L’Inde projette de faire un audit de sécurité de WhatsApp

Les autorités de l’Inde ont émis la volonté de faire un audit de sécurité des systèmes du réseau social WhatsApp, après qu’il y a eu une série de piratage informatique et la révélation de l’existence d’un programme malveillant qui profiterait des vulnérabilités de l’application pour exploiter les données de ses utilisateurs.

Cette annonce a été fait par le ministre en charge de la technologie du pays. Apparemment une équipe en charge de l’informatique indienne d’urgence connu sous le sigle de CERT-In « a demandé le 9 novembre 2019 la soumission d’informations à WhatsApp, notamment la nécessité de procéder à un audit et à une inspection des systèmes et processus de sécurité de WhatsApp. » a signifié Ravi Shankar Prasad au Parlement dans son communiqué.

Cet article va aussi vous intéresser : WhatsApp : une nouvelle vulnérabilité a été découverte

De son côté le réseau social n’a pas fait de commentaire sur le sujet. On sait que durant le mois dernier, la messagerie électronique avait intenté une action en justice contre une société israélienne dont la spécialité était la surveillance et la production de logiciel espion dénommé NSO group. WhatsApp avait accusé cette société d’aider ses clients à s’introduire dans les terminaux de plus de 400 utilisateurs du réseau social repartis à travers les 4 continents. Les personnes qui étaient ciblées par les différents piratages que déplorait WhatsApp sont composés notamment de diplomates, deux journalistes, de dissidents politiques, encore de responsables militaires et gouvernementaux. Il était au nombre exactement de 121 personnes, parmi les personnes qui sont supposées être affectées par les logiciels espions Pegasus de la société israélienne.

À titre de rappel, il faut noter que l’Inde est le plus gros marché du réseau social avec plus de 400 millions d’utilisateurs, selon 2 sources provenant de l’agence de presse Reuters.

WhatsApp a été interrogé par l’autorité de l’Internet indien qui a demandé au réseau social des clarifications supplémentaires auquel ce dernier a bien voulu se soumettre. Par ailleurs l’agence indienne a aussi interrogé le groupe israélien signification relative à son programme d’espion et son véritable impact sur la population indienne. Comme à l’accoutumée, la société israélienne a toujours nier vendre ces logiciel à n’importe qui. Elle assure Se limiter qu’aux gouvernements.

Selon le ministre chargé de la technologie, les dirigeants de WhatsApp n’ont mentionné à aucun moment un logiciel espion lors de leur échange avec les responsables du ministère. Par ailleurs, le réseau social avait informé l’agence indienne de l’Internet relativement à une attaque informatique qui aurait survenu durant le mois de Mai au cours duquel, le réseau social avait identifié et même corrigé une « vulnérabilité permettant à un attaquant d’insérer et d’exécuter du code sur des appareils mobiles. », a noté le ministre.

De leur côté les différentes victimes de piratage informatique via le logiciel de la société israélienne ont exigé de la part du gouvernement de rendre publics, l’application de la NSO group dans cette affaire.

Toutefois on ne sait pas jusqu’à présent quel est l’objectif principal de l’autorité indienne de l’Internet dans cette chasse aux sorcières ?

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage