La menace des rançongiciels : une réalité plus qu’évidente en 2020

Selon l’agence Française pour la sécurité des systèmes d’information, l’ANSSI, les rançongiciels sont « la menace la plus sérieuse. ».

Et pour cause, on se rappelle que très récemment Bouygues Construction, le géant français du BTP a été victime d’une attaque informatique basée sur ce genre de programme malveillant. Au fil du temps, les dégâts les plus probants en matière d’attaques informatiques depuis ces 20 dernières années sont dues à des programmes de type ransomware.

Cet article va aussi vous intéresser : Piratage informatique et arnaque : une entreprise qui paie les rançons lors d’attaque de rançongiciel en prétendant déchiffrer les données cryptées par ses propres moyens a été démasquée.

À titre de rappel, notons que le rançongiciel est un programme informatique malveillant. Malveillant tout d’abord parce qu’il a été conçu pour porter atteinte à des systèmes d’information. Ce programme a pour particularité de prendre en otage le contenu d’un système informatique ou d’un terminal, de le rendre inaccessible à l’utilisateur principal afin de lui exiger le paiement d’une rançon en échange de la possibilité de pouvoir accéder au contenu désiré. Dans les débuts, les pirates informatiques se contentaient tout simplement d’afficher une page blanche où ils exigeaient le paiement d’une rançon déterminée à leurs victimes. Aujourd’hui la pratique a évolué car ces derniers en pris l’habitude de chiffrer le maximum de documents appartenant à leur victime ce qui sera bien sur la source de leur chantage. Toutefois, il faut avouer que cela ne se limite pas simplement à cela. Les pirates informatiques s’intéressent de plus en plus aux entreprises, et pas n’importe lesquelles. En effet si les cybercriminels optaient auparavant pour les PME, aujourd’hui les grandes entreprises, plus singulièrement les firmes multinationales semble produire plus d’intérêt pour eux. Et cela s’explique notamment par le fait que plus l’entreprise est importante, plus elle possède des documents assez sensibles.

Selon une étude rapporté par Symantec, les particuliers ont connu moins d’attaques par rançongiciels l’année dernière. Cependant, à l’égard des entreprises, une hausse de 12 % ont été observée à ce niveau. De plus, la société de cybersécurité a confirmé le fait que les cybercriminels sont de plus en plus attirés par ces entreprises « financièrement robustes et qui peuvent rapporter gros ».

Et cela paye bien car, des pirates Informatiques ont réussi à soutirer des dizaines de millions de dollars à leur victime. Conséquences immédiates, on voit alors immergé une certaine forme d’assurance du cyber risque, ou des sociétés spécialisées qui vont servir d’intermédiaires entre les pirates informatiques et leurs victimes. « Aujourd’hui, les assurances incitent les victimes à payer la rançon qui s’avère souvent moins élevée que le coût d’un rétablissement de l’activité sans le recours à la clé de déchiffrement. Cette incitation à payer valide le modèle économique des cybercriminels. » notait dans son rapport l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information.

En outre, le pire dans tout ceci, les cybercriminels ont adopté une nouvelle méthode pour contraindre certaines de leurs cibles qui s’avèrent récalcitrantes. En effet, ils n’hésitent plus à abuser du chantage pour être satisfait. Et ce chantage va consister à menacer leur victime de publier des informations confidentielles sur internet si ces derniers n’obtempèrent pas quant au paiement de la rançon exigée. Et malheureusement certaines entreprises ont déjà subi les coups de cette méthode déplorable. Nous pouvons dire que c’est dans ce contexte que l’ANSSI note ce dernier point : « Ces forts montants combinés au risque de divulgation de données internes en font le rançongiciel ayant le plus fort impact potentiel sur les entreprises et institutions », note l’ANSSI. ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage