L’utilisation d’un groupe WhatsApp pour l’extension des activités de cybercriminalité

On peut être convaincu d’une chose aujourd’hui, la cybercriminalité est devenue très couvrante.

Nos habitudes en sont imprégnées sans même que nous nous en rendions compte. Tous les jours des systèmes informatiques à travers le monde sont attaqués. En Afrique, le Sénégal se positionne comme étant le 5e pays qui subit le plus des attaques informatiques. Il est d’ailleurs 71e au niveau mondial, comme cela a été révélé ce vendredi à la capitale de l’État africain, Adjeoua Haikreo, par le directeur de la 4ITSEC-AFRICA.

Cet article va aussi vous intéresser : Un site internet spécialement dédié au bug de sécurité de WhatsApp

Les principales cibles aujourd’hui des cybercriminels sont notamment les petites et moyennes entreprises et les petites et moyennes industries, le précise M. Haikreo. Ce dernier précise que la tactique la plus utilisée par les cybercriminels dans ce contexte et l’utilisation de mails pouvant provenir hors des frontières de l’État ou même de l’Afrique. Par ailleurs les groupes de la plus célèbre des messageries, WhatsApp est beaucoup usitée dans cette stratégie de cybermalveillance.

C’est dans ce contexte, que M. Haikreo, d’ailleurs l’enseignant-chercheur à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, pose la nécessité de suivre de près la PME et la PMI, afin qu’il puisse s’approprier davantage les différentes pratiques et politiques liées à la sécurité informatique au Sénégal.

Le spécialiste s’est même exprimé lors du lancement de « octobre cyber » sur la question. Notons par ailleurs que « Octobre Cyber » et un événement de portée mondiale destiné à la sensibilisation et à l’organisation des mesures portant sur la sécurité informatique, la protection des utilisateurs et des entreprises. Notre expert a profité de l’occasion pour interpeller les différents acteurs à se conformer à la politique de l’État en matière de cybersécurité. D’être assez assidus à l’application de certaines mesures et politique en la matière. Effectivement il faut noter que le Sénégal, a mis en place le PSSI-ES pour Plan de Sécurité des Systèmes d’Information. Une politique qui a pour objectif de lutter au mieux contre la cybercriminalité et de prévenir les attaques Informatique. Selon un média local, M. Haikreo atténue à inviter les entreprises privées en particulier les PME et les PMI : « qui ne disposent pas souvent de Direction de Système de Sécurité et de système d’Information (DSSI) », à avoir dans leur effectif, une personne chargée spécifiquement de la sécurité informatique, en clair un RSSI (responsable de sécurité de système d’information) comme on le dit dans le jargon. « Parce que c’est comme ça que nous pouvons mieux comprendre le phénomène ».

Il recommande par ailleurs au société de procéder à des audits réguliers de leur système informatique et de leur protocole de sécurité. Ce genre de procédure leur permettra facilement de faire un état des lieux de l’efficacité de leurs protections en temps réel. Ils pourront ainsi savoir ce qu’il faudra améliorer. En cas d’intrusion, les entreprises sauront dorénavant comment procéder pour éviter que cela ne se reproduise et surtout « savoir ce qui a été fait et d’où est-ce que ça vient » signifie M. Haikreo. Ce dernier n’a pas manqué de rappeler, qu’il faudrait signaler tout type d’incident de nature informatique, pouvant avoir une quelconque lien avec la cybercriminalité.

Cela permettra aux autorités d’engager les procédures nécessaires pour que certains faits ne se reproduisent plus. « Il faudrait qu’on arrive à recenser toutes ces attaques pour que nos PME/PMI ainsi que nos autorités ne tombent pas dans ces pièges » déclare l’expert. Il profite de ce fait pour féliciter le gouvernement sénégalais de l’ensemble des efforts déployés dans le domaine de la cybercriminalité. Il pleut cependant pour la création d’une commission de suivi évaluation pour la mise en place effective et pour le respect de Plan de Sécurité des Systèmes d’Information. « On dit que la sécurité avance très vite. Il nous faut, nous aussi, avancer un peu plus vite que ça. Mais sans se précipiter, si l’on veut atteindre les objectifs qu’on s’est fixés », souligne Adjeoua Haikreo. En outre, il plaide pour la création d’une autre agence chargée de la cybersécurité, dont la fonction sera dépôt les au mieux la commission nationale de cybersécurité dans la gestion des cyberattaques. En particulier celles provenant de l’Internet. Une initiative à prendre en considération vu les circonstances.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage