Archives par mot-clé : méthode

Zero Trust : tout passe par une méthode d’authentification forte

Depuis un certain moment, le concept du Zero Trust et en pleine application dans toute l’Europe.

Ce n’est plus une théorie ou une simple idée exprimée par un professionnel. Il est devenu presque une obligation pour toutes les organisations qui cherchent jusqu’à présent à améliorer leur sécurité informatique. Avec la pandémie à coronavirus, le besoin de se renforcer sur le plan informatique sécuritaire s’est d’une certaine manière imposée à l’ensemble des entreprises privées et collectivités publiques.

Cet article va aussi vous intéresser : L’authentification à double facteurs sous-évaluée dans 3 pays européens

Le Zero Trust exprime une situation ou peu importe la qualité des outils que vous utilisez en matière informatique, tout type de confiance doit être exclue lorsqu’on évoque la question de sécurité informatique. Pour déployer cette mesure dit de zéro confiance, il est nécessaire de commencer par les bases. En particulier l’authentification. L’authentification fait partie généralement des premiers points essentiels lorsqu’on veut déployer une bonne stratégie de cybersécurité. Avec le télétravail qui s’est répandue à cause de la pandémie à coronavirus, le besoin de pouvoir accéder à un système informatique à distance s’est accru. Créant de la sorte, énormément de vecteurs de cyberattaques.

À ce propos, Laurent Nezot, Directeur des ventes chez Yubico, une société spécialisée dans la fourniture de solutions et des services informatiques déclare : « En Europe, le modèle Zero Trust est passé du concept à la réalité pour de nombreuses entreprises au cours de l’année 2020, puis s’est accéléré en 2021. Le COVID-19 a précipité la disparition des modèles de sécurité traditionnels dans le but de prévenir les compromissions de données et pour atténuer le risque d’attaques de la supply chain. Dans ce contexte, alors que les organisations s’efforcent de protéger les données et les infrastructures à l’ère du cloud et du travail à distance, l’authentification forte devrait être au cœur de ces modèles Zero Trust. ». Il ajoute par ailleurs : « Le modèle Zero Trust repose sur le principe selon lequel les organisations doivent fréquemment rétablir la confiance avec les utilisateurs et les appareils qui tentent d’accéder à l’information. C’est une rupture majeure avec le modèle de protection périmétrique dans lequel il est réputé difficile d’accéder de l’extérieur, mais dont tous les membres à l’intérieur sont implicitement dignes de confiance. Cette approche traditionnelle de la sécurité des réseaux informatiques contribue à la fréquence et à l’impact des événements de sécurité ; en fait, ce modèle est inefficace dans la plupart des cas d’utilisation. ».

Alors, légitimement on peut s’interroger de savoir dans quelle mesure l’authentification forte se présente comme nécessaire pour une meilleure application du Zero Trust.

En observant l’évolution des incidents de sécurité, on a pu aisément constaté que la majorité des problèmes dans une grande partie des protocoles d’authentification. Vu que les accès à distance se sont multipliées, il faut être sûr à 100 % de l’identité de la personne qui cherche par exemple à se connecter à un système informatique. Au-delà de tout, les outils informatiques utilisés pour ses accès doivent répondre à un minimum d’exigence sécuritaire. En d’autres termes, si on veut appliquer une bonne procédure de type zéro confiance, il a plus que nécessaire que les utilisateurs fassent preuve d’authentification de leur identité à chaque fois qu’ils décident de se connecter et ce de manière très fréquente. Pourquoi une telle exigence au détriment même de l’ergonomie ? Tout simplement à cause de la faiblesse que représente le mot de passe en terme d’authentification. En d’autres termes le mot de passe ne suffit plus. Car les attaques informatiques deviennent de plus en plus sophistiquées.

« Avec le modèle Zero Trust, il est impératif d’établir une preuve d’identité solide. Chaque utilisateur tentant d’accéder aux données doit être authentifié, et chaque appareil doit répondre à des exigences minimales de sécurité et de fiabilité, même s’il s’agit d’éléments connus. Une méthode efficace implique que les utilisateurs se ré-authentifient plus fréquemment. De plus, il faut d’abord considérer la façon dont ces derniers prouvent leur identité et quel niveau de confiance peut être donné à cette preuve. Une chose est sûre, les mots de passe seuls ne sont pas assez forts face aux techniques que les attaquants emploient actuellement. Ils ne sont pas non plus particulièrement pratiques lorsqu’il faut intégrer les exigences de stockage, de longueur, de complexité et de renouvellement. », Laurent Nezot.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Phishing / Hameçonnage : Que savez vous exactement ?

L’hameçonnage ou phishing est une méthode utilisée par les pirates informatiques dans le but de récolter des informations personnelles de la part des internautes le plus souvent avec leur consentement.

Cette pratique rentre dans la catégorie des actes de cybercriminalité les plus utilisé au monde. Par conséquent, il y a de fortes chances que vous, utilisateur des services numériques, vous ayez été soit victime de phishing, soit victime d’une tentative.

En effet, la majorité des campagnes de piratage informatique implique que l’utilisation de l’hameçonnage.  Comme nous l’avons dit plus haut l’objectif est de récolter des données personnelles. Mais contrairement à plusieurs types d’actes de cybermalveillance, ici les pirates informatiques ne volent pas cette donnée. Ce sont les utilisateurs qui les leur donnent.

Comment fonctionne le phishing ?

Pour faire plus simple, le phishing n’est pas réellement du piratage informatique. Si on veut prendre dans le sens le plus simple on dira que c’est une manipulation une sorte d’arnaque. En effet, les opérateurs d’hameçonnage en tendance à plutôt poser l’utilisateur à fournir les données nécessaires qu’à les prendre de force. Comment s’y prennent-ils ? De la manière la plus simple mais efficace le jour. Et cela en 3 étapes simples

1 –  En tant que utilisateurs de smartphone au d’ordinateur, vous avez déjà reçu des messages de nature promotionnel où vous invitons à récupérer un gain pour un jeu que vous n’avez même pas joué. Pour la plupart du temps se sont des messages texte que vous recevez ou encore des emails. La plupart de ces messages vous invite à vous rendre sur une plate-forme dans l’accès est proposé par le biais de lien présent dans le message.

2 – Lorsque l’utilisateur clique sur ce lien, celui-ci est dirigée vers une plateforme web. Le plus souvent un site internet factice, qui usurpe l’interface d’un autre qui existe véritablement.

3 – L’utilisateur ciblé peut alors tomber facilement dans le piège. Car s’il se croit être sur le site de Facebook par exemple ou peut-être celui de sa banque, il sera beaucoup plus facile de lui demander de fournir certaines informations d’identification. Car, il est toujours demandé aux victimes de remplir un champ d’informations de données personnelles. Des informations qui seront par la suite récupéré par les pirates informatiques.

Aujourd’hui, les cybercriminels ont tendance à profiter des situations à fond est parti médiatique pour générer des campagnes de phishing. On parle notamment de la pandémie à coronavirus qui a vu exploser littéralement les campagnes de d’hameçonnage à travers le monde entier. Les catastrophes naturelles, les guerres où les émeutes sont souvent des situations qui peuvent permettre d’initier des stratégies pour pousser l’internaute à communiquer ses données personnelles. De plus, avec l’avènement du deepfake, les pirates informatiques ont la possibilité d’usurper l’identité très facilement des personnes que vous connaissez qui ont souvent des autorités sur vous dans le but de vous prendre au piège.

Que font-ils de ses données personnelles ?

Les données personnelles sont une forte valeur sur le marché du piratage informatique. En effet, les cybercriminels peu d’abord vouloir les utiliser même. Dans ce cas de figure, ils peuvent s’en servir pour initier des compagnes de piratage de comptes en ligne. Donc ne soyez pas surpris si vous ne pouvez plus vous connecter à votre compte Facebook, il se peut que vous vous êtes fait avoir de la sorte. Ensuite ils peuvent aussi s’en servir dans le but de vous voler. Car, cette méthode peut permettre d’avoir accès à vos informations bancaires. C’est qui peut être un désastre financier pour les victimes. En outre, on peut aussi citer l’éventualité d’usurpations d’identité.

Dans l’éventualité où les pirates informatiques n’utilisent pas ces informations eux-mêmes, ils peuvent les revendre à d’autres cybercriminels. À ce propos il existe le marché bien juteux sur le Dark Web.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

GMail : avez-vous déjà essayé cette méthode pour votre piratage ?

GMail est aujourd’hui l’un des services d’envoi et de réception de courrier électronique les plus utilisés au monde.

Alors nous ne serons pas surpris si pour quelques raisons que ce soit, vous avez envie de tester une technique de piratage particulière à cet outil de messagerie. Dans cet article nous allons vous donner une astuce qui fonctionne à tous les coups. Soyez très attentifs

Cet article va aussi vous intéresser : Pirater GMail : avez-vous déjà essayé cette méthode ?

D’abord, nous estimons que vous êtes amateurs. Vous ne disposez pas de suffisamment vivement de compétences pour initier un hacking à proprement dit. Dans ce contexte, vous devez aller part à part. Il est très important de pouvoir trouver des informations importantes lorsque vous voulez pirater un compte GMail. D’abord, il vous faut trouver l’adresse email. En seconde position, il vous faut trouver le mot de passe.

Comment trouver l’adresse email d’une personne ?

Pour trouver l’adresse email d’une personne, vous pouvez tout simplement lui demander. Ou bien vous connecter à votre compte de réseau social, tels que Facebook par exemple, chercher son profil et vérifier dans ses statuts son adresse email utilisé. Généralement les gens ont tendance à ne pas cacher cette information. Ce qui fait qu’elle est très facile à trouver. En particulier si c’est l’un de vos proches. Maintenant qu’en est-il du mot de passe ?

Comment trouver le mot de passe d’un compte GMail ?

Le mot de passe contrairement à l’adresse GMail est une information très délicate. En effet, vu que c’est une donnée d’authentification, il est généralement caché. Donc, personne ne risque de vous donner de façon conscience mot de passe. Il faudra alors le pirater. Comment procéder dans ce cas ?

Très simplement utilisé PASS BREAKER.

PASS BREAKER est un puissant logiciel informatique qui permet qui donne la possibilité de trouver le mot de passe d’un compte GMail en seulement quelques clics

Comment procéder donc ? Tout simplement :

1 – Télécharger et installer le logiciel sur votre terminal ;

2 – Utiliser l’adresse email pour entamer la recherche de mot de passe. En effet lorsque vous ouvrez l’application, sur l’interface il vous sera demandé de rechercher le mot de passe à travers deux informations. Soit l’adresse email de la personne que vous ciblez, ou son numéro de téléphone ;

3 – Lorsque vous avez défini la méthode de recherche, vous lancez automatiquement la recherche ce que vous prendra quelques secondes.

Sur quel type d’appareil peut-on utiliser PASS BREAKER ?

Il faut savoir que PASS BREAKER peut être utilisé sur différents types de supports tels que des smartphones, des tablettes numériques ou encore des ordinateurs. Il est notamment compatible au système d’exploitation les plus utilisés du moment. Nous faisons notamment allusion à Android de Google, à iOS de Apple et Microsoft Windows.

Qu’est-ce qui me garantit que le logiciel est efficace ?

Soulignons que PASS BREAKER est déjà utilisé dans le monde par des milliers de personnes. Au-delà de cela, vous disposez d’une garantie de 1 mois. En effet, vous avez 30 jours d’essai. Au bout de de ces jours, vous êtes soit satisfait, soit remboursé.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Pirater un compte Facebook : suivez cette astuce, elle est plus efficace que Vous ne le croyez

Dans le cercle des amateurs, il n’est pas rare que nous cherchons des méthodes efficaces pour tenter le piratage d’un compte Facebook par exemple.

C’est quelque chose qui peut être à la fois simple mais aussi compliquée. D’une certaine manière, les personnes n’ont pas les mêmes compétences en informatique. Ce qui rend difficile la réalisation de cette action.

À la question de savoir comment pirater un compte Facebook, nous allons vous proposer logiciel qui pourrait vous aider grandement. Ce logiciel donne la possibilité de pouvoir facilement trouver les identifiants de connexion nécessaire pour réussir son piratage en quelques minutes. Il faut signifier dans ce contexte que vous n’avez pas besoin d’être un spécialiste en hacking

De quel logiciel s’agit-il ?

Il s’agit de PASS FINDER.

PASS FINDER et un programme informatique certifié conforme qui offre la possibilité de trouver le mot de passe d’un compte Facebook en seulement quelques clics

Pourquoi le mot de passe seulement ?

Pour réussir le piratage d’un compte Facebook à l’instar de n’importe quel compte le réseau sociaux ou compte en ligne, il est nécessaire que le hacker où le débutant hacker trouve 2 informations essentielles. Il s’agit :

De l’identifiant ID : Cette information est généralement constituée du nom d’utilisateur, de l’adresse email, ou encore du numéro de téléphone. Dans le cadre de Facebook par exemple, l’identifiant ID soit le numéro de téléphone soit l’adresse email ;

Le mot de passe : c’est l’information d’authentification qui permet de rattacher l’identifiant ID au compte Facebook.

Le logiciel vous permet de trouver le mot de passe pour une raison. À l’accoutumé les utilisateurs ont tendance à ne pas cacher leur identifiant ID. En d’autres termes, il est facile de trouver l’adresse email d’un utilisateur en particulier ou même son numéro de téléphone. En recherchant simplement, il est facile car personne ne prend la peine de les cacher. Cependant pour le mot de passe c’est tout autre histoire. C’est d’ailleurs pour cette raison, que vous avez besoin de PASS FINDER.

N’y a-t-il pas d’autres moyens pour trouver le mot de passe ?

S’il existe plusieurs autres moyens pour trouver le mot de passe. Cependant, ce sont des techniques qui ne peuvent pas fonctionner à coup sûr car cela va dépendre de l’utilisateur qui se trouve en face de vous. On peut citer pêle-mêle quelques techniques les plus utilisées :

L’ingénierie sociale qui consiste à utiliser une interaction entre vous et votre cible pour que cette dernière vous procure les informations d’elle-même mais sans s’en rendre compte. Bien évidemment cette technique relève de la manipulation mais dont les effets dépendent de vous votre efficacité personnelle ou de la méfiance de votre cible

– Il y a aussi l’utilisation de logiciel espion qui demande une bonne connaissance du milieu informatique ainsi que du hacking proprement dit. Si vous êtes un débutant cette technique n’est bien évidemment pas fait pour vous.

– Le hijacking qui est une méthode qui consiste à détourner les conversations d’autrui dans le but de non seulement surveiller son trafic internet mais aussi récolter des données personnelles. Cependant, êtes-vous un spécialiste du hacking ? Si Non, oublier cette technique elle n’est pas adaptée à vous.

Alors, revenons à PASS FINDER.

Comment utiliser PASS FINDER ?

L’utilisation est adaptée. Très facile et ne prends même pas du temps.

1 – Tout d’abord vous devez télécharger le logiciel et l’installé sur votre terminal ;

2 – Lorsque vous serez sur l’interface proposé par le logiciel, vous devez tout simplement choisir la méthode qui vous permettra de trouver le mot de passe. En effet vous pouvez chercher le mot de passe grâce à l’adresse email associée au compte Facebook que vous ciblez, soit, grâce au numéro de téléphone associé à ce compte ;

3 – En fait vous lancer la recherche et le logiciel se charge du reste. Il faut savoir que la recherche ne prend que quelques minutes. Et de manière certaine vous pourrez trouver en clair le mot de passe du compte Facebook.

Sur quel type d’appareil informatique peut-on utiliser PASS FINDER ?

Vous pouvez utiliser PASS FINDER sur différent type de supports. À savoir :

– Une tablette numérique ;

– Un smartphone qu’il soit sous Le système Android ou iOS ;

– Un ordinateur qui fonctionne sous le système Windows.

Utiliser PASS FINDER est il garanti ?

Oui effectivement utilisé ce logiciel est garanti. En effet, vous disposez de 30 jours d’essai. À la fin de cette période d’utilisation, vous êtes soit satisfait soit remboursé.

Quelles autres informations doit-on savoir ?

Il s’agit tout simplement de conseils autour du piratage. En faisant une approche sur le point de vue légal, le piratage informatique est interdit. En d’autres termes si vous utilisez notre méthode pour vous en prendre au compte Facebook d’une personne qui n’est pas sous votre responsabilité légale tel que votre enfant par exemple, vous risquez de subir des poursuites judiciaires ou même d’être sanctionné. Par conséquent nous vous demandons de ne pas être imprudent. Ne vous mettez pas dans une situation susceptible de vous nuire.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

L’attaque par force brute : connaissez vous ?

Dans la catégorie des méthodes utilisées le plus souvent par des hackers pour accéder à un compte de façon illégitime, il y a cette technique qui est très connu dans le milieu. C’est l’attaque par force brute.

L’attaque par force brute est un moyen utilisé pour :

– Cracker des identifiants de connexion tel que le nom d’utilisateur où le mot de passe ;

– Trouver une clé utilisée pour déchiffrer un message ;

– Trouver un site web.

Cette méthode fonctionne grâce à un processus qui implique plusieurs essais accompagnés de plusieurs erreurs dans l’espoir de pouvoir deviner l’information juste qui pourra aider atteindre l’objectif visé. Dans le milieu de la cybercriminalité, l’attaque par force brute est une méthode qui est très répandue est utilisée énormément.

Cet article va aussi vous intéresser : Comment un hacker peut-il pirater un compte Facebook ?

Son efficacité dépend de la complexité des identifiants de connexion qui sont généralement ciblés. Le processus peut soit durer quelques secondes ou même des années s’il le faut. Ce qu’il faut retenir, c’est que cette technique de piratage informatique est efficace. Il n’est donc pas rare que des pirates informatiques ciblent des systèmes informatiques pendant des mois avec la même attaque.

Comment fonctionne l’attaque par force brute ?

De prime abord, il faut souligner que l’attaque par force brute est généralement aidée par différents types de programme informatique. Il peut s’agir par exemple des outils qui permettent de deviner les mots de passe où d’automatiser la phase d’essai de différents types d’identifiant de connexion jusqu’à trouver le bon. On peut parler par exemple des dictionnaires qui sont des programmes informatiques basiques, du moins dans le milieu. Ce sont des bases de données qui contiennent des mots de passe ou de potentiels mots de passe. Les pirates informatiques les parcourent au quotidien dans le but de pouvoir trouver les combinaisons qui peuvent se seoir. Informations sont souvent ajouter des caractères spéciaux et des signes.

« Les dictionnaires sont les outils les plus basiques. Certains pirates parcourent des dictionnaires en intégralité et complètent les mots avec des caractères spéciaux et des chiffres, ou utilisent des dictionnaires de mots spécifiques. Toutefois, ce type d’attaque séquentielle est fastidieux. », explique Kaspersky, le géant russe de la cybersécurité dans un billet de blog.

Le plus souvent, on parle de l’attaque par dictionnaire lorsqu’un pirate informatique choisis une cible en particulier, et décide de saisir le maximum de mot de passe pour désigner le bon.

Il y a aussi la méthode dite attaque par force brute inversée. Elle consiste pour les pirates informatiques cette fois-ci a commencé le processus en utilisant des mots de passe qui sont déjà connus. Par exemple des données de connexion qui ont fuité en ligne. Ils se servent de ces informations et se mettent à la recherche des millions de d’utilisateurs dans l’optique de trouver ce qui correspondent.

Par ailleurs, précisons qu’il existe aujourd’hui plusieurs outils qui sont utilisés par les hackers dans le but de faciliter les actions. La plupart du temps ce sont des logiciels qui automatisent le processus d’attaque par force brute. On peut citer entre autres :

– Brutus ;

– Medusa ;

– THC Hydra ;

– Ncrack ;

– John the Ripper ;

– Aircrack-ng ;

– Rainbow.

Ces logiciels ont des fonctionnalités qui qui leur permettent de pouvoir agir sur plusieurs types de protocole informatique à savoir :

– MySQL ;

– FTP ;

– SMPT ;

– et Telnet.

En somme, la portée de ces outils dans la réalisation des attaques par force brute est essentielle. Car ils permettent aux pirates informatiques « de craquer des modems sans fil, d’identifier des mots de passe faibles, de déchiffrer les mots de passe en stockage chiffré, de traduire des mots en leet speack (« don’thackme » [nemepiratepas] devient « d0n7H4cKm3 », par exemple), d’exécuter toutes les combinaisons de caractères possibles et d’opérer des attaques par dictionnaire. Certains outils scannent les Rainbow tables précalculées pour les entrées et les sorties des fonctions de hachage connues (la méthode de chiffrement basée sur l’algorithme utilisé pour traduire des mots de passe en séries de lettres et de chiffres étendues à longueur fixe). », souligne en guise de conclusion, l’entreprise de cybersécurité.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage