Quand des gendarmes refusent d’installer McAfee à cause de son lien avec Microsoft

Il y a 7 ans de cela, des gendarmes refusaient de s’équiper des solutions antivirus de géant américain McAfee.

Ils estimaient que l’éditeur était trop lié au géant de Redmond, Microsoft. Ce refus leur a permis de faire la découverte qui fait aujourd’hui leur bonheur. Cet éditeur est ESET. Prouvant ainsi que cela est totalement possible de se passer des GAFAM.

Cet article va aussi vous intéresser : La firme de cybersécurité McAfee intente une action en justice pour détournement secrets commerciaux contre ses anciens employés

En effet, les gendarmes ont réussi à installer l’antivirus de l’éditeur européen sur près de 88 000 postes de travail. Jusqu’à présent le résultat est plus que satisfaisant pour ces derniers. Heureusement, cela se passe comme prévu car, si le résultat observé aujourd’hui était contraire à ce qui devait être, cela aurait créé beaucoup de remous surtout qu’il y a 7 ans, Bernard Pappalardo, le chef du service des technologies de l’Intérieur d’alors, refusé d’installer l’ensemble du package de McAfee déjà acheté par l’administration publique. À la base le refus était lié à la peur de devoir acheter des nouvelles licences Microsoft en utilisant l’éditeur américain jugé trop proche de la firme de Redmond. Surtout que la politique du moment était beaucoup plus centré sur l’informatique libre.

« Depuis de nombreuses années, la Gendarmerie a essayé de s’affranchir de ce type de dépendance et de promouvoir le logiciel libre pour son système d’information (postes de travail et serveurs) », souligne à ce moment l’officier général dans le courrier qui fut dévoilé par le site spécialisé Numerama. « C’est pourquoi elle ne déploiera pas la solution retenue à l’Ugap pour la protection de ses postes de travail et a lancé une consultation préalable relative à l’acquisition d’une solution antivirale comprenant obligatoirement une console d’administration sous Linux. », pouvait-on lire dans on le dit courrier.

De façon, brève disons que cela a donné 3 ans aux gendarmes pour trouver une alternative à Microsoft, dans le cas contraire leur petite sécession n’aura servi à rien. Surtout quand on sait que cette action n’a pas été véritablement facile. La nécessité d’équiper les postes de travail des gendarmes en antivirus était avant tout prégnante. Et cela a pris presque 3 ans pour leur permettre de s’organiser de la sorte. C’est grâce au chef d’escadron Olivier Mari, en 2016 que l’idée fut finalement donnée utiliser la solution de sécurité ESET. Une solution qu’il découvre lors de sa visite du forum international dédié à la cybersécurité. Il faut noter par ailleurs que ce salon a été organisé par les gendarmes de Lille. Observant la compatibilité avec le parc informatique de l’armée, il opte automatiquement pour cette solution.

Dans la quête de l’Informatique, il faut signifier que 90 % des postes informatiques utilisés par la gendarmerie tourne sous Linux, un système d’exploitation libre. Il faut aussi préciser que la gendarmerie possède sa propre distribution maison, dénommée, GendBuntu, qui fait clairement sa fierté. Cependant, il y a presque 8 000 ordinateurs qui continue de tourner sous Windows. Ces ordinateurs qui sont principalement adressés au cadre de la gendarmerie et aux responsables directs continuent d’utiliser le système d’exploitation de Microsoft dans le but de faciliter les échanges entre ministère, sans oublier qu’ils utilisent souvent des logiciels qui ne sont pas disponibles en version Open Source. Ces terminaux en particulier seront protégés par l’antivirus McAfee.

En 2018, Arnaud Le Grignou, le chef d’escadron, lors d’un atelier organisé aux Assises de la sécurité, un salon annuel de sécurité informatique s’exprimait sur la question. Il signifie que dès le départ plusieurs soucis ont été rencontrés. En particulier avec les terminaux du PJGN. Mais cela a permis de corriger plusieurs imperfections avec le temps, pour aboutir peu à peu à une version stable, où il sera plus facile d’installer et de désinstaller une application de sécurité. « Une fois le prototype validé avec Eset, nous avons travaillé sur le projet pendant deux mois pour un déploiement en quelques jours (…) Nous avons à cœur d’avoir des solutions souveraines, Le jour où on ne sera plus en phase avec la solution Eset, on pourra la désinstaller facilement. », explique le chef d’escadron, Arnaud Le Grignou.

Cela interpelle notamment les autorités françaises sur la région de problématiques liées à la gestion de données médicales sur les serveurs cloud en de Microsoft.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage