La santé de plus en plus menacée par le piratage informatique

Aujourd’hui, le secteur de la santé est fortement impliqué par les innovations informatiques.

Parce que pratiquement tous les aspects de la santé aujourd’hui nécessitent l’intervention d’un outil numérique. Cela a marqué l’essor de l’e-santé. de plus, la numérisation des données de santé a offert bon nombre d’avantages qui ont facilité non seulement la prise en charge des malades, mais aussi permis d’ouvrir une autre porte vers un univers plus accessible et plus ergonomique quant aux prises de soins.

Cet article peut vous intéresser aussi : Un groupe spécialisé dans l’hospitalisation privée a été attaqué par un ranciogiel

Cependant tout n’est pas rose et il est question très souvent de la sécurité de cet univers digital de la santé. Car les limites du monde numérique, comme on le sait, c’est le piratage.

Aujourd’hui la numérisation s’est étendue au vaste domaine de la santé, comme, on le disait précédemment. Dans les hôpitaux ou dans le cabinet privé, il n’est pas rare de voir différents services médicaux connecter directement au digital. Que ce soit des dossiers médicaux, des pacemakers, de la téléconsultation, ou encore les pompes à insuline, il est devenu aujourd’hui littéralement impossible des soigner avec autant d’efficacité sans un système informatique connecté. De ce fait, s’engager dans une lutte contre la cybercriminalité en particulier, le piratage de services médicaux relève de la santé publique.

Toutefois les risques de piratage en sont bel et bien réels et manifestes. Ils peuvent malheureusement prendre différentes formes. Cela peut être du hacking simple, de l’espionnage industriel ou du sabotage d’un programme médical ou encore d’atteinte aux données personnelles par une exploitation abusive des informations médicales des patients.

À titre d’exemple, en l’an 2016, un producteur de pompe à insuline connectée avait découvert une vulnérabilité sur son système, qui permettait à toute personne malveillante intercepter les informations émanant de la pompe en direction de la télécommande, et vice-versa, ce qui lui permettait de modifier les doses programmées ou prescrites à la pompe. Finalement le constructeur a dû laisser tomber l’idée de la télécommande, et se rabattre sur celle de la pompe manuelle. Car une telle faille de sécurité pourrait être très dangereuse pour les patients diabétiques.

En 2017 précisément, c’était le tour des appareils cardiaque les pacemakers. L’institution Américaine chargée de veiller et de réguler les médicaments avait signifié que certains stimulateurs cardiaques, des pacemakers était vulnérables à des attaques informatiques. Heureusement aucune victime n’a été observée à ce sujet. Cependant il était à noter que le risque existait bel et bien.

Les chercheurs en sécurité informatique ont notifié que les instruments de santé connectée sont plus vulnérables s’ils comportent des micros ou des caméras qui exige régulièrement la connexion à internet. Surtout qu’ils signifient que les véritables dangers proviennent les logiciels de santé qui sont souvent télécharger sur les téléphones portables, dont l’accès est plus facile au pirate informatique.

Quand bien même les risques liés aux attaques informatiques ne sont pas si énormes eu égard aux multitudes de bénéfices offert par la digitalisation du secteur de la santé, il faut inciter les autorités, les constructeurs et même les utilisateurs à la plus de vigilance.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage