Les fondamentaux de la sécurité cloud

Peu importe le type d’entreprise, peu importe le secteur d’activité, de nos jours, l’un des fondamentaux pour réussir à évoluer dans le milieu est d’avoir une très bonne sécurité informatique.

Toutes les initiatives des organisations qu’elles soient publiques ou privées doit se fonder sur des questions de cybersécurité. Dans le secteur du Cloud, suite à un engouement qui continue de grandir, la question de la cybersécurité s’impose bien plus qu’avant. La croissance des entreprises aujourd’hui qui ont décidé de basculer vers le cloud computing dépend en grande partie de la sécurité de cet environnement.

Cet article va aussi vous intéresser : Sécurité du Cloud : automatiser les tâches pour prévenir la fatigue des professionnels

Pour être en mesure de répondre aux différents besoins des équipes DevOps et ces différentes exigences de l’environnement du Cloud, les organisations doivent se protéger. « Pour répondre aux besoins des équipes DevOps et des multiples environnements cloud que les entreprises doivent protéger, une plateforme unifiée capable d’automatiser les contrôles de sécurité et la conformité des hôtes et des conteneurs, indépendamment du fournisseur de service cloud (CSP) ou du modèle de déploiement utilisé, est indispensable. », souligne David Puzas, Chef de produit principal, sécurité cloud chez CrowdStrike.

Pour être en mesure d’atteindre cet objectif de manière efficiente, 3 procédures doivent être respectées par les entreprises.

1 – La mise en place d’une plateforme de sécurité cloud native

Comme on le sait, sur le Cloud les mesures de protection et de sécurisation habituelles ne sont pas vraiment efficaces. Cela se comprend car elles ne le sont pas développées pour s’adapter à un environnement assez complexes et dynamiques. Dans ce contexte la visibilité s’en trouve réduite

« Relever les défis actuels de cybersécurité en utilisant des solutions hétérogènes représente une mission impossible pour les équipes de sécurité qui cherchent à rester en phase avec la réalité d’un monde conçu pour le cloud. À mesure que ces différents produits affichent leurs limites, les entreprises se voient dans l’obligation de déployer des approches ad hoc pour éliminer les angles morts et pallier le manque d’intégration.

Pour remédier à ce manque de visibilité, les entreprises modernes ont besoin d’une plateforme de sécurité « cloud-native » — en d’autres termes, d’une solution unifiée capable d’assurer une visibilité optimale du nombre sans cesse croissant de conteneurs et micro services qu’elles doivent protéger. Dotées d’une visibilité panoramique et d’une capacité de découverte permanente des charges de travail, ces plateformes facilitent l’identification des vulnérabilités et, à terme, aident les équipes DevOps à incorporer la sécurité dans les flux de travail d’intégration continue (CI) et de déploiement continu (CD) de sorte que les problèmes puissent être résolus avant l’entrée en production. » note David Puzas. Ajoute ce dernier

 « Pour être vraiment efficace, la sécurité informatique doit suivre le rythme imposé par le DevOps et être opérationnelle dans n’importe quel cloud, l’objectif étant de maintenir le niveau de protection et de visibilité lorsque les charges de travail se déplacent. Nous vivons dans un monde multicloud, et les solutions de sécurité doivent s’y adapter. ».

2- L’automatisation

Dans l’environnement Cloud, les changements font partie intégrante de secteur. Et cela à très grande vitesse. Par exemple, très rapidement de nouveaux services sont activés pour répondre à des besoins pressants. Ce dynamisme est propre au secteur du Cloud. Mais si ces différents Services peuvent être utile d’une certaine manière à l’évolution de l’environnement cloud par des mises à jour régulières et précises, il faudrait que les entreprises sachent exactement quelles sont les applications qu’elles doivent exécuter au moment où il le faut. C’est d’ailleurs cet aspect qui demande l’utilisation d’outils de gestion automatique pour faciliter la surveillance et réduire au maximum le ralentissement des services.

3- L’intégration de la sécurité dans les processus d’intégration/déploiement en continu

Selon David Puzas, cela « améliore donc le niveau de protection en permettant une approche en amont de type « shift-left ». L’automatisation orchestre la sécurité en permettant de parer les vulnérabilités et de limiter les risques de sécurité avec une plus grande efficacité dès le début du cycle de développement, tout en prenant garde à empêcher l’introduction de failles de sécurité via des modèles d’infrastructure en tant que code (IaC). ».

Selon une enquête réalisée par le cabinet IDC auprès de 300 professionnels, responsable de sécurité de système d’information, 67 % pense que la mauvaise configuration de sécurité dans les environnements de production est un souci à résoudre en priorité. En rendant ici automatique la découverte des risques informatiques et des failles de sécurité, les erreurs de configuration sont automatiquement réduites.

« Grâce à l’automatisation, la sécurité n’est plus une menace pour les développeurs. A contrario, l’automatisation réduit la complexité et accélère les déploiements en faisant en sorte que les entreprises disposent de la visibilité et de la protection qu’elles requièrent. » ajoute David Puzas.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage