L’augmentation croissante de l’utilisation des clés USB selon Digital Guardian

La société de sécurité informatique Digital Guardian a récemment procédé à une évaluation des différents risques de pertes de données sensibles, durant cette crise sanitaire dû au coronavirus.

L’analyse a été rapporté dans un document intitulé « DG Data Trends Report ». Une étude d’ampleur mondiale qui s’est appuyée sur des données générées par 200 organisations clientes de sont programmes de sécurité managé. Des données qui ont été anonymisées pour veiller à la confidentialité des informations. Plusieurs organisations appartement à divers d’activités, en particulier la production industrielle, les soins de santé et les services aux entreprises sans oublier les services financiers.

Cet article va aussi vous intéresser : 5 précautions pour protéger son ordinateur en télétravail

Les données ont été recueillies du 1er janvier au 15 Avril 20, ce qui se situe dans la période de pleine propagation de la maladie. Quant aux informations comparatives, Elles auront été récolté à partir du 1er janvier au 29 février 2020 c’est à dire la période d’avant explosion de la maladie. Une autre vague en récolter du 29 février au 15 avril, comprenant exactement la période où le coronavirus a pris une ampleur mondiale. Et si digital Guardian a pu procéder à une valise en partant de l’avant Covid-19 comme pandémie à pendant coronavirus. La société a alors faire une approche assez détaillée de la transition entre le système de travail classique au télétravail. L’étude des risques de perte des données sensibles auraient pu se faire au meilleur moment.

À la lisière de leur analyse, les spécialistes de Digital Guardian ont observé une pratique qui s’est véritablement généralisée. Tant au niveau des entreprises qu’au niveau des employés en télétravail. Il s’agit de l’usage massif des clés USB comme moyen de stockage par défaut. Que ce soit en tant que support de sauvegarde ou en tant que moyen de transfert des fichiers, l’extension de l’utilisation des clé USB clairement s’est fait sentir par les chercheurs. L’habitude a été observée chez les télétravailleurs et leur employeur. Selon la firme de cybersécurité, on peut compter plus de 123 % d’augmentation au niveau du volume de données de tout genre transférée sur les clés USB. Parmi ces informations 74 % ont été classifiées au regard politique DLP du DG Data Trends Report. Cependant, la surprise on est se n’arrête pas là. En effet les chercheurs de Digital Guardian ont remarqué avec inquiétudes que la clé USB, en plus du cloud, sont devenus des moyens de sorties privilégiées, des données informatiques, compilant en près de 89 % de la totalité des données. Et cela malgré le fait que le volume total des moyens de sortie de données (emails, cloud, USB, etc) a connu une augmentation de 80 %, durant le premier mois de l’annonce de l’effectivité de la pandémie du Covid-19 par l’Organisation mondiale de la santé.

Juste après que la pandémie a été officiellement déclaré par l’OMS, c’est-à-dire le 11 mars en dernier, les spécialistes de Digital Guardian, du service, du service Managed Detection & Response, les actes de cybermalveillance se sont multipliées à hauteur de 62 % au niveau des attaquants externes, ce qui correspond nettement à une augmentation de 54 % des enquêtes menées en réponse de plusieurs incidents détectés.

Bien sûr, on peut parler du problème de formation des employés des entreprises, qui constitue l’un des principaux inconvénients en matière de cybersécurité d’entreprise. Surtout si l’hygiène numérique de base a du mal à être respectée, c’est tout un protocole de sécurité qui est mis en mal, avec le système informatique de l’entreprise totalement exposé. Par contre si les collaborateurs arrivent à maîtriser ces gestes barrières en matière de sécurité informatique, cela pourra être une avancée non négligeable pour la protection des informations de l’entreprise. « Les professionnels de l’informatique et de la sécurité doivent accorder une attention particulière à la forte augmentation de l’utilisation des périphériques USB. En effet, ils accroissent le risque de perte de données sensibles en raison de leur portabilité et de la probabilité de les égarer ou de se les faire voler », pouvait-on dans le rapport de Digital Guardian. Un tel constat est du genre à interpeller. Pour les entreprises et autres organisations qui ont dû beaucoup plus mission la sécurité en interne et de manière virtuelle. Un autre moyen de cyberattaque s’offre directement aux pirates informatiques.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage