Archives par mot-clé : huawei

Le géant chinois Huawei est défendu par Bouygues Telecom qui saisi le conseil d’État en annulation de la loi l’empêchant de déployer ses antennes 5G sur le territoire Français

Selon les médias français et les informations qui circulent dans l’expansion, l’entreprise chinoise technologie Huawei est défendu par le géant français Bouygues, qui aurait saisi la haute juridiction pour exiger l’annulation de la loi qui interdit le déploiement par les opérateurs français de ses antennes 5G.

Cet article va aussi vous intéresser : Huawei face à l’exclusion Britannique

Il y a juste quelques semaines de cela Bouygues Telecom signifiait qu’il démontait l’ensemble de ces antennes 4G tournant avec les antennes fournies par le géant chinois Huawei. Et l’ensemble des équipements qui ne constitue qu’un septième de ses équipements de transmission.

Et il y a des mois de cela, l’administration française exprime clairement sa position quant à l’utilisation des technologies fournies par Huawei pour la production le futur réseau 5G en France. On retiendra simplement que Huawei est le grand indésirable dans tout cela.

Si certains opérateurs tel que Bouygues Telecom avaient opté pour les installations fournies par le géant chinois, ses concurrents tels que Orange avait déjà opté pour Nokia et Ericsson. Mais la décision de Bouygues doit être reconsidérée à cause de l’interdiction ferme concernant l’utilisation des installations Huawei après 2028. En effet il y a 1 ans de cela, la France adopter une loi portant sur les mesures de protection des infrastructures télécom. Une loi qui sera rebaptisée de manière ironique, « loi Huawei ». De façon concrète la loi exigeait que les opérateurs, obtiennent la validation du premier ministre avant le déploiement de tout équipement. Cependant suite à une décision de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information le gendarme français de la cybersécurité, il a été observé de manière évidence que l’administration française n’avait pas l’intention d’autoriser les entrainements fournis par Huawei, tout le déploiement prévu sur le territoire français. Car d’une certaine manière les autorisations qui pourront être délivrées ne le seront que pour une durée limitée de 3 à 5 ans, alors que la limitation pour ses concurrents directs est de 8 ans. Et ce n’est pas tout. Après le délai d’utilisation, les équipements de Huawei ne pourront plus être utilisés sur le territoire français. En d’autres termes en si les opérateurs obtenaient les autorisations pour installer des antennes de l’entreprise chinoise, ils devront le désinstaller d’ici 2028.

Une décision qui ne fait pas l’affaire de tout le monde en particulier de Bouygues Telecom qui comptait sur les équipements des constructeurs chinois pour bâtir son infrastructure Telecom. Selon certaines informations provenant de l’Expansion : « Bouygues Telecom a décidé, le 23 juillet dernier, d’attaquer le gouvernement auprès du Conseil d’État. Cette saisine viserait tout simplement à faire annuler la loi Huawei qui l’empêche d’utiliser librement le matériel de l’équipementier. ». On se rappelle alors que durant le mois de février dernier, Martin Bouygues ouvertement d’attaquer l’État en justice s’il advenait que ce dernier excluait. Et c’est chose faite.

« Ce n’est pas la première réaction de Bouygues Telecom à l’encontre du gouvernement sur cette loi. Comme le rappelle l’Expansion, Huawei a déjà tenté de ralentir le calendrier de la 5G. Par ailleurs, résigné, le groupe télécom a également annoncé la semaine dernière le démantèlement des antennes Huawei de son réseau 4G dès cette année et ce jusqu’en 2028. » écrivait FrAndroid.

On notera tout simplement que selon le calendrier fourni par l’ARCEP sur la 5G, un lancement a été prévu pour les procédures d’attribution des fréquences en faveur des opérateurs d’ici l’automne 2020 c’est un lancement commercial de l’ensemble des offres portant sur la 5G pour les particuliers d’ici la fin de cette année.

 Tout ceci s’inscrit dans un contexte où l’entreprise chinoise est indexée dans une affaire d’espionnage. Comme le sais depuis l’année dernière, Huawei est prise en étau entre la Chine et les États-Unis. Le gouvernement de Donald Trump a créé le géant chinois d’espionnage pour le compte de l’État asiatique. Dans ce même élan, l’administration Trump fait appel à l’ensemble de ses alliés pour boycotter le produit des Chinois. Selon plusieurs analyses, il semblerait que la sécurité compromise avec les outils fournis par Huawei. Du moins, c’est ce qu’on peut retenir de l’argumentaire de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

3 000 antennes seront démontées par Bouygues Telecom

Récemment le groupe français des Telecom Bouygues annonçait récemment le démantèlement de près de 3000 de ses antennes en France, ce qui constitue un sur 7 de ces équipements jusqu’en 2028.

Il faut noter qu’une telle décision de français a été motivé par la méfiance que suscite Huawei aux autorités Françaises. Dans un certain contexte l’opérateur Français y a été contraint.

Une décision qui allait freiner de manière considérable le déploiement des antennes 5G pour les opérateurs mobiles opérant sur le territoire français. Cette utilisation et une installation d’antenne que jusqu’en 2028. Face à cette décision du gouvernement, l’opérateur Bouygues a décidé d’avancer les choses en prenant le devant. Il veut se débarrasser au plus tôt de ses antennes Huawei.

Cet article va aussi vous intéresser : La problématique de la 5G de Huawei en France : vers ou non un bannissement total

En effet, Bouygues annonçait déjà le jeudi dernier, suite à une déclaration de son directeur général adjoint, Olivier Roussat, la confirmation de retirer ses antennes 4G Huawei. « L’opérateur Bouygues Telecom va procéder d’ici à 2028 au retrait de 3000 antennes mobiles fabriquées par le chinois Huawei dans des zones denses en France », rapportait ainsi l’agence de presse Reuters. Bouygues Telecom tient à assurer que ce démantèlement aura « un impact financier limité ».

Le média français Le Figaro apporte déjà quelques précisions sur la décision de l’opérateur français. Comme nous le savons déjà Bouygues Telecom à l’instar de tous les autres opérateurs Français a été littéralement obligé de penser à cette alternative à travers une décision de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information : « Bouygues Telecom a huit ans pour renouveler 3 000 de ses 21 500 antennes. Il s’agit d’équipements radio Huawei situés dans des grandes villes ».

Les agglomérations qui sont intéressées par ce démantèlement en 2020 seront Strasbourg, Brest, Toulouse et Rennes. Le changement de saison tu n continueront dans une grande ville en 2023, 2025 et enfin 2028.

Selon les dernières informations qui circulent, les antennes de Huawei seront remplacées par ceux du géant Européen Ericsson. Ceux qui ne change pas d’habitude sachant que le fournisseur suédois est le second qui produit Bouygues en antennes 4G après le géant chinois. De ce fait, ce démantèlement ne représente pas véritablement quelque chose d’exceptionnelle pour Bouygues lorsqu’on sait que ces antennes ne constituent que 1 sur 7 de ses équipements 4G. Du côté d’orange et de Free, aucune information concernant potentiel démantèlement. Quant à un autre partenaire privilégié de Huawei en France c’est-à-dire SFR, aucun communiqué pour l’instant concernant un potentiel démantèlement des antennes fournies par l’entreprise chinoise a été émis.

Si Orange et Free ne se sentent pas concernés par cette histoire, c’est tout simplement parce qu’ils ont tendance à utiliser de manière exclusive Nokia et Ericsson, en particulier pour Orange : « Tous les opérateurs ne partent pas sur les mêmes bases : certains vont devoir démanteler des équipements, d’autres pas ; donc ils ne peuvent pas tous être traités de la même manière », avait précisé durant le mois de juillet le patron de l’Anssi, Guillaume Poupard, lors d’une interview accordée à Les Echos.

Mais il faut rappeler que si la France n’interdit pas d’une certaine manière l’installation des antennes Huawei sur le territoire, ainsi que tout ce qui concerne les équipements 5G, ils m’en demeurent pas moins que le délai de conservation des équipements est de 2028. Une décision que l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information justifie en notant que : « le risque n’est pas le même avec des équipementiers européens, qu’avec des non-Européens ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Huawei face à l’exclusion Britannique

La nouvelle est tombée depuis le début du mois.

Le géant chinois de Télécom a été exclu du territoire britannique. Cela signifie que non seulement les entreprises britanniques ne pourront plus se fournir auprès de la société pour des équipements 5G. Mais elles devront aussi désinstallées l’ensemble des équipements qui y sont déjà à l’horizon 2027.

Cet article va aussi vous intéresser : La problématique de la 5G de Huawei en France : vers ou non un bannissement total

Dans un certain sens, cela peut être vu comme une victoire pour Donald Trump. En effet, sa volonté de boycotter les services du géant chinois est en train un peu de prendre peu à peu. La raison d’une telle animosité face aux équipements Huawei réside dans une possibilité de pratiques espionnes de la part de l’entreprise chinoise. C’est dans cette optique même que le gouvernement britannique, annonçait ce mardi qu’il excluait Huawei, au niveau des équipements pour le réseau Telecom en particulier celui de la 5G. Les autorités du Royaume-Uni ont estimé pour justifier cette décision, que Huawei présente un risque pour la sécurité du pays.

Dès la fin de cette année, il sera interdit aux entreprises installées en Grande-Bretagne de se fournir de nouveaux équipements Huawei. Ce qui est censé peser le plus sur les opérateurs, et la volonté du gouvernement, de les voir désinstaller tous les équipements Huawei déjà existants d’ici 2027, comme le signifiait dans une déclaration Oliver Dowden, le ministre chargé de la Culture et du Numérique, à la chambre des Communes après une rencontre du Conseil de sécurité nationale (NSC) qui fût présidée par le Premier ministre conservateur Boris Johnson.

En réponse, l’entreprise chinoise affirme que la décision de son exclusion du réseau 5G de la Grande-Bretagne est du moins politisée voir décevante. « Cette décision décevante est une mauvaise nouvelle pour tous ceux qui ont un téléphone mobile au Royaume-Uni, elle risque de ralentir l’avancée digitale du pays, d’augmenter les factures et d’accroître la fracture numérique. » a déclaré un porte-parole de l’entreprise chinoise de télécommunication. Cette dernière estime qu’il est « regrettable que notre futur au Royaume-Uni ait été politisé, à cause de la politique commerciale américaine et non pour des raisons de sécurité. ».

Cette décision ne déplaît pas seulement qu’à l’entreprise chinoise. En effet les opérateurs voient cela comme une situation assez désavantageuse. Pour le patron d’un de ces opérateurs en particulier BT, il est presque impossible, de retirer l’ensemble des équipements Huawei déjà en place d’ici 2027. « Si on veut n’avoir aucun élément de Huawei dans toute l’infrastructure des télécoms à travers le Royaume-Uni, je pense que c’est impossible à faire en moins de 10 ans » note le patron de BT. Il met en avant le fait que le géant chinois est de fournisseur depuis maintenant 20 ans, au niveau des infrastructures Telecom britanniques, se présentant comme : « un gros fournisseur de BT et d’autres opérateurs au Royaume-Uni. ». Il précise aussi la possibilité, de créer plusieurs failles de sécurité sur le long terme avec cette décision.

Cette décision du Royaume-Uni, entre un peu en ordre avec celle de la France il y a une semaine de cela. En effet, on rappelle que l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information, le gendarme français de la cybersécurité des organisations, avait aussi d’une manière partielle interdit les entreprises françaises de se fournir en équipement de géant chinois. Réduisant l’autorisation de l’exploitation des entreprises déjà partenaires à Huawei à 8 ans.

Et bien sûr, du côté des opérateurs, l’inquiétude est palpable. Elle porte essentiellement sur l’exigence de démonter les anciens équipements, de changer d’équipementier, tout en craignant une possible incompatibilité au niveau matériel. En France par exemple, les opérateurs ont mentionné qu’ils demanderaient à l’Etat de leur verser une compensation, si ce dernier continue de leur barrer la route face aux équipements de l’entreprise chinoise. Ça fait 10 ans que Huawei est utilisé en France, ça fait près de 10 ans que Huawei est utilisé dans quasiment toutes les capitales européennes » mettait en évidence Arthur Dreyfuss, ancien président de la Fédération française des télécoms (FFT) et directeur général d’Altice Media France, lors d’une interview en décembre dernier sur BFM Business. « Si demain, Huawei était amené à être interdit sur tout ou partie du territoire, il faut bien que chacun ait conscience des retards considérables que nous prendrions dans les déploiements. Ça serait un retard considérable pour les territoires, pour les entreprises françaises, pour la transformation numérique. Cela aurait un coût. ». Ajoute-il. « Que les règles changent, soit. Mais chacun devra alors y prendre sa part, opérationnellement, financièrement. C’est à vrai dire le cas aux Etats-Unis. Ils ont pris des positions radicales contre des équipementiers mais ils accompagnent ceux qui auraient à en pâtir. ».

De plus, il faut noter que le géant chinois est défendu par le patron de Orange, Stéphane Richard, le premier opérateur de téléphonie en France quand bien même qu’il n’utilise pas les équipements de géant chinois que ce soit pour la 4G ou la 5G. Celui-ci estime qu’aucune preuve avancée par des autorités américaines ne justifie la question de sécurité de tant évoquées. « Je serais intéressé qu’on nous les montre les preuves » souligne-t-il sur BFM Business en février dernier. « Il y a très peu d’équipementiers, il y en a trois de rang mondial. Huawei représente un peu plus d’un tiers du marché mondial. Si on commence à dire, celui-là on va l’exclure, on se retrouve en face de deux entreprises. (…) Si on considère que 3 entreprises c’est trop pour faire face à nos besoins, qu’on me l’explique. Huawei est un grand acteur, c’est un acteur qui a investi considérablement en R&D depuis des années, il investit d’avantage que tous les autres réunis. ».

De manière pratique, si le géant chinois est boycotté en Europe tel que cela a bien commencé, il faut clairement s’entendre à en retard de déploiement de plus de 18 mois selon une étude menée par la GSMA, un groupe d’industriels qui est composé d’opérateurs et de fabricants de mobile sur le plan mondial. « Nous estimons qu’une interdiction pourrait élargir l’écart sur la 5G entre l’Europe et les Etats-Unis de 15 points d’ici à 2025. » note l’étude.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

La problématique de la 5G de Huawei en France : vers ou non un bannissement total

Ces derniers moments, les nouvelles ne sont pas du tout bonnes pour le géant Chinois de la télécommunication et du numérique.

Il fait face à une opposition en France de déploiement de ses équipements de réseau sur l’étendue du territoire français. Si l’interdiction totale n’a pas été annoncée, notons tout simplement que certains opérateurs c’est-à-dire ceux qui n’avaient pas l’habitude d’utiliser les services du géant chinois n’auront pas le droit de le faire pour l’avenir. Quant aux autres c’est-à-dire les anciens clients de Huawei, ils auront des autorisations assez limitées dans le temps pour continuer leur partenariat avec ce dernier. Ce qui est, il faut avouer un coup dur lorsqu’on sait que Bouygues Telecom ainsi que SFR ont longtemps compter sur entreprise chinoise pour assurer leur basculement vers la 5G.

Cet article va aussi vous intéresser : Interdiction ou non de la 5G de Huawei en Allemagne : une mission difficultueuse pour les conservateurs de Angela Merkel

On retient tout simplement que le réseau 5G fourni par le géant chinois sera utilisé de manière limitée en France. Ce qui n’est pas en soi un bannissement mais une situation de nature à restreindre du fournisseur. Et pour cause, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information, le gendarme français de la cybersécurité a récemment annoncé qu’elle avait l’intention de restreindre encore plus certaines d’autorisations d’exploitation des entreprises françaises quant à leur partenariat avec le groupe chinois. Les opérateurs qui avait l’habitude de travailler avec Huawei auront certes des autorisations mais ayant une limite maximum de 8 ans. Selon le directeur d’agence de sécurité nationale. « Ce que je peux dire, c’est qu’il n’y aura pas un bannissement total. Les opérateurs qui n’utilisent pas Huawei, nous les incitons à ne pas y aller car c’est un peu le sens naturel des choses. Ceux qui l’utilisent déjà, nous délivrons des autorisations dont la durée varie entre trois et huit ans » a déclare Guillaume Poupard, le directeur général de l’Agence de cybersécurité nationale, en sa qualité autorité administrative en charge de l’instruction du dossier 5G de Huawei.

Interrogé par l’Agence Française de presse le mardi, le premier responsable du gendarme de la cybersécurité français déclarait que « Les décisions sont prêtes ». Qu’elles n’attendaient la signature que de l’exécutif pour être applicables

Rappelons qu’il n’y a que trois équipementiers qui sont en mesure de fournir des équipements nécessaires pour le déploiement de la 5G. il y a d’un côté les entreprises européennes que sont Ericsson et Nokia, et de l’autre côté le groupe chinois Huawei.

Guillaume Poupard responsable de L’Anssi, admet qu’il y aura bel et bien des refus au niveau des autorisations d’exploitations et que cela ne concerne que le géant chinois. Ce qui exclut notamment, les deux entreprises européennes.

Il est clair que cette décision est fortement influencée par les tensions diplomatiques qui existent et qui continuent de faire écho entre les États-Unis et la Chine dans leur guerre commerciale. Comme on le sait, les Américains font pression sur leurs alliés pour que ces derniers bannissent l’entreprise chinoise en évoquant les raisons de sécurité. Des accusations qui ont toujours été réfutées par Huawei.

Ce qui présente un gros désavantage pour deux opérateurs majeurs en France que son Bouygues Telecom et SFR. Ces derniers utilisent déjà les équipements fournis par Huawei pour leur réseau 4G et comptaient bien utiliser ce même d’équipement pour déployer la 5G.

Pour ce faire ils demandent une compensation pour cette situation qui est clairement alors des avantages. Surtout s’ils sont obligés de changer d’équipementier ou les démonter les installations déjà existantes dans la mesure où il y a une compatibilité avec le nouveau standard. Par ailleurs, c’est en septembre que l’Arcep lancera les enchères concernant l’attribution des nouvelles fréquences.

Face aux velléités des opérateurs, Guillaume Poupard déclare : « Ce que l’on fait sur la 5G en France, c’est un compromis. Il faut développer la 5G dans des conditions économiques acceptables pour les opérateurs télécoms et aussi souveraines, qui nous permettent de ne pas être dépendants de tel ou tel équipement ou pays ». Il continue en ajoutant : « Beaucoup d’antennes installées sont compatibles avec la 5G. » comme pour freiner les accusations à propos du caractère dissuasif des restrictions. Il assure néanmoins en notant : « Nous ne sommes pas dans du Huawei bashing, ni dans du racisme antichinois (…) Nous sommes dans une gestion de risques. Tous les équipementiers télécoms ne se valent pas. Je ne cite pas de nom, mais il est clair que l’on n’est pas dans les mêmes risques quand on parle d’équipements chinois ou américains. Nous sommes prudents vis-à-vis des équipementiers non européens, évidemment, tout comme nous le serions aussi, par exemple, si tous les opérateurs avaient recours au même équipementier, même s’il était français – ce serait catastrophique. ».

Pour conclure, le directeur de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information conclu : « Voilà tout le sens de la discussion avec les opérateurs télécoms sur le choix de leurs équipementiers. Ce n’est pas un procès d’intention que l’on fait à telle entreprise ou tel pays. La question, c’est juste celle de la souveraineté. » a conclu le directeur général de l’Anssi.

Cependant, en dehors du cas Huawei, la problématique de la 5g n’est pas encore résolue. En effet, pour autoriser un quelconque déploiement peu importe de fournisseur d’équipements, il faudrait attendre le résultat d’une évaluation portant sur les effets sanitaires du nouveau réseau comme cela a été annoncé le 21 juin par la ministre de la transition écologique Elisabeth borne.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Interdiction ou non de la 5G de Huawei en Allemagne : une mission difficultueuse pour les conservateurs de Angela Merkel

L’installation de la 5G à travers les infrastructures du géant chinois Huawei a toujours fait débat en Europe précisément en Allemagne.

Si d’un côté les conservateurs au pouvoir semble pencher de la balance de ceux qui ne veulent pas de Huawei à ce niveau, il n’empêche qu’imposer leur avis ne sera pas une mince affaire.

Cet article va aussi vous intéresser : La 5G- une rupture en matière de Sécurité informatique

Récemment, un document a été produit par les responsables du parti démocrate-chrétien en réponse aux différentes préoccupations émises par d’autres membres qui estiment tous que le géant chinois représentent une menace à ne pas négliger pour la sécurité de l’Allemagne. Le but de ce document est de pousser le gouvernement a enfin se décider sur la question de l’installation de la 5G par Huawei.

Apparemment, le parti démocrate-chrétien s’en tient tout simplement l’acceptation de l’installation de l’équipementier chinois à l’instar de la Grande-Bretagne qui a décidé de ne pas répondre à l’appel du président américain d’interdire Huawei en Europe. Alors ce groupe ne fonde pas son approche sur la gestion des risques, mais semble plutôt tenter par une acceptation pure et simple. « Les acteurs étatiques disposant de ressources suffisantes peuvent s’infiltrer dans le réseau de tout équipementier », expliquait-il. « Même avec des contrôles techniques complets, les risques de sécurité ne peuvent pas être complètement éliminés – ils peuvent au mieux-être minimisés. (…) Dans le même temps, nous ne sommes pas sans défense contre les tentatives d’écoute sur les réseaux 5G. L’utilisation d’une cryptographie forte et d’un cryptage de bout en bout peut garantir la confidentialité des communications et de l’échange de données. »

En outre, les deux camps devraient trouver forcément un terrain d’entente. La plus difficile à convaincre seront notamment le groupe de parlementaires ayant une vision pro américaine. Ce groupe est dirigé par le chef de la commission des affaires étrangères du parlement, Robert Roettgen. Cela est un préalable important surtout que doit se tenir à Munich la conférence sur la sécurité à laquelle doit assister le secrétaire d’État des États-Unis, Mike Pompeo et Wang Yi, le ministre des affaires étrangères de la Chine.

La position de l’Allemagne se comprend très aisément. Le doute subsiste entre l’idéal de sécurité nationale qui semble mise en danger depuis les doutes émises par le gouvernement américain, et la question de l’économie, en envisageant une certaine dépendance de l’Allemagne aux infrastructures de Huawei. En effet, se débarrasser de l’équipementier chinois peut s’avérer assez onéreux pour l’économie allemande, car ces trois opérateurs de réseau de téléphonie sont client de Huawei, sans oublier les potentiels représailles du gouvernement chinois en cas d’exclusion. Ce qui fait que le gouvernement allemand continue de tourner en rond. Même si le document essaie tant bien que mal de décrire la position de l’Allemagne vis-à-vis de ce problème à travers cette déclaration : « Les équipementiers ne peuvent faire confiance que s’ils remplissent de manière vérifiable un catalogue de sécurité clairement défini qui exclut toute influence d’un État étranger sur notre infrastructure 5G ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage