Microsoft veut se débarrasser des mises à jour de Windows 10 qui perturbent son système d’exploitation

L’objectif est de faire éviter aux entreprises plusieurs autres difficultés qui pourraient être liées à la mise à jour.

La semaine dernière, le géant américain Microsoft avec dévoiler une fonctionnalité d’un nom de « Known Issue Rollback » qui permettait aux administrateurs IT la possibilité d’annuler des processus de mise à jour qui entre pas dans le cadre des correctifs de sécurité si cela pose un problème.

Cet article va aussi vous intéresser : Les pirates informatiques proposent de revendre les codes sources piratés à Microsoft

De façon pratique, il n’est pas rare que les mises à jour proposées par Microsoft sur Windows 10 soient souvent de nature à agacer. Avec la nouvelle fonctionnalité que propose le géant de Redmond, le professionnel du secteur de l’IT vont se voir beaucoup aider. De la sorte lorsqu’une mise à jour ne semble pas nécessaire ou utile, les administrateurs auront la possibilité de revenir à l’avant mise à jour des l’instant où cela posera des perturbations opérationnelles. Bien sûr, cette fonctionnalité ne concerne pas les correctifs de sécurité.

La partie de ce nouveau déploiement, le géant de Redmond ne vas plus forcer sa clientèle à accepter les changements qui sont souvent inclus dans ces mises à jour qui parfois sont imparfaite sur le plan opérationnel. « Même si la qualité s’est améliorée au cours des cinq dernières années, nous reconnaissons que parfois les choses peuvent mal tourner et qu’elles tournent mal », a signifié dans un accès de sincérité la responsable principale du programme, bienvenue Namrata Bachwani, dans une vidéo postée le 2 mars lors de la conférence virtuelle Ignite de la firme de Redmond.

« Jusqu’à présent, c’était du tout ou rien, il fallait soit installer la totalité de la mise à jour pour profiter des correctifs, mais en assumer aussi les problèmes, soit il fallait tout ignorer », a noté Mme Bachwani. « L’administrateur pouvait choisir de ne pas installer la mise à jour parce qu’il avait entendu dire qu’elle provoquait un problème, ou il pouvait la désinstaller s’il constatait un problème, et par voie de conséquence, ne profitait plus de tous les autres correctifs du paquet, des modifications intéressantes ou celles dont il pouvait avoir besoin », a-t-elle poursuivit cette dernière.

Les administrateurs connaissent très bien cette situation que présente Madame Bachwani. Ces derniers n’ont jamais pu être en phase avec cette manière de Microsoft à de regrouper tout les correctifs du système d’exploitation. Les obligeant ainsi à les accepter alors que certains n’étaient même pas utile pour eux-mêmes. Cela contrairement aux anciennes version du système d’exploitation, où les mises à jour étaient offerte à part Microsoft différemment de façon distincte et séparé. Cette situation a révolté plus d’un. En effet, ces derniers voyant cela la méthode « à prendre ou à laisser » de Microsoft, les acceptant souvent à contrecœur n’ayant pas d’alternatives.

Aujourd’hui, il semble alors que Microsoft a écouté les plaintes. « Nous vous avons écouté et nous avons trouvé une façon de gérer ce genre de scénario de manière ciblée et non destructive », a affirmé Mme Bachwani.

La nouvelle fonctionnalité « Known Issue Rollback », est prise en charge dans de la version 2004 de Windows 10 également connu sous le nom de 20H1. Les administrateurs ont dans cette version, la possibilité d’annuler près de 80 % des changements apportés par une mise à jour non désirée. Mais cela n’est pas le cas pour toutes les versions. En l’occurrence il s’agit de celle de 1809 et 1909. Pour ce qui concerne ces dernières, la fonctionnalité n’est prise en charge que partiellement.

« Si un correctif provoque un problème sérieux, les services hébergés par Azure et Windows travaillent en tandem pour mettre à jour cette politique sur le dispositif et désactiver le correctif problématique », souligne M. Vernon, le responsable principal du programme.

Lorsqu’il s’agit des petites entreprises ou encore dans le cadre du grand public, Microsoft se charge elle-même de gérer cette fonctionnalité. À ce propos, M. Vernon déclare : « Le changement de configuration est effectué par nos soins dans le cloud (…) Les appareils connectés à Windows Update ou à Windows Update for Business sont informés de ce changement et il prend effet au prochain redémarrage »

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage