Archives par mot-clé : streaming

Partager son compte Netflix est une mauvaise idée semble-t-il

Avec le système de partage que propose les plateformes de streaming, un abonné à la possibilité de partager avec autrui ces comptes dans le but de lui faire profiter de son abonnement.

Dans ce contexte à certains vont même jusqu’à partager leur mot de passe. Une attitude qui est considérée par plusieurs experts de la sécurité informatique comme une bêtise et non des moindres.

Le premier problème qui suit le partage de mot de passe du compte Netflix est assez banal mais sans doute très important à ne pas négliger. L’utilisation de son code secret Netflix sur d’autres plateformes. En effet il n’est pas rare quel utilisateur utilise le même mot de passe pour tous ces comptes en ligne. Malgré d’innombrables sensibilisations, la pratique n’a pas perdu un rythme en pour autant. Ce qui crée bon nombre de brèches et de faille de sécurité.  Lorsqu’une personne partage son mot de passe Netflix, rien ne garantit que la personne qui a reçu ce mot de passe l’utilisera à bon escient ou pourra l’utiliser en toute sécurité. C’est pourquoi il ne faut pas partager son mot de passe.

Cet article va aussi vous intéresser : Les modifications de Netflix au niveau de la sécurité de sa plateforme

« J’ai toujours été fasciné par le fait que les gens partagent leurs comptes de services de streaming avec leurs amis et leur famille, ainsi que par ce qu’il advient de ces comptes après une rupture amoureuse ou lorsque des amis ne se voient plus. Je suis fasciné par la façon dont les gens divulguent leurs identifiants de connexion, et je me suis également demandé combien de personnes utilisent le même mot de passe pour plusieurs comptes. La grande question pour moi, cependant, a toujours été : Comment les gens peuvent-ils faire preuve d’un tel laxisme en matière de sécurité ? », explique Benoît Grunenwald.

Sur Twitter, l’expert de ESET a mené une enquête. L’idée étaient de savoir quels étaient les services de streaming utilisés en masse.  Amazon Prime se trouve en première ligne, suivi de Netflix, YouTube TV et. Spotify etc… À la question de savoir si les utilisateurs partageaient leurs comptes, mots de passe, 60 % ont répondu par l’affirmative. Soit à des membres de la famille ou à des amis. Le sondage a alors prouvé que la majorité des abonnées de services streaming partageait.

Mais ce n’est pas le plus inquiétant. En effet, ce qui est étonnant et dangereux, c’est la manière dont le code est transmis. Soit à haute voix, soit par message ou email. En d’autres termes, les moyens les plus simples pour se le faire dérober. Plus de 1 personne sur quatre a déjà transmis son code de sorte à ce qu’il y ait des traces.

« En fait, en faisant des recherches sur le phénomène du partage des mots de passe, j’ai découvert que les gens sur Twitter demandent parfois à leurs followers s’ils accepteraient de partager leurs identifiants Netflix avec eux. Plus inquiétant encore, certains followers acquiescent à ces demandes. ». L’expert ajoute par ailleurs : « Plus inquiétant encore, j’ai constaté que 14 % des personnes utilisent les mêmes mots de passe sur plusieurs comptes en ligne, ce qui signifie que leurs comptes peuvent devenir des cibles faciles pour les criminels. ». Réutiliser les mots de passe se présente alors comme un manque de vigilance. Avec l’ingénierie sociale qui s’est développée peu à peu et qui continue de prendre de l’ampleur, les anciens mots de passe ont peut-être déjà pu être récupéré par les cybercriminels. De la sorte vous augmentez vos chances d’être facilement pirater.

« Cependant, je comprends que la plupart des gens (52 %) veulent partager leurs comptes et doivent donc communiquer le mot de passe, poursuit l’expert en sécurité. Saisir un mot de passe complexe peut être une expérience frustrante, mais nous pouvons rendre cela plus facile avec l’aide des gestionnaires de mots de passe. La plupart des utilisateurs voudront également saisir leurs coordonnées dans plusieurs appareils tels que la télévision, l’ordinateur portable et le smartphone », revient sur la question Benoit Grunemwald.

De ce fait, notre spécialiste conseille aux utilisateurs de plutôt utiliser des phrases de passe composée de manière aléatoire, de plusieurs mots et de caractères particuliers. Souvent il est beaucoup plus facile de retenir des phrases que des mots. Il conseille aussi aux utilisateurs de changer de mot de passe au moins une fois par an. De la sorte, si vous avez été piraté, vous reprendrez le contrôle de votre compte. En fait ne pas négliger l’utilisation de gestionnaire de mot de passe. Avec ce genre d’outils vous pourrez non seulement utiliser facilement plusieurs mots de passe, mais vous n’en retiendrez qu’un seul.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Streaming illégal : enfin une première condamnation !

Dans le courant de la semaine, des opérateurs Français spécialisés dans le streaming sportif à travers des sites web ont été condamnés par la justice Française pour actions illicites.

Cependant, plusieurs acteurs du secteur n’ont cessé de se plaindre en déclarant que la législation serait encore trop tendre avec les gens de violations. Olivier Arandel notait à cet effet : « Les moyens de lutte contre le streaming sportif illégal semblent dérisoires en l’état actuel de la législation ».

Cet article va aussi vous intéresser : Le streaming constitue-t-il un danger en matière de cybersécurité

Mais avant toute chose, il ne faut pas oublier que c’est la toute première condamnation relative au streaming illégal en France. Les coupables sont au nombre de 5, et ont été condamnés pour avoir géré pendant plusieurs années des sites illégaux, fournissant du streaming sportif. C’est au tribunal correctionnel de Rennes que la sanction est tombée. Le responsable de ce groupe Le cybercriminel a écopé d’une peine de prison de 12 mois assortis de 6 mois de sursis. Pour l’accusation de « chef de reproduction ou diffusion non autorisée de programme ou vidéogramme, et blanchiment d’argent ».

L’avocat spécialiste en droit de l’informatique, par ailleurs associé au cabinet Hogan Lovells déclarait satisfait : « La loi s’est appliquée grâce au remarquable savoir technique de la gendarmerie (…) Mais il y a toujours une disproportion entre le faible coût de cette opération de délinquance en cols blancs et le coût important de l’enquête. ». D’un autre côté, s’il n’y avait pas eu le caractère illégal de la chose, ces cybercriminels auraient été félicités pour le travail assez impressionnant. En effet, ce piratage avait quelque chose de purement industriel car, se servant de leurs propres abonnements aux différentes chaînes de sport quelques RMC sports BeIn sports et canal +, il leur est dirigé vers des sites internet, et qui contre toute attente avec du très bon référencement. Cette activité couplé a des publicités, leur a permis de générer des revenus assez important à hauteur de 230 000 €. « C’était entre 2014 et 2018 les plus gros sites de streaming illégaux de France avec une audience cumulée de sept millions de visiteurs mensuels », notait Frédéric Delacroix, délégué général de l’Alpa, (l’Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle), qui était par ailleurs constitué en partie. Tout comme canal+ qui réclamer, qualité de plaignante, une réparation financière à hauteur de 29,9 milliards d’euros aux coupables. Les autres plaignants ne sont autres que BeIn sports et SFR qui ont aussi exigé le paiement de dommages et intérêts. Le tribunal de Rennes qui a tranché l’affaire annonce qu’il fera les attributions des dédommagements à partir de la moitié du mois d’octobre.

Pour la justice Française aux certaines autorités, la victoire est symbolique. Cependant pour les praticiens du secteur, la portée de la sanction est très limitée. Ces derniers ont peur que les condamnations ne soient pas assez dissuasives et n’empêche pas d’autres de continuer dans cette lancée. « C’est un signal dissuasif mais le vide laissé a été vite comblé par d’autres délinquants organisés, ils opèrent la dizaine de sites qui se partagent un marché de deux millions de visiteurs mensuels avec de vrais enjeux économiques » assure Frédéric Delacroix. Pour la secrétaire générale de l’agence au chargé de la lutte contre le piratage (l’Hadopi),

Pauline Blassel « Il y a un vrai problème de temporalité dans les décisions de justice car elles interviennent trop tard. Elles font un peu descendre les audiences de ces sites illégaux mais la procédure actuelle n’est pas suffisante pour les attaquer à la source ». Pour cette dernière et son agence, les autorités judiciaires doivent aller plus loin. Par exemple, ils peuvent demander aux autorités exécutives d’exiger de la part des moteurs de recherche, et les fournisseurs d’accès à internet de bannir ou stopper littéralement le référencement les sites impliqués dans ce genre d’affaire. Et cela obligatoirement, avec toutes autres plateformes ayant un lien direct ou indirect. Des actions qui pourront avoir des effets bénéfiques comme stopper la consultation de certains sites internet hébergés à l’étranger, des plates-formes qui jusqu’à présent, réussissent à passer entre les mailles du filet des autorités.

Pour finir, une solution est proposée par le projet de loi portant sur la réforme de l’audiovisuel. Cette solution mise sur le listage des plateformes numériques indésirables en vue de leurs bannissements. La disposition de 23 de ce projet de réforme met sur place un « dispositif spécifique de référé pour lutter contre le piratage sportif ».

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage

Le streaming constitue-t-il un danger en matière de cybersécurité

Ces 5 dernières années, le streaming c’est beaucoup développé et a atteint des proportions assez élevés.

On n’a presque du mal à s’en passer les temps qui courent. Avec le développement de plusieurs plateformes qui ont favorisé cela, que ce soit au niveau du cinéma avec Netflix ou Amazon Prime vidéo, de la musique avec Spotify ou autres domaines, il est également possible aujourd’hui de se passer de cette technologie.

Cet article va aussi vous intéresser : Comment les pirates informatiques s’y prennent pour hacker les comptes Netflix ?

Que ce soit des plateformes payantes ou gratuites, il est possible à tout chacun de trouver son intérêt avec des contenus qui sont de plus en plus variés. Alors, on va beaucoup s’interroger sur ces outils du Web de plus en plus utilisés par les internautes, et leur impact en matière de sécurité informatique.

Il faut l’avouer, et cela a été fait, le streaming est consommé chaque année par des milliards de personnes à travers le monde entier. ce qui fait en sorte que les sites de streaming deviennent de plus en plus des cibles de choix pour les cybercriminels. Surtout quand nous sommes face à des sites de streaming qui sont peu Officiels ou qui ne sont pas officiels du tout. Il en existe des centaines de ce genre qui cumulent des milliers de visiteurs. étant très peu modéré, le terrain privilégié de chasse des pirates informatiques qui profite de la mégarde des internautes pour effectuer leurs terminaux lorsqu’ils essaient de se connecter à ce site.

« De manière générale, on estime que les internautes ont 28 fois plus de risques d’être infectés par un logiciel malveillant en se rendant sur un site de streaming illégal qu’en navigant uniquement sur des sites légaux. Au-delà de ces éléments, la dangerosité de ces sites s’explique aussi par l’importance du trafic qu’ils génèrent et le fait que les internautes qui s’y font infecté ne s’en plaignent pas aux autorités dans la mesure où ils étaient sur un site illégal. » expliquait Matthieu Bonenfant, Directeur Marketing de Stormshield dans un billet de blog.

Alors, quel danger court réellement les utilisateurs des plateformes de streaming. Il faut d’abord préciser que les personnes utilisant les applications de visionnage gratuite sont exposées le plus souvent aux formes de piratage classique. En effet que ce soit par le clic d’une publicité abusive ou malveillante, où l’exploitation d’une vulnérabilité, il y a toujours un moyen d’infecter le terminal utilisé par l’internaute. On parle dans ces conditions de logiciels de rançonnage, de programmes de cryptominage, de Adwares ou d’autres formes de cheval de Troie. Et cela se justifie par un fait très palpable : « 9 986 malwares différents ont été détectés dans les épisodes de Game Of Thrones téléchargeable illégalement en 2018. Les risques sont donc multiples, variés et considérables. » souligne Matthieu Bonenfant.

Comme on peut facilement l’appréhender, il existe une frontière entre le téléchargement et le streaming. en effet cela peut s’expliquer par le fait que la majorité des sites de streaming propose aussi un service de téléchargement du contenu qu’ils mettent à la disposition de leur visiteurs. De ce fait, il est très facile alors de proposer des programmes malveillants à travers ce genre de plate-formes.

Cependant les risques est deux fois plus grave lorsqu’on est dans un contexte professionnel. « En effet, le BYOD ou l’utilisation de son ordinateur professionnel à des fins personnelles sont de plus en plus fréquents. On imagine aisément quelles pourraient être les conséquences de la propagation d’un programme malveillant depuis un ordinateur professionnel ou au travers du réseau de l’entreprise. Pour limiter les risques, il est important d’augmenter la protection des postes de travail professionnel qui vont prévenir localement l’infection en bloquant les actions des programmes malveillants, par exemple l’exploitation d’une vulnérabilité d’un navigateur. » explique le responsable marketing de Stormshield.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Quel VPN utilisé sur Netflix ?

On sait qu’il est difficile de trouver aujourd’hui un VPN compatible au service en ligne ou Netflix.

Pourtant comme tout service en ligne, il est bien sûr important de pouvoir se protéger. de plus, utiliser un VPN pour Netflix vous permettra d’avoir accès à plus de contenus que vous n’en n’avez depuis vous êtes abonnés, car comme on le sait, certains contenus dépendent de l’espace géographique dans lequel l’abonné se trouve. Par exemple Netflix Canada proposer plus de contenu que Netflix France. alors depuis la France si vous utilisez le bon VPN, vous pouvez avoir accès au contenu de Netflix Canada.

Cet article va aussi vous intéresser : Netflix se serait rendu coupable piratage informatique ?

Cependant, utiliser un VPN sur Netflix, n’est pas une chose aussi aisée. Car la majorité de ces technologies sont détectés par la firme américaine. Et une fois détecté, l’utilisateur fera face à un message d’erreur proxy qui s’affiche comme suit : « Il semble que vous utilisiez un proxy ou un débloqueur ».

Alors dans notre article nous vous proposerons 3 VPN dédiés à Netflix qui fonctionnent encore. Et la sélection se justifie par le fait que cette trois ont quelque chose de commun :

  • Il permettre à l’utilisateur de débloquer le contenu de Netflix en tenant compte des intérêts et de l’éventail de possibilités qui ne veut atteindre.
  • Il permettra aussi d’avoir accès à Netflix États-Unis, qui se constitue comme étant le plus grand catalogue du monde.
  • Offrent aussi des solutions pour permettre à l’utilisateur de toujours pouvoir accéder à Netflix même si ce dernier bloque l’IP de son serveur.
  • Il y a aussi sans compter leur capacité à permettre aux utilisateurs d’avoir accès à d’autres plateformes autre que Netflix tels que BBC iPlayer Amazon Prime ou encore IT ITV.

Voici donc les VPN choisis :

1- ExpressVPN, le meilleur VPN pour Netflix.

Il veux bien se lancer dans le défi qu’il relève depuis maintenant un bon moment avec succès : permettre à ses utilisateurs d’accéder à Netflix et de débloquer les contenus dont il ne devrait pas avoir accès du fait de sa position géographique. pour le moment il faut avouer que cela lui réussit. Et il tient encore le Paris. c’est le meilleur choix que vous ferez en matière de VPN. Et sa qualité et son expertise en tant que VPN de Netflix s’explique par différent points :

  • Sa plus grande force réside dans sont très grand nombre des serveurs un peu disséminées dans le monde entier. de la sorte les utilisateurs de Netflix qui souhaite avoir accès à de nouveau contenu, pourront facilement trouver un moyen pour débloquer celui de certaines zones géographiques tel que les USA le Royaume-Uni de Canada ( contenus préférables pour les francophones).
  • Par ailleurs ExpressVPN avait un moment intégrer à son interface une fonctionnalité denommée media streamer DNS aux offres qu’il fait à ses utilisateurs. Ce qui permet bien sûr de débloquer certaines zones tels que les USA pour le moment.
  • Par ailleurs il y a la possibilité d’installer sur ce VPN sur pratiquement tout type de support informatique que ce soit des tablettes, des PC sous Windows ou encore Mac OS, des Freebox, cette interface est vraiment pratique et se plaira à votre guise.

2- PureVPN

PureVPN comme le précédent fonctionne aussi avec Netflix. Lui de son côté, les paramètres permettent de débloquer pour le moment certains catalogues dont celui des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Australie, de l’Allemagne, du Canada, du Japon, et de la France. pour les francophones, on dira que c’est Netflix Canada qui est le plus intéressant parmi les catalogues proposer parce ce VPN. Pour accéder à Netflix, ce VPN vous proposera un logiciel de connexion qui fonctionne avec le mode streaming. s’il débloque moins de catalogue que le prédécesseur il a notamment la qualité d’être 3 fois moins cher.

3 – NordVPN

Totalement fonctionnelle avec Netflix, NordVPN pourra vous permettre de débloquer sans vous soucier de quoi que ce soit du contenu Netflix de votre choix. cependant, votre choix ne sera limité qu’à 3 catalogues possible. Ce sont les catalogues les plus demandés que sont ceux des États-Unis, de la Grande-Bretagne et du Canada. S’il propose moins que ces prédécesseurs NordVPN, a le mérite d’avoir une bonne qualité au niveau de la vitesse de lecture du streaming.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage



Un groupe de pirates arrêté en Europe, la fin d’une odyssée de piratage a grande échelle

En début de semaine, il a été mis aux arrêts, des pirates pour activité de revente illégale d’offre IPTV dans certains pays de l’Europe notamment en Italie.

C’était environ une vingtaine de personnes qui avaient été arrêtés par la police italienne pour piratage.

Cet article va aussi vous intéresser : Des fournisseurs de contenus audiovisuels illégaux arrêtés aux Etats-Unis

Il faut avouer que c’est une fierté pour les forces de l’ordre Italienne en particulier la douane. Elle prétend avoir démanteler ce mercredi l’un des plus vastes réseaux de piratage au monde d’IPTV. L’enquête avait été diligentée sous la direction de parquet de Naples. Il était signifié que 23 personnes en tout ont pu être arrêtées et inculpées. C’est qui s’en est suivi, la désactivation « de la plate-forme d’IPTV illégale la plus répandue parmi les pirates informatiques ».

La plateforme de télévisions payantes illégal était dénommé « xtream codes ». Elle comptabilise en Italie seulement plus de 5 millions d’utilisateurs. Son chiffre d’affaires s’évalue à environ 60 millions d’euros. Cette plate-forme aurait été mise en place par deux pirates d’origine grecque selon les autorités douanières italiennes.

Le site web illégal proposait un service de télévision en ligne, sous différents formats pouvant être accessible « aux hôtels, aux entreprises et aux passionnés ».

Les offres étaient tarifaires de deux formules bien définies. D’abord la formule professionnelle qui coûtait 59 € par mois est la formule minimale qui coûtait 15 € par mois. Selon les infos recueillis par les officiers en charge de l’enquête, le site comptait environ plus de 5000 abonnés pour environ 18000 serveur liquidé pour un total de 50 millions d’utilisateurs.

Les prélèvements relatives aux abonnement ou à tout autre prestation émanant de ce site illégal étaient faits « sur des comptes courants ou via PayPal équivalents à 100 000 euros par mois » avait notifié le représentant du ministère public de Naples. La plateforme avec pour spécialité de convertis des flux de signaux en productions audiovisuelles qui étaient protégées par le droit d’auteur ou de la reproduction. Si 23 ont été arrêté, il faut noter que ces 25 membres qui ont été identifiés ce qui sous-entend que deux sont encore en cavale. Ces pirates géraient leur installation depuis un pays étranger. Cependant il existait un réseau des commerces répartis sur tout le territoire italien qui partait de la Lombardie jusqu’en Sicile passant par la Companie la Vénétie les Pouilles et Calabre.

Par ailleurs nos pirates, grâce à la plate-forme mettaient a la disposition de ses clients le contenu de certains bouquet à un prix moyen de 12 €. Et selon l’agence de coopération judiciaire européenne, le site illégal fournissait plusieurs pays dans l’Union européenne. L’enquête continue toujours et on essaie de découvrir le fin mot de l’histoire. il semblerait que cette plate-forme pirate, collabore avec d’autres sociétés européennes. Le ministère public de Naples a fait une demande de 8 enquêtes qui seront menée dans différents pays tels que les Pays-Bas, la France, la Bulgarie, l’Allemagne et la Grèce. En collaboration avec Eurojust. Plus de 800 sites internet et environ 183 serveurs sont impliqués dans cette histoire. En note que les responsables de ce piratage à grande échelle ont été inculpé et seront poursuivis pour association de malfaiteurs, atteinte au droit à la reproduction et bien évidemment de piratage informatique.


Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage