Vos informations personnelles et votre argent ne sont pas en sécurités sur Internet

Les attaques informatiques deviennent légions.

Que ce soit par rançongiciel, par vol de mot de passe, ou par hameçonnage, les cybercriminels ne manquent pas d’inventivité pour dérober votre argent et vos données numériques.

Il n’est pas rare aujourd’hui d’apprendre dans les médias une attaque informatique aurait paralysé telle ou telle organisation. Il pourrait s’agir d’un hôpital aujourd’hui, d’une entreprise ou même d’une université. Toutes les structures sont ciblées. Et personne n’est à l’abri. Les attaques deviennent de plus en plus sophistiquées et difficile à éviter.

Cet article va aussi vous intéresser : La sécurité sur Internet, mythe ou réalité ?

Les entreprises quant à elle sont soumise à plusieurs attaques de type rançongiciel. Même les administrations n’y échappent pas. On peut dire aujourd’hui que le Ransomware (en anglais) le vecteur d’attaque le plus utilisé par les pirates informatiques ces 5 dernières années. Ce programme informatique permet à ses opérateurs, de prendre le contrôle d’un système informatique et d’empêcher les éditeurs principaux d’y accéder. De la sorte, à exiger plus tard le paiement d’une rançon pour ne pas divulguer les informations récoltées, qui sont pour la plupart sensibles, ou permettre à tout simplement au propriétaire de système informatique attaqué d’accéder à son système à travers une clé de déchiffrement. Et pour le moment, c’est tactique fonctionnent bien, et les pirates informatiques s’en mettent plein les poches.

Dans le monde les attaques se multiplient. Que ce soit dans les hôpitaux, les administrations publiques, les petites ou grandes entreprises, les collectivités publiques etc. Les spécialistes confirment même que plusieurs de ces attaques ne sont même pas signalé. Ce qui fait que les gens ne prennent pas suffisamment de précautions.

La situation interpelle donc les autorités de tous bords. En particulier l’association représentante des grandes entreprises et administrations publiques françaises, le Cigref. Elle tire alors la sonnette d’alarme et averti l’ensemble de la communauté que le danger est à prendre très au sérieux. Dans un courrier adressé au Premier Ministre le 13 novembre dernier, elle écrivait : « l’augmentation, en nombre et en intensité, des cyberattaques. Elles touchent de plus en plus d’organismes, publics ou privés, et constituent une menace croissante pour l’économie. Pour le Cigref, cette situation n’est plus acceptable ».

« Des ressources humaines, techniques et financières croissantes sont engagées par les entreprises pour assurer la sécurité de leurs systèmes numériques, au détriment de leur capacité d’innovation et de leur compétitivité. Les pertes d’exploitation des centaines d’entreprises, grandes et moins grandes, ayant subi une cyberattaque ne sont désormais plus anecdotiques, comme l’actualité le démontre trop fréquemment », souligne l’association.

« L’État français consent déjà des efforts substantiels face à la cybermenace, notamment à travers l’action de l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information. Cependant, le Cigref constate l’insuffisance des réponses de la communauté internationale et des États face à la réalité d’une menace qui se déploie à l’échelle mondiale, et que des organisations criminelles ont industrialisée avec une efficacité croissante. Aucun autre secteur d’activité que celui du numérique n’accepterait de se développer dans un tel contexte de faiblesse du droit applicable et de quasi impunité des criminels. » ajoute le Cigref.

Selon toujours l’association, il faudrait constater que : « les pratiques généralement constatées, notamment chez les éditeurs de logiciels, sont insuffisantes, et doivent être régulées pour renforcer la sécurité globale des systèmes numériques. ». De la sorte, Elle appelle « le Premier ministre et son gouvernement à agir sans délai pour engager ou renforcer les démarches nécessaires, au plan national, européen et international, pour apporter une réponse en moyens et en droit permettant de renforcer la sécurité de l’économie confrontée à cette délinquance ».

Les effets des attaques aux rançongiciels sont dévastateurs. En plus de paralyser l’activité d’une entreprise, la mise en place du système exige la dépense d’une somme assez colossale, que ce soit au niveau de la rançon ou au niveau même du traitement individuel de l’entreprise. Les entreprises déboursent des millions pour rétablir le système informatique. Ce qui n’est pas du genre à équilibrer le budget. Par ailleurs, il faudra mentionner aussi les impacts sur la confidentialité des données. Les cybercriminels ont tendance à vendre les données qu’ils volent. De ce fait les personnes affiliées aux entreprises victimes sont souvent en danger.

Accédez maintenant à un nombre illimité de mot de passe :

Découvrez nos logiciels de piratage