Face à la vague de cyberattaques, les sénateurs américains exigent une réponse du gouvernement

Tout comme le département des trésors américain l’un des piliers du système les États-Unis, d’autres administrations et entreprises de l’État américain ont été touchées par une vague des cyberattaques

Le département du Trésor aurait été l’une des cibles des pirates informatiques. Face à cette situation qui semble inquiéter au plus haut point les élus américains, les sénateurs exigent de la part de gouvernement une réponse assez forte, un gouvernement accusé d’avoir minimisé la situation.

Cet article va aussi vous intéresser : Celui qui a découvert le mot de passe du président américain Donald Trump ne sera pas poursuivi

Au micro de CNN, le sénateur américain Mitt Romney affirmer que la cyberattaque subie par l’administration américaine : « est un affront scandaleux à notre souveraineté, auquel il faudra qu’il soit répondu de manière très forte, pas juste rhétorique — aussi important cela soit-il — mais aussi avec une cyber réponse de la même magnitude ou plus grande ». Pourtant de son côté, d’habitude si sulfureux, le président américain Donald Trump se contente d’affirmer que l’attaque informatique dont il est question ici était « bien plus importante dans les médias “Fake News” qu’en réalité ». Cela malgré le fait que plusieurs experts de la sécurité informatique ont accusé l’État russe d’être derrière cette offensive, le président américain s’est tout simplement contenté de dire que : « ça pourrait être la Chine ».

« Le président perd toute objectivité quand il s’agit de la Russie », a notifié M. Romney.  Mais il ne faut pas oublier que la Russie de son côté a démenti formellement toute implication.

« La Russie agit en toute impunité en lien avec ces cyberattaques parce qu’elle ne croit pas que nous ayons les capacités de répondre de manière proportionnelle », estime le sénateur républicain. Ce dernier n’a pas manqué a appelé à « repenser notre réactivité en matière militaire et de sécurité nationale concernant le cyberespace, parce que c’est là que sont les guerres du futur ».

Du côté des démocrates, le sénateur Mark, sur la chaîne ABC qualifie l’attaque informatique « extraordinairement grave ». En sa qualité de vice-président de la commission du renseignement du sénat, il affirme : « Tout pointe vers la Russie ».

« Et quand le président des États-Unis essaie de minimiser ou n’est pas prêt à rabrouer […] [les responsables], il ne rend pas notre pays plus sûr », ajoute l’élu démocrate.

« L’idée que cela puisse rester sans réponse serait une très mauvaise politique de la part des États-Unis et franchement, inviterait tout simplement les Russes ou d’autres à continuer ce type d’activités malveillantes », continue-t-il. Par ailleurs il avertit : « Pour l’instant la bonne nouvelle c’est qu’il semble que seuls les réseaux non classés ultrasecrets ont été violés », a-t-il ajouté. Mais l’attaque « pourrait toujours être en cours ».

L’attaque informatique aurait débuté depuis le mois d’avril dernier. Les cybercriminels pour réussir leur coup de maître, ils ont attendu une mise à jour du logiciel de surveillance développé par une entreprise texane, connue fournir plusieurs matériels informatiques à des milliers d’entreprises et administration dans le monde. Pendant plusieurs mois, l’attaque informatique a continué avant d’être découvert par la société de sécurité informatique FireEye, qui elle-même était victime de cyberattaque.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage