Quand le piratage éthique devient une solution ingénieuse de protection de l’entreprise

La cybercriminalité est aujourd’hui l’une des facettes du numérique qui mobilise le plus de ressources dans nos entreprises.

Cette menace ne fait que s’accroître chaque année et les entreprises de leur côté font de leur mieux pour lutter contre ce fléau. Parmi les différents méthodes employées pour se protéger contre cette forme nouvelle de criminalité, on parle régulièrement de piratage éthique. Ce procédé inattendu est un moyen efficace aujourd’hui qui permet de corriger pas mal de failles de sécurité.

Cet article va aussi vous intéresser : La question sur la cybersécurité en entreprise n’est toujours pas résolue

L’idée est venue de trouver un moyen efficace pour être en mesure de contrer les attaques informatiques qui se multiplient de plus en plus. En tirant donc des leçons de les échecs du passé, les professionnels chargés de la sécurité des systèmes informatiques ont développé cette approche nouvelle assez originale pour établir le bouclier de défense. une approche qui part désormais des failles de sécurité, contrairement à l’ancien système qui avait en tête de bâtir des boucliers de défense.

Malgré ce que tout le monde croit, les pirates informatiques ne sont pas tous des criminels. Ils ne violent pas toujours les lois, et ne visent pas forcément à causer seulement que des dégâts. Depuis un certain moment maintenant une nouvelle forme de piratage a commencé a commencé à s’épanouir de plus en plus dans le milieu des entreprises. C’est bien sur le piratage dit éthique.

Le principe du piratage éthique très simple : « l’idée est de recourir à des professionnels externes à l’entreprise, recrutés pour l’attaquer de manière délibérée. Ceux-ci tentent systématiquement de pénétrer dans les réseaux, applications, appareils ou autres cibles de leur système informatique, afin d’en détecter les principales failles de sécurité. Une fois trouvées, ces dernières sont signalées au propriétaire de la ressource afin d’être corrigées. » explique Tim Bandos, Vice Président de la cybersécurité chez Digital Guardian. si du point de vue technique, les pirates éthiques utilisent les mêmes méthodes ou encore la même stratégie que les pirates criminels, il faut nuancer ces deux catégories de hackers. En effet le premier à toujours l’accord de la cible à pirater. c’est-à-dire que les entreprises les engagent expressément pour qu’ils réussissent à pénétrer leur système. C’est alors suite à leur exploit, que « des correctif de sécurité seront produits dans l’optique de combler des failles découvertes. ». ils signalent toutes leurs constatations et les vulnérabilités détectées à l’entreprise, pour qu’elle y remédie. Enfin, ils veillent à ce que la confidentialité de l’organisation et de ses employés soit respectée tout au long du processus. » expliquait Tim Bandos.

Plusieurs entreprises ont décidé d’utiliser aujourd’hui ce procédé pour découvrir non seulement les failles de sécurité présentes dans leur système, aussi construire une stratégie de défense contre les intrusions extérieures. Tim Bandits disait à ce propos : « Alors que le volume et la variété des menaces continuent de croître, de nombreuses entreprises ont recours aux services de pirates informatiques éthiques afin de s’évaluer elles-mêmes avant que quelqu’un aux intentions plus malveillantes ne le fasse. ».

Les avantages de ce procédé sont indéniable et les résultats en matière de cybersécurité des entreprises meilleur. Cependant il ne faut pas dormir sur ses lauriers car aucun procédé n’est infaillible. Aussi chaque entreprise a droit de son côté, de faire son analyse et déterminer si dans la condition dans laquelle elle se trouve correspond à l’usage du piratage éthique.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage