6 précautions qui pourraient vous éviter une contamination du système informatique en entreprise

La cybercriminalité à l’instar des autres formes d’actes antisociaux se nourrit de la vulnérabilité, l’insouciance et la négligence de la victime.

Ces derniers temps, le piratage informatique et les actes des cybermalveillances ont littéralement explosés. La situation sanitaire du monde favorise le déploiement de programmes malveillants, qui ciblent toutes les personnes qui aujourd’hui confinées, utilisent de manière souvent négligente, internet. Et il en est de même en en entreprise. Mais on peut se protéger contre ces contaminations informatiques. Il suffit de se poser seulement les bonnes questions et d’en trouver les réponses.

1- L’accès au système

Pour les entreprises dont les collaborateurs travaillent aujourd’hui à distance, il est important de se demander si le processus d’accès à distance au système informatique de l’entreprise doit être simplifier ou non. Cette question est légitime car plusieurs entreprises ont décidé en effet de simplifier l’accès au système informatique depuis l’extérieur pour faciliter la collaboration à distance avec leurs employés. Cependant, ce risque s’est révélé être dangereux. Plusieurs entreprises en ont fait les frais.

2) L’authentification

Question portant sur la mise en place de méthodes permettant de protéger l’identification des usagers lors de l’accès au système par certaines méthodes connues tel que l’authentification à multiples facteurs.  Comme nous le savons tous, la principale faille de sécurité dans ce domaine est bien sur l’humain. Il n’est pas rare que plusieurs personnes ont tendance à utiliser les mêmes mots de passe pour différents services. Il suffit que le mot de passe soit craquer une seule fois pour compromettre tous les autres services. Et c’est le cas pour l’entreprise. pour s’assurer qu’un employé ne soit pas dans cette situation, où que ce dernier s’est fait dérober son mot de passe par un autre moyen, il est normal de mettre en place un système à multiple facteurs d’authentification permettant à la fois de commencer par le mot de passe et de confirmé par une autre méthode. il peut s’agir d’un code généré aléatoirement envoyé par mail ou texto, il peut s’agir d’une clé d’authentification tel que la clé Titan de Google. Dans d’autres situations, de mesure biométrique d’authentification.

3) Les mises à jour

Les correctifs de sécurité ont-ils été appliqué ? Il n’existe pas de système d’information sans faille de sécurité, du moins pas pour le moment. C’est pour cette raison que certains spécialistes, les fournisseurs mettent à la disposition de leurs usagers et clients, des correctifs qui permettent de colmater des failles de sécurité. Et cet exercice continue elle tant que le système est toujours en fonction. De ce fait, les responsables des systèmes informatiques doivent s’assurer d’une chose. Qu’il ont effectué les dernières correctifs de sécurité. Car, si vous découvrez une faille de sécurité, sachez que un pirate informatique peut être en mesure de le découvrir lui aussi. Avec le télétravail, les équipes IT doivent trouver le moyen d’étendre les mises à jour aux collaborateurs quelle que soit leur position. Une négligence à ce niveau pourrait se révéler très dommageable.

4) Le support technique

Un autre point important surtout en cette période de confinement et de télétravail. C’est de savoir si la direction informatique ou toutes personnes en charge du système informatique a anticipé une augmentation des sollicitations auprès de l’équipe IT. En effet, les collaborateurs qui travaillent depuis chez eux seront forcément confronté à des problèmes de nature informatique. Il pourrait s’agir d’un piratage, d’un bug ou encore une mauvaise manipulation rendant difficile certaines actions essentielles. Pour cela, ces équipes doivent se préparer en mettant en place une méthode de suivi en temps réel pour éviter une accumulation trop importante des sollicitations.

5) La sensibilisation

Il sera question de s’interroger sur la portée des sensibilisations portant sur les différents risques cybers. Les sensibilisations sur les menaces informatiques ont-elles été efficaces et bien effectuées ? Les employés en savent-t-ils suffisamment pour ne pas se laisser surprendre par ces genres d’incidents ? Car ils seront bien sûr ciblés. Cette période de confinement le favorise. L’idée est de faire en sorte que les techniques d’hameçonnage classique par l’envoi des SMS ou de mails pour vous attirer sur une plate-forme corrompus ne puissent plus être efficace sur eux. Des millions de faux correspondances électroniques circulent relativement à la pandémie qui frappe le monde actuellement. Il suffit d’un seul moment d’inattention et vous vous faites prendre. Il est important, d’avoir suffisamment informé vos collaborateurs sur les risques et le mode opératoire. Car si cela semble évident pour des spécialistes, il n’en n’est pas pour l’utilisateur du web lambda.

6) Le signalement

Pour finir, vos employés disposent-t-ils d’un outil permettant de vous signaler un quelconque incident informatique ?

Comme il a été souligné, le travail à distance expose grandement d’entreprise. Car, un employé infecté est un vecteur efficace pour mettre en difficulté la sécurité globale du système informatique. C’est pour cette raison, que ce dernier doit avoir un moyen pour informer les responsables de sécurité des systèmes d’information lorsqu’ils se rendre compte avoir été ciblé par une cyberattaque ou impliqué dans un incident. Et cela même si la cyberattaque échouée. Dans ce contexte, les responsables de sécurité prendre alors leurs mesures pour s’assurer qu’une contamination ne soit pas initié à partir de ce collaborateur.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage