de Huawei, sans oublier les potentiels représailles du gouvernement chinois en cas d’exclusion. Ce qui fait que le gouvernement allemand continue de tourner en rond. Même si le document essaie tant bien que mal de décrire la position de l’Allemagne vis-à-vis de ce problème à travers cette déclaration : « Les équipementiers ne peuvent faire confiance que s’ils remplissent de manière vérifiable un catalogue de sécurité clairement défini qui exclut toute influence d’un État étranger sur notre infrastructure 5G ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage