La numérisation des industries et la question de la cybersécurité intelligente

La numérisation des industries est une question qui est abordée le plus souvent ces derniers temps.

En particulier à cause de l’explosion des attaques informatiques qui cible pour la plupart les système informatique et réseaux dans le monde entier. Car qui dit numérisation dit utilisation massive de solutions informatiques. Qui dit des solutions informatiques fait allusion à la sécurité.

L’industrie 4.0 est le projet partout dans le monde. L’objectif est de mettre au cœur de fonctionnement des entreprises industrielles de nouvelles technologies fondées sur l’internet des objets et l’intelligence artificielle.

Cet article va aussi vous intéresser : La numérisation de la justice et la question de sécurité avec le confinement

« Alors que le monde se connecte chaque jour un peu plus, les exigences en matière de sécurité prennent une toute nouvelle importance. Avec son avènement, l’industrie 4.0 n’échappe pas à cette règle ! Replacer la cybersécurité au cœur des enjeux stratégiques de l’industrie du futur.

L’IoT offre des perspectives florissantes pour tous les secteurs. Les domaines de la distribution, de l’agroalimentaire, de l’automobile ou encore de la logistique bénéficient ainsi des atouts de ce formidable accélérateur de transformation digitale. Même les villes, devenues « smart cities », profitent des avantages apportés par cette évolution. » explique le CTO/Directeur Technique de T-Systems France, François Baranger.

Cette adaptation fulgurante au niveau de la technologie n’est pas homogène dans le monde entier. En effet, certains pays peinent à s’adapter tels que la France au niveau de l’Internet des objets. Pourtant, les entreprises industrielles françaises affirmant qu’elles sont pleinement conscientes des avantages liés à ce processus de modernisation de leur système de production et de fonctionnement. Et ce retard malgré l’augmentation des investissements dans le secteur de l’Internet des objets. Par rapport à certains pays tels que la Corée du Sud ou l’Allemagne, les industries françaises sont nettement sous-équipées comme le précise le rapport du FIR.

« L’IoT ouvre pourtant la voie à une nouvelle ère, synonyme d’économie d’échelle, de hausse de la productivité, de rentabilité accrue et de capacité d’innovation supérieure. Elle crée de la valeur ajoutée grâce à un meilleur traitement des données, permettant à l’entreprise de développer de nouveaux produits et services répondant avec exactitude aux exigences de plus en plus personnalisées des clients. ».

Avec une connexion entre les machines et les objets, suivi d’une bonne numérisation, la révolution industrielle sera alors à son plus haut niveau. Cependant une telle connectivité même si elle présente plusieurs avantages, présente le risque de la sécurité informatique. Comme nous l’avons mentionné plus haut, le développement du numérique a aussi ses inconvénients. Ce sont les faits qui le disent et le dernier rapport de Kaspersky Lab le met en évidence. En effet on peut retenir que 40 % des système de contrôle industriel ont été touchés par des attaques informatiques seulement durant le premier semestre de 2018. C’est qui veut dire que l’enjeu n’est pas à négliger. En particulier dans une période où les programmes de rançon connais-tu une certaine progression, et les attaques fondées sur ces logiciels en pleine sophistication.

Un autre élément important, il faut compter plus de 30 milliards des capteurs qui seront déplacés à travers le monde. Et les 40 pourcents des données qui seront collectées viendront non seulement des véhicules mais aussi des machines industrielles. Selon General Electric, l’internet des objets dans le secteur industriel aura la valeur de 15000 milliards de dollars d’ici 2035. Ce qui démontre clairement l’intérêt qu’il y a à s’intéresser à ce domaine.

La numérisation accrue de l’Industrie l’exposé a davantage d’inconvénients. Des risques qu’il faut anticiper dès maintenant.

« Les réseaux industriels, contrairement aux réseaux informatiques, ont tendance à loger davantage de systèmes obsolètes ne pouvant être remplacés facilement et de logiciels ne pouvant être actualisés. La production ne pouvant être interrompue, cette interconnexion impose de prioriser et d’investir la sécurité informatique des environnements industriels. Nous avons pu observer les ravages causés par Stuxnet, Wannacry ou encore Petya. Les pirates exploitent de plus en plus ces vulnérabilités et les points faibles de la sécurité informatique, il ne faut pas donc pas sous-estimer cette menace et cartographier les risques associés pour s’en prémunir. » souligne François Baranger.

Cela se pose comme un impératif. Pour cela les cybercriminels sont à l’affut. La moindre négligence, la moindre erreur pourrait coûter très cher.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage