Sécurité informatique, la problématique des banques en ligne et la protection des usagers

Les services bancaires se sont des plus en plus dématérialisés ces dernières années.

La notion de banque en ligne n’est plus quelque chose d’extravagant et pratiquement tout le monde a déjà utilisé ne serait-ce qu’une fois un service bancaire en ligne. Si cela rend plus fluide et simple des transactions financières, il n’en demeure pas moins que la question de la sécurité reste quand même une problématique difficile à résoudre. En effet comme tout autre service en ligne, l’intérêt pour les pirates informatiques est assez probant. Ces derniers n’hésitent pas à s’en prendre à ces services numériques, s’ils sont sûr que cela leur rapportera quelque chose de considérable en terme de gain. Et cela va de bon train.

Cet article va aussi vous intéresser : Desjardins : le vol de données ne concernait pas seulement la banque Canadienne

Les banques sont tournées vers aujourd’hui l’externalisation et le Cloud. L’objectif est tout simplement de pouvoir attirer de nouveaux clients et d’exécuter leur service à travers les outils adéquats pour le moment. « Pour promouvoir leurs produits tout en se rapprochant de leurs clients et pour séduire de nouvelle clientèle, les banques priorisent les services qui se tournent vers l’externalisation et le Cloud. Elles sont exposées à divers problèmes ouvrant des failles et occasionnant des vulnérabilités que recherchent les pirates. » constate ainsi la Banque Centrale Européenne. Selon cette dernière, les entreprises financières vont investir chaque année des millions d’euros au niveau des services numériques.

Les défis auxquels devront se confronter les institutions financières seront de deux ordres : économique et sécuritaire. Sur le plan économique, il faudrait envisager différents plans financiers et politiques se dirigeant vers la soutenabilité de la dette. Le modèle économique des banques vont bien inciter de plus en plus de concurrence. Ce qui pourrait conduire soit à une explosion du secteur bancaire au niveau de la croissance économique, soit à une récession due à des nombreuses pertes non calculés. Sur le plan sécuritaire, il faut noter clairement que les risques engendrées par cette évolution du secteur bancaire, évolution qui risque de continuer encore longtemps, sont énormes. Ils faudrait s’attendre alors à une recrudescence des attaques informatiques à destination des banques en ligne ou tout autre structure qui use des services numériques à des fins financiers.

Dans ce contexte, la Banque centrale européenne recommande que l’ensemble des banques situées dans la zone Euro, œuvrent de commun accord pour mettre en place une politique sécuritaire visant à protéger non seulement les données de leurs usagers et les clients. Car le risque cybernétique est bel et bien une réalité. Les attaques informatiques subies par des institutions financières aux États-Unis qui était très importantes d’ailleurs, notamment celle de Capital One qui a débouché sur la fuite de données de centaines de millions de clients, et des péripéties des institutions financières canadiennes, constitue des exemples qui ne cessent d’interpeller sur la fragilité les systèmes utilisés par les banques. « Les banques doivent être conscientes des risques et appliquer une bonne gouvernance de gestion et de sécurité de données », a noté, de son côté, un responsable de la BCE. « Elles s’exposent à la cybercriminalité et aux carences informatiques opérationnelles », Ajoute la BCE. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle a décidé de mener une série d’inspection sur les sites appartenant aux différentes institutions financières.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage