Le manque de discipline des télétravailleurs Français

À l’heure où le télétravail est devenue une pratique presque habituelle dans le secteur professionnel, les manquements ne cessent d’être observés.

Sur ce point, une étude a été mené par une société Israélienne spécialisée dans la cybersécurité du nom de CyberArk. Une étude qui a mis en lumière des pratiques peu recommandables des travailleurs d’origine française. Des comportements qui sont de nature à mettre en danger la sécurité même d’une chaîne de collaboration à distance.

Cet article va aussi vous intéresser : La sécurité des télétravailleurs, une priorité qui doit encore le rester

« Ordis pros utilisés pour les loisirs, ordis persos pour le boulot, mots de passe réutilisés… Dix minutes de streaming illégal sur votre ordi professionnel, et à la clé, des mois d’accès au réseau de l’entreprise pour un hacker… Ce risque est bien réel tant les Français, qui ont basculé en urgence dans le télétravail avec le confinement, ont pris de bien mauvaises habitudes informatiques » Écrivait Damien Licata Caruso, journaliste IT.

Selon les données recueillies par l’étude, seulement 56 % des Français qui ont basculé en télétravail ont reçu un ordinateur portable ou tout autres équipements informatiques sécurisées pour lui permettre de travailler à distance. Ce qui est nettement loin du standard aux États-Unis qui est à hauteur de 87 % pour le taux d’équipement des collaborateurs en matériels informatiques destinés au télétravail ou pour la Grande-Bretagne qui monte jusqu’à 90 %. Un tiers des salariés en télétravail utilise l’ordinateur destiné au travail pour des actes de loisirs, pour effectuer des courses en ligne, télécharger les devoirs pour leurs enfants.

En effet, 29 % des personnes interrogées ont admis avoir utilisé souvent l’équipement professionnel pour des activités personnelles à leur domicile. Ces problèmes liés au détournement de finalité des équipements ont l’air beaucoup plus français. En Allemagne par exemple, 84 % des employés ont montré qu’ils refusent de s’y adonner. Bien sûr, il faut compter sur les conséquences qui peuvent se révéler très dommageable pour l’entreprise sur de long termes. « Il y a déjà les risques classiques de « phishing » par e-mail ou de vols de mot de passe personnels mais les pirates peuvent aussi, à partir d’un site ou d’une application douteuse, installer un « keylogger » (un enregistreur des touches tapées) pour récupérer les identifiants professionnels d’un salarié », averti le Directeur avant-vente et services professionnels de CyberArk. Jean-Christophe Vitu.

Il suffit d’avoir craqué le point d’accès, pour permettre aux cybercriminels de s’introduire dans le système d’une entreprise. Ces accès peuvent varier entre la compromission d’un matériel professionnel encore d’une connexion mal protégée. Dans tous les cas, le danger est du côté de l’entreprise. Et cela s’explique par le fait, la majorité des employés interrogées (85%) ont confirmé qu’ils se sont connectés au moins une fois, sur le réseau de l’entreprise à distance, et cela avec leur appareil personnel. Généralement, les professionnels de la sécurité informatique ont tendance à qualifier cette situation d’une augmentation de la surface d’attaque. Car les outils utilisés ne sont majoritairement pas compatibles avec la politique de sécurité définie par les entreprises au par les experts de la sécurité. Ce qui n’est pas de nature à faciliter leur travail.

Le point positif dans tout cela, c’est l’utilisation de réseau VPN par près de 62 % des employés français. Situation qu’il faut l’avouer, limite a grandement les potentiels dégâts, avec la sécurisation plus ou moins importante des connexions à distance. « Mais mêmes les entreprises qui ont pris le temps d’installer des VPN sur les postes de leurs salariés ont été la cible des cyberattaques » rappelle Jean-Christophe Vitu. Comme pour dire que ce n’est pas encore assez. Et la cause de cette vulnérabilité serait en grande partie la mauvaise manie, des employés de réutiliser des mots de passe déjà utilisés pour d’autres comptes. Et cela a été confirmé par 89 % des employés sondés. Ces derniers ont bel et bien reconnu utilisé le même mot de passe pour différents comptes et pour différents appareils. Ce qui signifie, qu’il suffit que le cybercriminel arrive à pirater un seul compte pour avoir accès à tous les autres sans oublier les appareils qui sont protégés par le même mot de passe.

Selon une étude emmené par la firme de cybersécurité Sophos, une très grande partie des entreprises françaises ont noté et que la cause des attaques au rançongiciels depuis le début de l’année était en grande partie dû à la récupération des mots de passe d’un employé, utilisé  en conséquence, par les cybermalveillants pour accéder au système informatique de l’entreprise et mener leurs opérations.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage