Un groupe de pirates arrêté en Europe, la fin d’une odyssée de piratage a grande échelle

En début de semaine, il a été mis aux arrêts, des pirates pour activité de revente illégale d’offre IPTV dans certains pays de l’Europe notamment en Italie.

C’était environ une vingtaine de personnes qui avaient été arrêtés par la police italienne pour piratage.

Cet article va aussi vous intéresser : Des fournisseurs de contenus audiovisuels illégaux arrêtés aux Etats-Unis

Il faut avouer que c’est une fierté pour les forces de l’ordre Italienne en particulier la douane. Elle prétend avoir démanteler ce mercredi l’un des plus vastes réseaux de piratage au monde d’IPTV. L’enquête avait été diligentée sous la direction de parquet de Naples. Il était signifié que 23 personnes en tout ont pu être arrêtées et inculpées. C’est qui s’en est suivi, la désactivation « de la plate-forme d’IPTV illégale la plus répandue parmi les pirates informatiques ».

La plateforme de télévisions payantes illégal était dénommé « xtream codes ». Elle comptabilise en Italie seulement plus de 5 millions d’utilisateurs. Son chiffre d’affaires s’évalue à environ 60 millions d’euros. Cette plate-forme aurait été mise en place par deux pirates d’origine grecque selon les autorités douanières italiennes.

Le site web illégal proposait un service de télévision en ligne, sous différents formats pouvant être accessible « aux hôtels, aux entreprises et aux passionnés ».

Les offres étaient tarifaires de deux formules bien définies. D’abord la formule professionnelle qui coûtait 59 € par mois est la formule minimale qui coûtait 15 € par mois. Selon les infos recueillis par les officiers en charge de l’enquête, le site comptait environ plus de 5000 abonnés pour environ 18000 serveur liquidé pour un total de 50 millions d’utilisateurs.

Les prélèvements relatives aux abonnement ou à tout autre prestation émanant de ce site illégal étaient faits « sur des comptes courants ou via PayPal équivalents à 100 000 euros par mois » avait notifié le représentant du ministère public de Naples. La plateforme avec pour spécialité de convertis des flux de signaux en productions audiovisuelles qui étaient protégées par le droit d’auteur ou de la reproduction. Si 23 ont été arrêté, il faut noter que ces 25 membres qui ont été identifiés ce qui sous-entend que deux sont encore en cavale. Ces pirates géraient leur installation depuis un pays étranger. Cependant il existait un réseau des commerces répartis sur tout le territoire italien qui partait de la Lombardie jusqu’en Sicile passant par la Companie la Vénétie les Pouilles et Calabre.

Par ailleurs nos pirates, grâce à la plate-forme mettaient a la disposition de ses clients le contenu de certains bouquet à un prix moyen de 12 €. Et selon l’agence de coopération judiciaire européenne, le site illégal fournissait plusieurs pays dans l’Union européenne. L’enquête continue toujours et on essaie de découvrir le fin mot de l’histoire. il semblerait que cette plate-forme pirate, collabore avec d’autres sociétés européennes. Le ministère public de Naples a fait une demande de 8 enquêtes qui seront menée dans différents pays tels que les Pays-Bas, la France, la Bulgarie, l’Allemagne et la Grèce. En collaboration avec Eurojust. Plus de 800 sites internet et environ 183 serveurs sont impliqués dans cette histoire. En note que les responsables de ce piratage à grande échelle ont été inculpé et seront poursuivis pour association de malfaiteurs, atteinte au droit à la reproduction et bien évidemment de piratage informatique.


Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage