Face à l’augmentation des pertes liées aux cyberattaques, les entreprises intensifient leurs ripostes

Suite à une récente étude menée par Hiscox Assurances, le nombre des entreprises qui ont touché par les incidents informatiques a connu une chute allant de 61 % à 39 %.

Cependant cette chute n’a affecté aucunement les pertes liées aux attaques informatiques qui elles se littéralement multipliées par 6 au cours de l’année 2019, passons de 9000 € à 51200 euros par organisation touchées. Il a été observé par contre que les entreprises concernées avaient commencé à répliquer, en augmentant, de manière significative leurs dépenses dans le domaine de la sécurité informatique. Une hausse de 39 %.

Cet article va aussi vous intéresser : Les Directeurs des systèmes d’exploitation sont dorénavant mieux préparés pour mieux affronter les défis futurs

Comme chaque année, la société d’assurance Hiscox même une analyse sur un échantillon représentatif des organisations œuvrant dans le secteurs privés et publics dans divers pays dont La Belgique, la France, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Irlande, le Royaume-Uni, les Etats Unis, etc. L’évaluation de la société d’assurances a été portée sur les différents stratégies de cybersécurité exécutées dans ces différentes sociétés réparties dans le monde. Par la suite, un classement été établi en tenant compte des conséquences. Les résultats de ces analyses ont démontré que les entreprises se sont améliorées notamment de leur manière de gérer le risque informatique. Le nombre de sociétés classée dans la catégorie des expertes en matière de gestion de sécurité est passé de 10 à 18 %

Du rapport de Hiscox, relevons les chiffres et termes clés :

– Le total des pertes causées par les attaques informatiques a connu une hausse partant de 1,1 milliard d’euros à près de 1,6 milliard d’euros.

– Le montant le plus élevé évalué pour des pertes causées par une attaque informatique 79,9 millions d’euros.

– La perte la plus élevée pour un seul incident informatique s’élève à 14,4 millions d’euros.

– Les secteurs les plus ciblés sont les technologies l’industrie, la télécommunication, les médias fortement le secteur financier.

– Le coût médian le plus élevé en termes de pertes ont été subi par des sociétés irlandaises à hauteur de 86 000 €.

– La France est parmi les pays qui ont subi le moins de pertes en matière de cyber accident.

– 6 % des entreprises victimes de logiciels malveillants de rançonnage ont fini par payer les rançons exigées par les cybercriminels en 2019.

– La rançon la plus élevée payée par une entreprise suite à une attaque au rançongiciel a été à hauteur de 46 millions d’euros, voir plus

– Une entreprise sur 5 soit 18% en France déclare avoir payé une rançon après avoir été victime d’une attaque informatique au ransomware.

– Les entreprises classées comme étant expertes en matière de gestion des incidents informatiques sont composées à hauteur de 24 % d’entreprises américaines et irlandaises.

– Du côté de la gestion de risques en entreprise, la France a connu un bon de 18 % contre 6% l’année dernière.

– Les dépenses effectuées dans le secteur de la cybersécurité ont connu une augmentation de 39 %

– Les entreprises françaises sont celles qui ont le plus dépenser dans le secteur de la sécurité informatique avec près de 2,8 millions d’euros, suivies par les entreprises espagnoles, à hauteur de 2,4 millions d’euros et les entreprises américaines hauteur de 2,2 millions d’euros. Les entreprises Britanniques sont dernières avec des dépenses de 1,4 millions d’euros.

« Alors que le nombre d’entreprises signalant une faille de cybersécurité est en baisse cette année sur la période observée, le coût de l’activité criminelle dans ce domaine semble nettement plus élevé. Le nombre d’entreprises ayant payé une rançon à la suite d’une attaque par logiciel malveillant est effrayant. Le rapport 2020 contient toutefois un message très positif. Il y a des preuves évidentes d’un changement progressif dans la gestion des cyber risques avec des niveaux d’activité et de dépenses plus élevés. En revanche, l’adoption d’une cyber assurance dédiée demeure disparate, alors même que les entreprises sont beaucoup plus susceptibles d’être victimes d’un cyber incident que d’un incendie ou un vol, pour lesquels la plupart s’assurent automatiquement », observe Gareth Wharton, directeur général de Hiscox Cyber. De son côté, le responsable de Marché Cyber chez Hiscox France, Frédéric Rousseau explique ceci : « Il est intéressant de voir que les organisations françaises ont pris la mesure de l’enjeu. Elles investissent fortement et de manière croissante dans la défense de leur patrimoine numérique. Les récents évènements ont démontré la nécessité de disposer d’un système robuste et bien protégé. Nous observons également que pour une part toujours plus importante d’entre-elles, la cyber assurance devient un élément intégré dans leur stratégie, même si le réflexe d’équipement n’est effectivement pas encore automatique, il s’agit d’une tendance forte ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage