La problématique des applications de type « Fleeceware » et leurs conséquences dans la vie courante

Récemment, des experts de la sécurité informatique ont mené une étude sur l’impact des applications de surveillance dénommé communément « Fleeceware ».

Le résultat est sans appel, ces applications peuvent coûter énormément aux victimes et cela financièrement.

Cet article va aussi vous intéresser : Sécurité informatique : 25 applications retirée du PlayStore par Google

Il n’est pas rare que ce genre d’applications fasse la une de l’actualité. Cependant les personnes les plus touchées, les utilisateurs, par ce genre de logiciels sont généralement mal informés voir pas du tout sur la problématique. C’est dans cette optique, que les études sont régulièrement menées par les experts de la cybersécurité. C’est plus le cas de la société de cybersécurité Sophos et de ses experts.

Ce sont les spécialistes de l’entreprise de cybersécurité Sophos ont récemment publié le résultat de leurs études qu’il existe encore le Google PlayStore, beaucoup plus d’applications dont l’utilité pour ces éditeurs est de tromper les utilisateurs, et cela au détriment même des politiques et règles imposées par Google dans sa boutique officielle. Selon les experts, il y a encore 23 autres applications qui ont été découvertes.

On sait que durant le mois de juin dernier, le géant américain avait mis à jour ses règles et politiques de développement concernant les nouvelles directives pour pouvoir remédier à certaines lacunes. Malgré cela, les spécialistes de la sécurité informatique de Sophos ont fait le constat que beaucoup d’applications continuent de déroger à ces nouvelles règles. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils avaient encouragés les utilisateurs à s’en débarrasser de leurs smartphones le plus tôt possible.

« Les nouvelles règles publiées par Google sont conçues pour remédier à certaines formes de copie publicitaire trompeuse, mais elles comportent également des lacunes qui permettent d’autres comportements que certains pourraient considérer sans scrupules », a souligné le chercheur en sécurité Jagadeesh Chandraiah dans un article de blog sur la question.

Selon les explications de cet expert, certains éditeurs de logiciels ont tendance à utiliser une technique appelé l’« abonnement aveugle », qui se garde en majorité expliquer les détails de facturation utilisateurs de l’application. Et cela concerne généralement les abonnements aux spams, qui comme l’explique le spécialiste de Sophos, agit comme un « terrier de lapin ». De façon plus simple, une fois que les utilisateurs s’inscrivent, ils sont automatiquement abonnés à plusieurs autres applications sans avoir même conscience. Ce qui fait que ces dernières dépenses des milliers d’euros dans des applications « Fleeceware », sans qu’il ne s’en rende compte pendant bien longtemps, qui sont souvent liées les unes aux autres.

Google décrit la pratique en signifiant que ce genre d’offres à tendance à s’appuyer sur les essais gratuits, utilisateurs qu’ils seront automatiquement facturés à la fin de l’essai « Les éditeurs ne sont plus autorisés à le faire, mais certains essaient encore », a expliqué Chandraiah.

Pour les 23 applications découvertes par les chercheurs de la société de cybersécurité posant un problème, voici la liste :

com.photoconverter.fileconverter.jpegconverter

com.recoverydeleted.recoveryphoto.photobackup

com.screenrecorder.gamerecorder.screenrecording

com.photogridmixer.instagrid

com.compressvideo.videoextractor

com.smartsearch.imagessearchcom.emmcs.wallpapper

com.wallpaper.work.application

com.gametris.wallpaper.application

com.tell.shortvideocom.csxykk.fontmoji

com.video.magiciancom.el2020xstar.xstar

com.dev.palmistryastrology

com.dev.furturescopecom.fortunemirror

com.itools.prankcallfreelitecom.isocial.fakechatc

om.old.mecom.myreplica.celebritylikeme.pro

com.nineteen.pokeradar

com.pokemongo.ivgocalculator

com.hy.gscanner

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage