Huawei et ZTE dans le viseur des autorités Américaines

Huawei et ZTE sont toujours fragilisées par les actions des autorités Américaines visant impacter au maximum leur croissance sur le territoire Américain.

En effet c’est la FCC, le gendarme américain des télécoms qui braquent dorénavant son viseur sur ces sociétés Chinoises. Le but c’est d’éradiquer ces constructeurs du marché des États-Unis.

Cet article va aussi vous intéresser : Et si le téléphone Huawei pouvait installer malgré toutes des applications Google interdit pour lui ?

Lors de la conférence mondiale des radiocommunications, le premier responsable de la structure américaine la FCC, Ajit Pai n’a pas manqué de mentionner avec précision et rigueur l’intention de son administration de faire table rase des deux sociétés Chinoises. Il dira même plus loin qu’il était partant pour un projet de loi qui aura pour objectif d’exclure toutes entreprises pouvant porter atteinte à la sécurité nationale, de recevoir des subventions de l’État américain. Une menace qui adresser explicitement à propos disons, ayant une relation quelconque avec les sociétés chinoise moi qui ont été mentionnées ci-dessus Huawei et ZTE.

On le sait, pour le gouvernement américain Huawei ZTE se présente comme étant le « cheval de Troie » du gouvernement Chinois.

Le responsable du gendarme Américain des télécoms et sans qu’on en doute été nommé par le gouvernement de Donald Trump : « quand il s’agit de la 5G et de la sécurité des Etats-Unis, nous ne pouvons pas nous permettre de prendre un risque et d’espérer que tout se passera bien. » exprimait-il. Il ajoutera par ailleurs : « Alors que les États-Unis modernisent leurs réseaux pour passer à la prochaine génération de technologies sans fil-5G, nous ne pouvons ignorer le risque que le gouvernement chinois cherche à exploiter les vulnérabilités des réseaux afin de se livrer à l’espionnage, d’insérer des logiciels malveillants et des virus et de compromettre autrement nos réseaux de communications essentiels. »

Surtout que les lois chinoises sont conçus de telle sorte qu’elles exigent que : « toutes les sociétés soumises à sa juridiction se conforment secrètement aux demandes des services de renseignement chinois. » de la sorte, le chef du gendarme américain des télécoms estime que « Compte tenu des risques pour la sécurité nationale, nous croyons qu’il est temps que le gouvernement fédéral prenne des mesures plus concertées. Cela signifie, entre autres, qu’il faut s’assurer que notre gouvernement n’aggrave pas le problème en dépensant l’argent du peuple américain pour acheter des produits et services de toute entreprise qui représente une menace pour la sécurité nationale de nos réseaux de communications. ». Pour joindre l’acte à la parole, l’administrateur américain a décidé de déposer un projet de loi à partir du 19 novembre.

Le but sera de mettre sur pied un ensemble de recommandations et de règles qui devons interdire aux entreprises américaines d’utiliser les deniers publics destiné au service universel de 8,5 milliards de dollars dans l’intention de se procurer du matériels provenant de toutes entreprises qui peut exprimer une réelle menace pour la sécurité nationale.« Le projet de rapport et d’ordonnance désignerait initialement deux sociétés chinoises – Huawei et ZTE Corporation – comme sociétés présentant un risque pour la sécurité nationale et établirait un processus pour désigner d’autres sociétés couvertes dans l’avenir. ».

Dans le détail, le gendarme américain proposera l’adoption d’un texte de loi en deux parties à compter du 19 novembre prochain. Celui-ci proposera tout d’abord un projet de rapport et d’ordonnance pour interdire aux entreprises américaines d’avoir recours au Fonds Américain pour le service universel de 8,5 milliards de dollars pour acheter de l’équipement ou des services à toute entreprise qui représente une menace pour la sécurité nationale.

Mise en place d’une évaluation

« Le projet de rapport et d’ordonnance désignerait initialement deux sociétés chinoises – Huawei et ZTE Corporation – comme sociétés présentant un risque pour la sécurité nationale et établirait un processus pour désigner d’autres sociétés couvertes dans l’avenir », a précisé la FCC qui ne s’embarrasse plus pour cibler explicitement les constructeurs Chinois.

En outre, le président du gendarme américain s’est également déclaré favorable à la mise en place d’une évaluation pour estimer le niveau d’implication de Huawei et ZTE dans les réseaux américains et chiffrer les coûts nécessaires à leur remplacement, ainsi qu’à l’adoption d’un fonds d’aide aux opérateurs américains pour les aider à accélérer leur transition vers des « fournisseurs plus fiables ». De quoi douter encore davantage de l’implication future des deux constructeurs sur le marché Américain.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage