Facebook et la protection de la vie privée

Le Mercredi 6 mars 2019, le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg a voulu partager avec tout le monde sa « vision axée sur la protection de la vie privée pour le réseaux social ».

Dans ce moment de partage le fondateur de Facebook affirme « croire qu’une plateforme d’échange orientée sur la vie privée est encore plus importante que les plates-formes ouvertes d’aujourd’hui ».

Cette déclaration du responsable du réseau social le plus utilisé au monde a soulevé un questionnement essentiel : Facebook allait-il vraiment se recentrer sur la protection de la vie privée ?

Cet article va aussi vous intéresser : Facebook, interpellé par plusieurs gouvernements pour son projet de cryptage et de sa messagerie

Une telle question peut sembler absurde il faut l’avouer, surtout quand on sait que le réseau social n’a pas une image véritablement réluisante en ce qui concerne la protection des données personnelles. Surtout une entreprise qui fonde son modèle économique, gratuit par les utilisateurs et la monétisation des données numériques générées par ces derniers. Comment croire que Facebook peut basculer vers modèle qui puisse porter atteinte à sa rentabilité ?

Pour justifier sa position et renforcer ses idées, le PDG de Facebook va exposer 6 principes autour desquels sa plate-forme devra reposer dans les prochains temps à venir et qui sont :

  • Des interactions privées et personnelles
  • Du chiffrement de bout en bout entre les personnes
  • Une durée de conservation des messages raisonnable
  • Une plateforme sûre pour chaque individu
  • Une inter-opérabilité entre diverses plateformes
  • Un stockage sécurisé des données

« Aujourd’hui, nous constatons déjà que les messages privés, les histoires éphémères et les petits groupes sont de loin les domaines de communication en ligne qui connaissent la croissance la plus rapide » déclare Mark Zuckerberg au journal le Monde.

La nouvelle dynamique de Facebook semble plaire. Car on dirait que ce ne serait pas seulement pour laver l’image de réseau social ainsi que tous ses filiales, mais aussi mettre en œuvre de nouvelles fonctionnalités pour rendre plus sécurisé l’usage de ses services.

Revirement du patron de Facebook étonne plus d’un. En effet ce dernier était opposé il y a quelques années de cela en affirmant que le chiffrement des données rendait « plus difficile la lutte contre la désinformation ». Et voilà qu’aujourd’hui il pense que cela est « la bonne chose à faire (…) Cela me semble juste, tant que nous prenons le temps de mettre en place les systèmes de sécurité appropriés qui arrêtent les tiers malveillants dans le cadre d’un service chiffré ». Il a ajoutera par la suite « Je comprends que beaucoup de gens ne pensent pas que Facebook puisse ou veuille créer ce genre de plateforme axée sur la protection de la vie privée, parce que, franchement, nous n’avons pas actuellement la réputation d’établir des services de protection de la vie privée, et nous nous sommes toujours concentrés sur les outils pour un partage plus ouvert (…)  Mais nous avons montré à maintes reprises que nous pouvons évoluer pour créer les services que les gens veulent vraiment, y compris dans la messagerie privée (…) Je crois que l’avenir des communications passera de plus en plus à des services privés et chiffrés où les gens peuvent être sûrs que ce qu’ils se disent entre eux reste sécurisé et que leurs messages et leur contenu ne resteront pas éternellement. C’est l’avenir que, je l’espère, nous contribuerons à réaliser. »

Malgré toute cette bonne volonté exprimée par le PDG de Facebook, la réalité serait peut-être tout autre. En effet il semblerait que derrière cette décision, se cacheraient des conséquences économiques bien réelles et organisées par le réseau social. En effet selon plusieurs analystes, le ciblage publicitaire devient de moins en moins lucratif. le modèle économique de Facebook tend peu à peu à être moins productif donc moins rentable pour ce dernier. Pour certaines personnes derrière cette manœuvre de Facebook se cache une pratique concurrentielle et purement stratégique. L’ex directeur au niveau de technique de la Commission fédérale américaine du commerce affirmait à ce sujet : « Cette décision est tout à fait stratégique pour utiliser la protection de la vie privée comme un avantage concurrentiel et pour verrouiller davantage Facebook comme plateforme de messagerie dominante », expliquait-il. « Tandis que les communications entre usagers seront chiffrées de bout en bout, les messages aux services Facebook seront toujours collectés et retenus par Facebook afin de vous fournir les services (par exemple, lorsque vous chattez avec des chatbots) ». On comprendrait mieux alors cette déclaration de Mark Zuckerberg qui dénote sûrement une stratégie qui se cache derrière sur les revirements soudain de la plate-forme : « nous devons réfléchir sérieusement à tous les services que nous construisons (…) de la façon dont les gens effectuent les paiements et les transactions financières, au rôle des entreprises et de la publicité, et à la façon dont nous pouvons offrir une plateforme pour d’autres services privés ».

Alors, la protection de la vie privée serait-il le nouveau champs de bataille de Facebook et de Mark Zuckerberg pour rendre encore plus rentable Facebook ?  Nous le saurons bientôt.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage